Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Cagliari-Juventus (0-2)

Sois noir et tais-toi

Mardi soir face à Cagliari, Moise Kean et Blaise Matuidi ont été victimes de débordements racistes de la part de certains supporters sardes. Un énième épisode de honte pour le football italien, qui a pourtant trouvé plusieurs voix pour justifier l'injustifiable. Parmi eux, Leonardo Bonucci, défenseur central de la Juve...

Modififié
Dorénavant, chaque footballeur devra prendre en compte sa couleur de peau, son origine ou tout autre paramètre avant de célébrer un but. C’est en quelque sorte la leçon qu’a tenté de dispenser Leonardo Bonucci à Moise Kean, après un Cagliari-Juventus marqué par de nouveaux incidents racistes visant son jeune coéquipier ainsi que Blaise Matuidi. « Pour moi, la faute est partagée, c’est du 50-50. En célébrant de la sorte, Kean s’est trompé. La Curva aussi. Il y a effectivement eu des "buuuu" racistes, mais Moise sait que lorsqu'il marque, il doit penser à exprimer sa joie seulement avec l’équipe et basta. » La faute de Kean ? S’être tenu devant le kop de Cagliari, droit et fier, et avoir écarté les bras pendant quelques secondes après avoir inscrit son quatrième pion en six matchs de Serie A cette saison.


Le tout après avoir subi pendant une partie de la rencontre des cris de singe. Rien de plus, pas même une once d’extravagance ou de provocation. Beaucoup seraient même tentés de dire que Kean, du haut de ses 19 ans, a eu raison. Raison, d’abord, de ne pas avoir été déstabilisé par ces fameux « décérébrés » qui, saison après saison, sont pourtant toujours là pour crier leur haine de l’autre. Raison, ensuite, d’avoir réagi avec sagesse et, surtout, de ne pas avoir courbé l’échine pour simplement aller festoyer avec ses coéquipiers comme Bonucci lui a suggéré de le faire. Car Kean a peut-être douze ans de moins que Bonucci, mais ce mardi, c’est bien lui qui a filé une leçon de vie à un père de famille qui a préféré tolérer l’intolérable plutôt que de voler au secours d’un jeune coéquipier.

Bonucci, l'hôpital qui se fout de la charité


Que l’on ne se trompe pas : Bonucci n’a pas été « maladroit » dans sa déclaration d'après-match au micro de Sky Sports. Il a simplement révélé le fond de sa pensée. Car oui, pour Bonucci, Kean a commis une erreur. Sa réaction sur le but de Moise, où il vient chercher son jeune coéquipier pour lui dire de se replacer avant de tendre le bras en signe d’excuse (ou pour calmer le jeu, le doute est désormais permis) montre bien que son « 50-50 » n’était pas une erreur de langage.


Tommaso Giulini, le président de Cagliari, ne disait d’ailleurs pas autre chose en tentant de défendre son public en direct sur Sky Sports après la rencontre. Dans un débat animé avec le chroniqueur Daniele Adáni, qui a immédiatement pris position aux côtés de Matuidi (qui avait déjà été la cible des supporters de Cagliari l’an passé) et de Kean, Giulini assène : « Ce n’est pas du racisme, j’entends beaucoup de leçons de morale ce soir sur ce plateau. Si Bernardeschi avait marqué, ça aurait été la même chose. N’instrumentalisez pas cet épisode. Kean s’est trompé et même des joueurs de la Juventus me l’ont dit... » Si la réaction du président sarde est immonde, la prise de position de Bonucci ne l’est pas moins. Et même pas uniquement sur le terrain du racisme, mais aussi sur celui du mépris. Comment Bonucci, lui qui n’avait pas hésité l’an passé à exulter au milieu de l’Allianz Stadium avec les Rossoneri pour son retour à Turin, peut-il donner une leçon de célébration de but à Kean ? Réponse : avec un sacré culot.

Ne plus tolérer l'intolérable


Fort heureusement pour Kean, le reste du vestiaire turinois a su se montrer un peu plus à la hauteur que Bonucci. À commencer par le capitaine, le vrai, Giorgio Chiellini : « J’ai revu les images car sur le terrain, on ne se rend pas bien compte. Kean n’a absolument rien fait. Sa seule erreur a été la simulation (en début de match pour obtenir un penalty, N.D.L.R.), mais il a appris et ne le fera plus. Il ne méritait pas les insultes. » Il y aussi eu Pjanić, Matuidi, Cancelo, Douglas Costa et bien évidemment pléthore d’autres grands joueurs (ou non) qui ont tenu à manifester leur soutien au jeune buteur italien. Le Napolitain Kalidou Koulibaly, lui aussi victime de racisme cette saison, fait également partie de cette liste, tout comme la Fédération française de football et son président Noël Le Graët qui a publié un communiqué pour apporter son soutien et son « amitié à Blaise Matuidi et Moise Kean qui ont été victimes de ces propos intolérables » . D’autres n’hésitent pas à s’en prendre directement à Bonucci, comme Mario Balotelli qui, sur Instagram, explique à Kean que Bonucci a « eu de la chance » qu’il ne soit pas là.


Et puis, comme souvent, la parole la plus sage est venue de Massimiliano Allegri, l’entraîneur de la Vieille Dame, qui vise, lui, directement les institutions : « L’arbitre a arrêté le match à la fin à cause d’insultes racistes venues des tribunes après la célébration de Kean. Nous avons des outils pour arrêter cela. Nous avons des caméras que nous pouvons utiliser pour attraper les personnes qui font cela. C’est simple, il faut des règles drastiques. Ces personnes devraient être interdites de stade à vie. Pas seulement pour un mois ou un an, mais à vie. Si tu fais une erreur, tu dois payer, point. » Car ce mal est présent depuis trop longtemps et se montre au grand jour bien trop souvent. Il ne faut surtout pas minimiser ce type d’incidents et prendre son courage à deux mains pour vaincre ceux qui veulent diviser à n’importe quel prix. Surtout, il faut cesser de suggérer que les victimes ont une part de responsabilité. En somme, il faut faire tout le contraire de ce qu’a fait Leonardo Bonucci en Sardaigne.

Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 51 minutes GoalControl en bataille judiciaire contre une ex-employée 13

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Hier à 17:00 Henry discuterait avec les New York Red Bulls 32