Stadium Stories

13/10/2013

Une fantastique opportunité s'est présentée lors de la campagne européenne 2011/2012. En effet, Manchester United a déjoué les pronostics en terminant 3ème de son groupe lors de la Ligue des Champions, et s'est donc retrouvé en Europa League. Une occasion idéale pour aller voir un match dans le « théâtre des rêves » et d'apprécier l'ambiance d'Old Trafford. Or, l'adversaire de Man Utd pour ce 16ème de final retour de l'Europa League n'était autre que l'Ajax Amsterdam. Un gros déplacement des hollandais sur les terres mancuniennes était prévisible. L'occasion de profiter d'un spectacle sensationnel.

Voici quelques infos sur le match :

Match : Manchester United – Ajax Amsterdam (1-2)

Buts : Hernandez, 6' (Man Utd) ; Ozbiliz, 37', Alderweireld, 87' (AFCA)

Stade : Old Trafford, Manchester, Royaume-Uni

Compétition : Europa League, 16ème de final retour (match aller : Ajax 0-2 Man Utd)

Date : 23 Février 2012.

Contexte

Une saison plutôt difficile pour United, tant dans le championnat anglais qu'au niveau européen. En effet, les investissements du voisin Manchester City commencent à payer, et les Skyblues sont de plus en plus efficaces et séduisants sur la pelouse. Ainsi, on sent déjà à cette période que le titre se jouera entre les deux rivaux de Manchester. Bien que United accumule les bons résultats, City conserve tout au long de la 2ème moitié de saison son avantage. Lors du derby décisif de fin de saison, c'est City qui s'imposera 1 à 0 à l'Etihad Stadium. Or, la course aux points continuera jusqu'à la dernière journée où, les deux équipes étant à égalité, City remportera le titre à la différence de but après un match complètement dingue contre les QPR. Au niveau européen, la situation de United est un peu plus compliquée. Qualifiés pour la Ligue des Champions, les Red Devils héritent d'un groupe largement à leur portée, composé du Benfica, de Bâle et des roumains de Otelul Galati. Pourtant, United va enchaîner les contres performances (2 nuls contre Benfica, 1 nul et 1 défaite contre Bâle) se retrouvant ainsi 3ème de son groupe, devant Galati. Relégué en Europa League, ils se feront sortir en 8ème de final par l'Athletic Bilbao, futur finaliste de cette édition. Des performances médiocres donc, de la part d'un club du standing de Manchester United.

Une période difficile pour Manchester United, qui voit son éternel rival prendre de l'ampleur et lui voler la vedette en Angleterre en cette saison 2011/2012. D'un autre côté, Manchester United bénéficie d'une force de frappe et d'une histoire beaucoup plus importante que City. En effet, United est l'un des clubs les plus titrés d'Angleterre et d'Europe, et a même devancé son rival historique Liverpool au nombre de championnats remportés (20 à 18). Malgré des contres performances tout au long de la saison, United a lutté pour le titre jusqu'à la dernière journée. En effet, United est l'équipe anglaise la plus prolifique de cette dernière décennie, avec 8 titres de champions d'Angleterre depuis 2000, 1 FA Cup, 3 League Cup et 1 Ligue des Champions (parmi les 3 que le club a remporté). On peut également y ajouter les 2 finales perdues en 2009 et 2011 contre le FC Barcelone. Une constance impressionnante caractérisée par la longévité de l'éternel coach Sir Alex Ferguson, qui aura passé 26 ans sur le banc de United. Au final, cette saison en demi-teinte n'aura pas eu d'influence à court terme sur la dynamique de l'équipe, qui a récupéré son titre de Premier League dès l'année suivante.

Old Trafford

Arrivés à Manchester en début d'après-midi, nous nous dirigions vers le centre ville. Vers 14-15h, les pubs faisaient déjà le plein. Les fans de United étaient dors et déjà de sortie pour cet évènement, se préparant pour le match à l'aide de bières et fish'n'chips (très bons dans les pubs du centre, à éviter aux abords du stade). Une ambiance conviviale, la présence policière n'étant pas très importante. Après un petit tour dans Market Street, nous sommes arrivés à la grande roue de Manchester, au pied de laquelle se trouvait une horde de supporters de l'Ajax, en terrasse d'un pub à l'aspect très traditionnel (Sinclair Oyster Bar). De même, une ambiance très conviviale, les bâches déposées sur les barrières autour de la terrasse, quelques chants, des ballons de foot qui volaient. Pour être honnête, la possibilité de croiser et voir les fans de l'Ajax en action fut un élément majeur de notre déplacement à Old Trafford, au même titre que la visite du stade et le match en lui-même. Ainsi, nous sommes restés sur cette terrasse, en attendant de se diriger vers le stade plus tard dans l'après-midi. En revanche, nous n'avions pas prévu que le trajet s'effectuerait dans une ambiance, disons, particulière. Mais nous y reviendrons plus tard.

Nous voilà donc à Old Trafford, « the Theatre of Dreams ». Situé dans le quartier d'Old Trafford donc, quasiment côte à côte avec le stade de cricket, le stade de United est le 2ème plus grand d'Angleterre avec une capacité d'environ 75.000 places, juste après Wembley. Facile d'accès, le tram s'arrête à quelques centaines de mètres de l'enceinte des Red Devils, bâtie en 1909. Un stade magnifique, à la fois moderne et traditionnel. Moderne de part sa tribune East Stand, qu'on aperçoit en arrivant au stade. Une tribune recouverte d'un mur de vitres qui abritent les locaux du centre administratif du club. A l'entrée de la tribune se trouve également la boutique du club, l'une des plus grandes boutiques officielles d'Angleterre. Au dessus, l'inscription « Manchester United » s'illumine de rouge les soirs de match. De grandes structures métalliques blanches maintiennent le toit, dont la construction ne fut finalisée qu'en 1973. L'enceinte a également un aspect plus traditionnel. En effet, sur la place située en face de la tribune, des statues à l'effigie des légendes du club ont pris place. Au pied de la East Stand se trouve celle de Sir Matt Busby, entraineur de United entre 1945 et 1969. Juste en face se trouve une statue représentant la « United Trinity », avec George Best, Denis Law et Bobby Charlton. La statue de Sir Alex Ferguson a quant à elle pris place au pied de la tribune nord, dorénavant appelée « Sir Alex Ferguson Stand ». A l'intérieur de l'enceinte, on constate qu'il s'agit là d'un vrai stade à l'anglaise, malgré son immensité. Des tribunes très proches du terrain, divisées sur 2 étages, et des panneaux d'affichage on ne peut plus basiques. En face de la tribune East, se trouve la tribune « Stretford End », où se placent généralement les plus fervents supporters du club. Arrivés à nos places au premier étage de la East Stand, nous pouvions enfin profiter du spectacle. Les supporters de l'Ajax étaient quant à eux placés au deuxième étage de cette même tribune, ambiance garantie.



Le match

L'Europa League est perçue différemment selon les clubs. Une équipe comme l'Ajax, qui éprouve souvent des difficultés en Ligue des Champions a surement à cœur de faire bonne impression en Europa League. Pour Manchester United, en revanche, on peut estimer que ce n'est pas une compétition prioritaire, pour laquelle ils vont pas se battre au maximum, surtout que leur combat en championnat est très intense. C'est certainement pourquoi SAF a laissé quelques cadres sur le banc pour ce match, d'autant plus qu'ils avaient remporté l'aller 2-0 à l'Ajax Arena. L'équipe de United était tout de même très compétitive, car après les performances médiocres de Ligue des Champions, il est encore temps pour les joueurs de se racheter auprès de leurs supporters.

De Gea ; Jones, Smalling, Fabio, Rafael ; Park Ji-sung, Nani, Young (Evans), Cleverley (Scholes); Berbatov (Welbeck), Hernandez.

En ce qui concerne l'Ajax, Franck De Boer a montré qu'il était venu à Old Trafford pour jouer en alignant un 11 de départ très solide :

Vermeer ; Alderweireld, Vertonghen, Anita, Van Rhijn ; Koppers (Klaassen), Eriksen (Thulani Serero), De Jong, Lodeiro (Blind) ; Sulejmani, Ozbiliz

Alors que l'on attendait un pressing haut et intense de l'Ajax, c'est United qui impose son rythme en ce début de match. Et l'Ajax va le payer dès la 5ème minute de jeu. Récupération de Park au milieu de terrain, Berbatov récupère le ballon et passe en profondeur pour Hernandez, qui élimine son défenseur et ajuste le gardien pour ouvrir la marque. 5 minutes de jeu et United prend l'avantage. On se dit alors que ce sera très dur pour l'Ajax de remonter 3 buts à Old Trafford. Or, les hommes de Franck De Boer poussent et jouent un football plutôt agréable face à des Red Devils qui tentent tant bien que mal de contrôler le résultat, et donc reculent dans leur moitié de terrain. Ainsi, le match est très ouvert et les deux équipes se procurent des occasions. Puis, à la 36ème minute de jeu, l'Ajax tente de pénétrer dans la surface mais la balle est repoussée dans l'axe par Jones. Ozbiliz, à hauteur des 16,50m reprend directement d'une frappe limpide et trompe De Gea. Les deux équipes rentrent aux vestiaires à la pause sur le score de 1-1. Lors de la seconde mi-temps, le match perd en intensité. Les fautes se multiplient et l'Ajax ne parvient pas à trouver la faille. On se dit que l'affaire est pliée pour United, mais sur un coup-franc d'Ozbiliz à la 86ème minute, Alderweireld reprend de la tête et donne l'avantage à son équipe. Le stade retient son souffle, les supporters de l'Ajax haussent le ton. Rien n'y fera, l'Ajax s'impose donc à Old Trafford mais est éliminé de l'Europa League, au terme d'un très beau match et d'une belle prestation des deux équipes.



L'ambiance

Comme je l'ai dit précédemment, arrivés à Manchester en début d'après-midi, nous avons rencontré les fans de l'Ajax. Une ambiance bonne enfant régnait dans ce pub au pied de la grande roue de Manchester. Quelques policiers entouraient le bar afin de s'assurer que tout était en ordre. Les supporters jouaient en foot en terrasse, chantaient, chambraient aussi. Par exemple, en rapport avec l'incident entre Evra et Suarez lors du match Manchester United – Liverpool, les fans de l'Ajax (ancien club de l'uruguayen) chantaient quelques chants en son honneur en plein Manchester. Or, peu avant le début du match, nous nous apprêtions à nous diriger vers le stade, lorsque des échauffourées ont éclaté entre les fans de l'Ajax et la police. Dans l'agitation, nous avons suivi un groupe de quelques supporters pour au final nous retrouver encerclé par la police montée, au sein même du cortège de l'Ajax. Sauf que, comme nous a prévenu un des policiers, « once you're in, you're in ». En gros, une fois qu'on est dans le cortège, on y sort plus. C'est donc avec les fans de l'Ajax, escortés par la police montée, que nous nous sommes rendu à Old Trafford. Sur le chemin, la tension était retombée et les supporters ont recommencé à chanter comme si de rien était. Les fans de l'Ajax semblaient en effet habitués à ce genre de situation. Nous arrivions enfin aux abords du stade, moment choisi par les supporters pour signifier leur présence en (re)lançant des chants. Les fans de United présents à ce moment ont bien entendu répondu à ses derniers. L'ambiance était assez électrique. Une altercation entre fans des 2 camps a éclaté en face de la East stand, provocant un mouvement de foule dans un cortège désormais rempli de fans surexcités. A quelques minutes du coup d'envoi, nous avons finalement pu sortir du cortège pour enfin rejoindre nos places. Avec 5 minutes de retard, nous arrivions dans l'enceinte d'Old Trafford.

Les supporters de Manchester United, bien que très actifs lors des années 70 et 80 avec leur fameuse « Red Army », ne sont malheureusement pas très réputés pour leur ambiance. Old Trafford et ses 75.000 places ne rugit pas autant qu'il le pourrait. J'avais pu le constater lors d'un match plus tôt dans la saison contre les roumains de Cluj, lors de la phase de groupe de Ligue des Champions. Quelques chants retentissaient au fil du match, une belle explosion de joie lors des buts, mais rien de plus. Or, je me doutais bien que l'on allait assister à un très beau spectacle en tribune, notamment grâce aux fans de l'Ajax. Et nous n'avons pas été déçu. En effet, les supporters de United n'ont pas été très dynamiques pendant cette rencontre. Au contraire des fans hollandais, qui eux n'ont pas fait le voyage pour rien. Une ambiance digne de l'Ajax Arena à Manchester, des chants incessants et des fumigènes pour fêter les buts. Il est difficile de dire comment l'ambiance était perçue sur le terrain, mais de l'étage inférieur, on aurait pu penser qu'ils jouaient à domicile. Malgré l'élimination, ils ont poussé leur équipe jusqu'à la fin, même après le coup de sifflet final. Une ambiance qui a le mérite de donner l'envie d'aller faire un petit tour dans la capitale hollandaise. Pour ce qui est des fans de United, il est vrai que Manchester United n'est pas considéré comme l'une des plus belles ambiances d'Angleterre. Cependant, y voir un match vaut vraiment le détour, ne serait-ce que pour son stade, son équipe ou encore son histoire. Alors que l'Armée Rouge était le groupe de supporters qui se déplaçait le plus au début des années 80, les différentes restrictions gouvernementales intervenues après les tragédies du Heysel et de Hillsborough ont complètement modifié le paysage du hooliganisme. De plus, la modernisation du football a entrainé une hausse des prix, ce qui a progressivement évincé les plus fervents supporters du club, généralement issus du milieu populaire. L'attractivité internationale de Manchester United a attiré de nouveaux supporters partout en Angleterre et dans le monde. Conséquence directe de ces nombreux facteurs, l'ambiance d'Old Trafford s'est considérablement détériorée, au profit de spectateurs beaucoup plus laxistes. Il ne faut pour autant pas sous-estimer la capacité des supporters de United à donner de la voix lors de grosses affiches. Les rivalités ont ce pouvoir de stimuler l'ambiance d'un stade. Dès lors, lorsque les 75.000 fans présents au stade décident de pousser leur équipe, il est alors possible de profiter d'un grand spectacle, à la hauteur du standing d'un club comme Manchester United.



Quelques informations

Acheter des billets : Comme partout en Angleterre, il est plutôt compliqué d'obtenir des billets pour un match de Manchester United. Sur le même modèle qu'à Liverpool, il est possible d'acheter un membership en début de saison afin de bénéficier d'une priorité sur les places. Ce qui n'est évidemment pas rentable pour un seul match. Dans ce cas, il faudra aller sur la billetterie en ligne du club ; il est nécessaire de s'y rendre régulièrement afin de connaître les différentes dates de mise en vente.

Prix des billets : Les prix commencent à environ £30 pour les places en quart de virage, et peuvent monter jusqu'à plus de £50 en tribunes latérales.

Accès au stade : L'accès au stade est très facile, le tram effectue une liaison directe depuis le centre ville jusqu'à la station Old Trafford. Celui-ci s'arrête juste à côté du stade de cricket, il suffit ensuite de descendre la rue jusqu'au stade de football.

Structure du stade : Le stade est divisé sur 2 étages. Bien que l'un des plus grands stades d'Angleterre et d'Europe, les places les plus élevées offrent tout de même une vue plus que satisfaisante, du fait que les tribunes soient très proches du terrain. Les virages offrent un excellent rapport qualité/prix, notamment la East stand où il est plus facile d'obtenir des billets. En effet, Stretford end est très souvent remplie car de nombreux supporters y ont un abonnement annuel. En ce qui concerne les latérales, la vue y est évidemment meilleure pour un prix toutefois accessible, mais l'ambiance n'est pas forcément au rendez-vous. La Sir Alex Fergusen stand est également difficile d'accès dû aux nombreux demandeurs de billets. Enfin, la South stand accueille la zone présidentielle.

Ambiance : Force est de constater qu'Old Trafford ne fait pas partie des meilleures ambiances d'Angleterre. Cependant, il semble évident qu'Old Trafford se transforme littéralement lorsque United rencontre un rival ou une grande équipe, les supporters jouant dès lors à fond leur rôle de 12ème homme. Or, les dirigeants eux-mêmes sont les 1ers à reconnaître que le stade manque cruellement d'ambiance. Peu de chant, peu de couleurs dans les tribunes, y compris dans la Stretford End ; il suffit que le rythme du match s'essouffle un peu pour que la dynamique des supporters tombe proche du néant. En revanche, il faut reconnaître que lorsque les fans donne de la voix, ca en vaut vraiment le coup. Particulièrement lorsque tout le stade scande des « United ! United ! » lors de situation offensives. L'hymne du club « Glory Glory Man United » a également de quoi donner quelques frissons, lorsque celui-ci n'est pas repris par les fans adverse en « Who the fu** are Man United », comme ce fut le cas contre l'Ajax.


AA


NB: Cet article raconte mon histoire vécue sur un match en particulier. Je ne prétends pas connaitre tout sur l'histoire du club et de ses supporters.


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire