Stadium Stories

20/08/2014

Au début de la saison 2013/2014, la Juventus de Turin a repris les rênes de la Serie A. Facile vainqueur du championnat la saison précédente, cette Juve apparaît plus forte que jamais et prête à défendre son titre, mais pas que. En effet, l'arrivée de Carlos Tevez lors du mercato estival fait figure d'ambition non seulement nationale, mais également européenne. Tombée en ¼ de finale face au Bayern Munich, la Vielle Dame aspire à mieux lors de cette nouvelle campagne de Ligue des Champions. Mais la priorité pour les hommes de Conte reste évidemment le championnat. En ce début de saison, les tifosi bianconeri sont donc impatient de retrouver leur équipe dans leur antre du Juventus Stadium. Le premier match à domicile sera face à la Lazio de Rome, récent vainqueur de la Coupe d'Italie face à l'AS Roma.

Voici quelques infos sur le match :


Match : Juventus – Lazio (4-1)

Buts : Vidal, 14', 26' ; Vucinic, 49' ; Tevez, 80' (Juve) ; Klose, 28' (Lazio)

Stade : Juventus Stadium, Torino, Italie

Compétition : Serie A, 2ème journée

Date : 31 Aout 2013.


Contexte

La Juventus reprend la compétition après une saison 2012/2013 fantastique. Les bianconeri ont remporté le championnat brillamment pour la deuxième fois consécutive. Leur dernier titre de champion remontait alors à 2003. La descente en Serie B de 2006 a clairement impacté l'effectif de la Juve, qui a alors dû se reconstruire pour retrouver son meilleur niveau. Or, depuis 2011, cette équipe s'est métamorphosée en réelle machine à gagner. Lors de cette même saison, la Juventus a enchainé l'impressionnante série de 38 matchs sans défaite, soit aucune défaite sur l'ensemble de la saison. Série encore en cours lors de cette 2ème journée de Serie A. La Juventus, pour son premier match à domicile, reçoit donc la Lazio. Equipe qu'elle a affronté quelques semaines plus tôt lors de la SuperCoupe d'Italie, remportée facilement par la Vieille Dame 4 buts à 1. Entre temps, les bianconeri sont allés s'imposer 1-0 sur la pelouse de la Sampdoria de Gênes. La confiance est donc au maximum pour les joueurs de Conte, qui ne souhaitent évidemment pas s'arrêter là. Le principal objectif du côté du club est bien entendu d'ajouter de nouvelles lignes à un palmarès déjà bien rempli. En effet, la Juve c'est 29 titres de champion d'Italie (ou 31 plus les plus fervents supporters), 9 Coupes d'Italie, 6 Supercoupes, 2 Ligues des Champions, 3 Ligues Europa et 2 Supercoupes d'Europe. L'Equipe la plus titrée d'Italie continue donc sa marche en avant dans ce championnat qu'elle maitrise totalement depuis son retour au plus au niveau. A elle de prouver que maintenant, elle est capable de prouver sa valeur sur la scène européenne.

La Juventus est l'équipe la plus populaire du pays, avec des groupes de supporters répartis sur l'ensemble du territoire. Cependant, s'asseoir sur le toit de l'Italie est également source de rivalité. La Juventus entretient une forte rivalité au niveau régional avec son voisin turinois du Torino. Le Derby Della Mole, comme il est appelé, tourne à l'avantage de la Juventus avec un bilan de 93 victoires et 62 nuls en 227 rencontres. Un bilan positif pour les bianconeri, qui s'est notamment dessiné à partir de la fin des années 70 et la chute du Grande Torino. En effet, juste après la seconde guerre mondiale, c'est le voisin du Toro qui dominait alors l'Italie, avant de sombrer suite à un accident d'avion, puis à de nombreux problèmes financiers. Mais le vrai derby de la Juventus est le match qu'ils disputent contre l'Inter de Milan. Un derby appelé le Derby d'Italia, car les deux équipes les plus titrées du pays s'affrontent. Pour les ultras de l'Inter, ce match, dépendamment des circonstances, est parfois plus important que celui contre le Milan AC. Là encore, c'est la Juve qui domine les débats avec 93 victoires et 52 nuls pour 211 rencontres au total. Enfin, la Juve c'est aussi une rivalité contre le Napoli. Une rivalité qui s'est dessiné plus sur le plan géographique que sportif. En effet, les disparités qui existent entre les régions du Nord et de Sud en Italie se reflètent dans ce match. La Juventus, c'est donc une histoire très riche en succès mais c'est aussi des moments moins joyeux. Mis à part la descente en Serie B en 2006 après l'affaire du calciopoli et des matchs truqués, on se souvient également du drame du Heysel en 1985. Une date qui restera gravé dans l'esprit des ultras de la Juve ou 39 supporters dont 34 italiens ont perdu la vie à la suite d'affrontements avec les fans de Liverpool lors de la finale de la Ligue des Champions. Un drame dont les origines remontent à l'année précédente ou des incidents avaient déjà éclatés entre anglais et italiens.

En cette soirée d'Aout 2013, la Juventus revient au Juventus Stadium pour la première fois depuis son titre de champion d'Italie et sa victoire en Supercoupe. Un match qui s'annonce palpitant contre une Lazio en bonne forme. Ce sont donc des supporters très motivés qui se rassemblent à Turin pour célébrer la saison précédente riche en succès ainsi que cette nouvelle saison pleine d'ambition.



Juventus Stadium

Comme il est coutume en Italie, la ville de Turin est l'hôte de deux grands clubs de football. Le Torino, qui a connue une période très prolifique dans les années 40 mais qui depuis rencontre des difficultés à se maintenir en Serie A. Et la Juventus, club le plus titré et le plus soutenu du pays. Ces deux clubs ont partagé le même stade pendant 16 années, le Stadio delle Alpi. Un stade de 68.000 places construit en 1990 pour la Coupe du Monde en Italie de cette même année. De 1990 à 2006, les deux clubs turinois ont donc partagé ce stade, jusqu'à ce que le Torino déménage au Stadio Olimpico de Turin. La Juve devient alors l'unique club résident du Stadio delle Alpi. Cependant, la Juve rejoindra plus tard le Torino au Stadio Olimpico pour plusieurs saisons. En effet, le club bianconero prépare son nouveau stade, et la destruction du Stadio delle Alpi débute. L'Olimpico est le deuxième stade olympique d'Italie, avec celui de Rome. Il a été rebaptisé ainsi suite aux Jeux Olympiques d'hiver de 2006. Il s'appelait auparavant le Stadio Communale et compte un peu moins de 30.000 places. La Juventus aura donc beaucoup déménagé durant ces dernières décennies, mais la ferveur des supporters bianconeri, elle, n'a jamais quitté Turin. Le club possède en effet une base de fan très importante dans toute l'Italie, mais surtout à Turin où les supporters du Torino, bien que réels passionnés, se font plus rares. C'est donc depuis la saison 2011/2012 que la Juve prend place dans son stade flambant neuf et ultra moderne, le Juventus Stadium.

Ce nouveau stade se situe un peu à l'extérieur de la ville, au milieu d'un immense espace de trafic. En effet, le tram, des bus, des taxis, des places de parking, nombreux sont les moyens de transport qui permettent de s'y rendre assez aisément. En revanche, l'entrée à l'intérieur de l'enceinte est un peu plus complexe. Trouver la bonne entrée relève du défi et nécessite pour certaines zones de passer via le centre commercial ultra moderne collé au stade. Alors oui, il s'agit d'un stade vraiment moderne, qui facilite la sécurité et incite à la consommation. L'intérieur est tout autre. Des tribunes séparées sur 2 étages, très proches de la pelouse, un virage sud bien agencé, parfait pour une ambiance au top. Deux immenses pylônes se trouvent aux extrémités du stade et permettent de maintenir le toit. Le Stadio Delle Alpi se remplissait difficilement. Avec sa capacité réduite à 41.000 places, le Juventus Stadium sonne rarement creux. Au niveau du nom, certes il y avait plus original, or il est plaisant de voir que certains grands clubs ne s'adonnent pas systématiquement aux opérations de naming avec le nom de sociétés partenaires. Dans ce cas, le nom du stade appartient à Sportfive Italia qui a décidé de conserver un nom à l'image du club, et non de l'entreprise. L'âme du club reste donc intacte dans ce stade magnifique. Gris de l'extérieur avec deux lignes rouge et verte aux couleurs de l'Italie, blanc et noir avec quelques étoiles et inscriptions en jaune à l'intérieur aux couleurs du club. Le virage sud, repère des ultras bianconeri, accueillent régulièrement des tifos, mais l'ambiance s'étend bien à l'ensemble des tribunes lors de jour de match.


Le match

Peu de temps après avoir corriger la Lazio en Supercoupe d'Italie 4-0, les deux équipes se retrouvent pour la 2ème journée de cette Serie A 2013/2014. Les ambitions du club de Turin sont grandissantes. Après avoir survolé le championnat, la Juve a rencontré plus de difficulté en Europe la saison précédente. L'arrivée de Carlos Tevez au mercato estival démontre bien l'envie des bianconeri d'aller chercher ce titre de champion, mais aussi de faire meilleure figure en Ligue des Champions. Pour ce premier match à domicile, voici la composition des équipes entrainées par Conte et Petkovic :

Buffon ; Barzagli (Ogbonna), Bonucci, Chiellini ; Lichtsteiner (Isla), Vidal, Pirlo, Pogba, Asamoah ; Tevez, Vucinic (Quagliarella).

Marchetti ; Cavanda, Novaretti, Cana, Radu ; Gonzalez, Biglia (Ledesma), Hernanes, Lulic ; Candreva (Floccari), Klose (Ederson).

La Juve entame ce match de la meilleure des manières. Grosse conservation de balle et construction devant une équipe Laziale très regroupée derrière. Et ca paye très rapidement. 10ème minute de jeu, Vidal ouvre le score après une passe en profondeur de Pogba à l'entrée de la surface adverse. Le Chilien contrôle du droit et enchaîne le petit tir croisé du gauche qui rentre dans les buts de Marchetti. Vidal va rapidement doubler la mise à la 26ème grâce à une ouverture de Bonucci. Il récupère la balle côté droit, s'ouvre le but, et ajuste Marchetti du gauche. Des bianconeri qui font le break, bien aidé par une défense romaine trop passive. Mais 2 minutes plus tard, Klose va remettre la Lazio sur le bon chemin. Après une frappe lourde d'Hernanes à l'entrée de la surface, Buffon relâche dans les pieds de l'Allemand qui n'a qu'à pousser le ballon au fond des filets. Le score ne bougera plus jusqu'à la pause. Dès le retour des vestiaires, la Juve reprend son avance de 2 buts par l'intermédiaire de Vucinic. Bonucci à nouveau à l'origine avec une longue passe dans le dos de la défense pour Vucinic qui reprend directement et trompe le gardien biancoceleste. A 10 minutes de la fin, Tevez scelle définitivement le sort de ce match en marquant un quatrième but à des laziali alors réduit à 10 (2 cartons jaunes pour Hernanes). Alors qu'il reçoit le ballon dans l'axe, l'Apache crochète Cana et place une frappe placée qui vient aggraver le score. Dominatrice, jamais vraiment inquiétée, la Juve reprend ce championnat comme elle l'avait commencé, au sommet de son art.



L'ambiance

L'arrivée au stade laisse déjà entrevoir l'ambiance des supporters de la Juve. Beaucoup de mouvement, de chants, de drapeaux. L'immensité du complexe rend compliqué le regroupement de supporters mais l'arrivée des joueurs a le don de rassembler tout le monde. En effet, à l'approche des joueurs, un grand nombre de supporters se rassemblent devant le portail afin d'accueillir les bus. D'abord, celui de la Lazio, reçu avec une bronca impressionnante et de nombreux sifflets. Ensuite celui de la Juve, reçu cette fois avec une grande ferveur, des applaudissements, et des chants bianconeri. En entrant dans le stade, on trouve les ultras de la Juve en Curva Sud. A côté du virage nord se trouve le parcage pour les supporters adverses. Bien avant le début du match, énormément d'ultras sont déjà regroupés dans la tribune pour préparer les animations. Très régulièrement, le Juventus Stadium prend des couleurs pour accueillir son équipe, à l'initiative des groupes ultras. Ce fut le cas lors de la réception de la Lazio, pour le retour des bianconeri à domicile.

Dès la sortie des joueurs pour l'échauffement, la Curva Sud commençait à élever la voie. Des chants pour chaque joueur descendaient des tribunes, et une réelle complicité s'installait avec les joueurs qui réagissaient à chaque chant des ultras, notamment Buffon qui est venu saluer ses supporters plusieurs fois lors de son échauffement. A l'entrée des joueurs sur la pelouse, il était temps pour les ultras de dévoiler leur création du jour, un hommage au titre de champion remporté la saison précédente. Une immense mosaïque de drapeaux vert, blanc et rouge, avec au milieu une toile représentant le trophée. Mais le moment le plus impressionnant reste l'hymne. Un hymne entonné par l'ensemble du stade, debout, les écharpes levées et à chaque refrain, le son est coupé afin de laisser les supporters exprimer leur amour pour leur club de cœur : « JUVE, Storia di un' grande amore… » ! Un moment réellement magique. Une fois le match commencé, l'ambiance n'est pas retombée, au contraire. Des chants très réguliers, avec beaucoup de chorégraphies et d'animation. Des chants qui s'étendent parfois à l'ensemble du stade, comme ce chant « Chi non salta è napoletano… ». Qui ne saute pas est napolitain, ce chant qui amène tous les spectateurs à se lever et sauter sur place. Les supporters bianconeri rendent beaucoup d'hommage à leurs joueurs tels que Pirlo, Vidal ou Buffon qui ont tous leur propre chant. Comme énoncé précédemment, le Juventus Stadium a une capacité réduite par rapport au ancien stade de la Juve, mais c'est un stade plein et très bruyant qui offre d'incroyables explosions de joie lors de buts, la participation de l'ensemble des supporters aux chants, et donc une des meilleures ambiances d'Italie.

Beaucoup de groupes de supporters se sont formés et déformés depuis les années 70. A ce jour, ce sont principalement 2 groupes ultras qui contrôle la Curva Sud et qui sont reconnus en Italie et en Europe, mais plusieurs petits groupes les accompagnent dans leur tribune. C'est d'ailleurs à l'origine d'une fusion entre plusieurs groupes ultras, considérés dans les années 80 comme les premiers hooligans du club, que sont nés les Drughi, précédemment appelé l'Arancia Meccanica (référence au film Orange Mécanique). Ce changement de nom découle d'une haine naissante entre fans anglais et italiens suite au drame du Heysel. L'autre groupe référent de la Curva Sud a été créé en 1990 par des fans d'un quartier de Turin. Ce groupe grandissant prendra le nom de Viking fin des années 1990. Ces groupes de supporters cohabitent donc dans le virage sud du Juventus Stadium et partagent également de nombreuses rivalités. Pas forcément la plus évidente, mais celle qui peut le plus marquer lorsqu'on se rend au stade et celle avec le Napoli. Beaucoup de maillots et chants anti napolitain proviennent de la Curva Sud. Mais la Juve entretient surtout une grande rivalité avec leur voisin du Turin, le Torino lors du derby della Mole. Une rivalité peu entretenue au fil du temps car les deux équipes se sont rarement retrouvées dans la même division cette dernière décennie. Une rivalité plus sportive cette fois-ci, avec l'Inter de Milan, deux des clubs les plus titrés d'Italie, qui génèrent beaucoup d'animosité au sein des différents groupes de supporters. Le match entre ces deux géants est d'ailleurs surnommé le derby d'Italia. Au même titre que l'Inter, mais tout de même à moindre mesure, la Juve entretient une rivalité régionale et sportive avec le Milan AC et enfin la Fiorentina. Rivalités mises à part, la Juve a également établie plusieurs jumelages avec le club de Salernitana en Italie, de l'ADO La Haye au Pays-Bas et avec le Legia Varsovie en Pologne.



Quelques informations

Acheter des billets : Le Juventus Stadium est souvent plein, particulièrement lors de grosses affiches. Les supporters de la Juve possèdent, comme partout en Italie, la « tessera del tifoso », une carte de membre obligatoire pour tifosi qui leur permet un accès au stade. Par conséquent, il est plus difficile de trouver des places pour un seul match. La billetterie n'est pas hébergée sur le site de la Juve, mais sur le site web d'un prestataire externe, spécialisé dans la vente et revente de billets. En effet, des liens sur le site officiel de la Juve redirigent directement vers le site sticket.com sur lequel il est possible de trouver des places. Les supporters membres ont un accès prioritaire sur les billets mais la vente libre est tout de même largement accessible.

Prix des billets : Les tickets du Juventus Stadium sont relativement cher par rapport aux autres clubs italiens. Ils débutent à environ 30€ dans les virages, 50€ en quart de virage et environ 70€ et plus pour les tribunes latérales.

Accès au stade : Le stade se trouvent en dehors de la ville, mais facilement accessible grâce aux divers moyens de transports qui y mènent (bus et trams).

Structure du stade : Le stade comprend un grand premier étage, très proche du terrain, à seulement 7,5m de la pelouse. Le deuxième étage quant à lui a une capacité plus diminuée. Il possède 41.000 places assises. Les tifosis bianconeri se situent dans la Curva Sud du stade. Le parcage visiteur est situé à l'opposé dans la Nord, séparée des supporters locaux par des vitres. Les couleurs des tribunes, plutôt originales, reprennent l'histoire du club avec des mosaïques de joueurs et de trophées du club. D'extérieur comme d'intérieur, un stade réellement magnifique.

Ambiance : Les fans de la Juventus sont parmi les plus nombreux et fidèles d'Italie. Les différents groupes ultras, très actifs, organisent très régulièrement et quasiment lors de toutes les grosses affiches des tifos, généralement à base de mosaïque et drapeaux. Une Curva Sud très colorée, très dynamique, qui étant même ces animations aux tribunes latérales, pour un effet impressionnant. L'hymne de la Juve, lorsqu'il retentit au début et à la fin des matchs, vaut vraiment le coup. Un stade plein qui chante de pleine voix, avec une poussée d'adrénaline lorsque le son est coupé pour le refrain. Très bonne ambiance garantie.


AA


NB: Cet article raconte mon histoire vécue sur un match en particulier. Je ne prétends pas connaitre tout sur l'histoire du club et de ses supporters.


Votre compte sur SOFOOT.com

1 réaction ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Jérémie2015 le 11/03/2015 à 13:57
      

    Personnellement, je n'ai jamais assisté à un match de foot au Juventus Stadium. Bien que je consulte le classement de la Serie A de temps en temps, le Championnat d'Italie ne m'intéresse pas vraiment.


1 réaction :
Poster un commentaire