Stadium Stories

06/12/2013

Même ville mais club différent. Sorti du quartier d'Old Trafford, de l'autre côté de la ville se trouve l'Etihad Stadium, stade de Manchester City. Considéré comme le club de la ville de Manchester, les Skyblues ont vécu une grande partie de leur histoire dans l'ombre du voisin United. L'occasion pour moi d'aller découvrir les Citizens dans leur antre de l'Etihad, normalement appelé City of Manchester Stadium. Le nom Etihad provient d'une opération de naming, mise en place lors du rachat du club par le richissime Sheikh Mansour. C'est donc lors d'un match de Ligue des Champions contre les espagnols de Villareal que j'ai eu l'opportunité d'évaluer la nouvelle dimension de Manchester City.

Voici quelques infos sur le match :


Match : Manchester City – Villareal (2-1)

Buts : Cani, 4' (Vil) ; Marchena, 43' (csc), Aguero, 90' (Man City)

Stade : Etihad Stadium, Manchester, Royaume-Uni

Compétition : Ligue des Champions, phase de groupe, 3ème journée

Date : 18 Octobre 2011.

Contexte

Manchester City est à cette époque en plein développement, tant au niveau technique qu'au niveau de la puissance financière. Racheté en 2008 par le groupe d'investissement du Sheikh Mansour des Emirats Arabes Unis, City a par la suite eu du mal à s'épanouir, malgré les transferts de joueurs stars. En effet, avec les arrivées de Yaya Touré, David Silva, ou encore Aguero entre 2009 et 2011, les Skyblues n'ont jamais réussi à avoir un réel impact sur la Premier League. Il faudra justement attendre cette saison 2011/2012 pour voir City prendre les commandes de la Premier League et remporté leur premier titre de champion depuis 44 ans. Preuve de leur fulgurante ascension au cours des dernières années, City à terminé la saison 2009/2010 à une correcte 5ème place, puis 3ème l'année suivante, et enfin le titre en 2012.

Cependant, City manque cruellement d'expérience au niveau européen, et l'équipe n'a pas encore eu le temps de développer des automatismes pour être réellement compétitif en Ligue des Champions. D'autant plus que lors de cette saison 2011/2012, Les Citizens sont tombés dans un groupe relevé avec le Bayern Munich, Napoli et donc Villareal. City s'en sortira plutôt bien en remportant ses deux matchs contre les espagnols, en tenant en échec le Napoli et gagnant même contre le Bayern. Les défaites en Allemagnes et en Italie auront raison de City, qui terminera 3ème de son groupe avec 1 point de retard sur le Napoli, et sera donc relégué en Europa League. La suite sera moins glorieuse car les Skyblues se feront sortir par le Sporting Portugal en 16ème de final.
Malgré un parcours européen plutôt décevant, City commence à prendre de l'ampleur en Angleterre et vient jouer les trouble-fête en tête de la Premier League. Manchester United, champion en titre, subit de plus en plus la super puissance de City, notamment lors d'une humiliante défaite 6-1 à Old Trafford. City s'imposera également au match retour 1 but à 0, ce qui a beaucoup joué en leur faveur lors du sprint final. Non seulement City impressionne par son effectif, mais également par sa capacité à proposer un jeu attractif, rythmé, et porté vers l'avant. Même si globalement, l‘équipe manque encore d'automatismes et de régularité, il faut reconnaître que City offre un spectacle plutôt attractif. Les Skyblues ont donc remporté leur 3ème titre de champion d'Angleterre cette année là, auquel s'ajoutent 5 FA Cup, 2 League Cup ainsi qu'une C2 en 1970. Une armoire à trophée peu remplie comparé aux deux géants de la Premier League que sont United et Liverpool, mais City construit sont histoire petit à petit, et s'installe doucement mais surement dans le top 4 du championnat anglais. De quoi enfin clamer être le club de la ville de Manchester.

Etihad Stadium

Picadilly Station, Manchester. Lors de matchs en semaine, il est difficile de véritablement ressentir l'atmosphère qui règne dans le centre ville. Arrivé à la gare en fin de journée, il était dors et déjà temps de prendre la route du stade, qui se trouve à l'Est de la ville. Complètement à l'opposé d'Old Trafford donc. Le temps de se diriger vers le centre ville pour trouver un taxi, il était possible de croiser certains supporters prendre également la route de l'Etihad, dès la sortie du travail. Malgré la nouvelle puissance du club, il faut se rappeler que Manchester City participe à la Ligue des Champions pour la deuxième fois de son histoire lors de cette saison 2011/2012, après avoir été éliminé au premier tour lors de l'édition 1968/69. City avait auparavant disputé l'Europa League, ou Coupe de l'UEFA, à 8 reprises allant jusqu'en ¼ de final en 1979 et 2009. Mis à part sa victoire en Coupe des Coupes (C2) en 1970, City n'a qu'une très faible expérience des compétitions européennes. On peut alors comprendre les difficultés de l'équipe à passer les phases de groupe jusqu'à présent. Il y a cependant un réel enthousiasme de la part des supporters Citizens lors de ces soirées européennes.

Après avoir trouvé un taxi, nous arrivions au complexe de l'Etihad Stadium. Complexe, car le stade se trouve au milieu d'un espace entièrement dédié à Manchester City. Une fois sortis du taxi, nous arrivions dans l'enceinte du stade par une route piétonne extrêmement large, permettant de fluidifier la sortie des supporters après les matchs certainement. Premier passage obligatoire, la boutique du stade. Stratégiquement situé à l'entrée du complexe, le City Store offre tous les produits dérivés du club, dont la plupart sont adaptés à l'événement. Juste derrière se trouve le stade, encerclé par un chemin très spacieux, offrant de multiples animations les soirs de matchs. En faisant le tour du stade, il était possible de tomber sur un groupe de musique, des jeux et autres concours pour les supporters, ou encore des écrans diffusant des petits films sur l'histoire de Manchester City. L'expérience de stade offerte aux supporters est vraiment intéressante du côté de l'Etihad Stadium. En plus du match en lui-même, le club met des nombreux services à disposition des fans afin d'assurer une certaine continuité au niveau du divertissement. Cependant, la modernité du complexe, bien que globalement surprenant, remet en cause l'essence même du football, à savoir un sport populaire et de proximité. L'argent investi par les dirigeants a contribué à dépersonnaliser l‘âme de ce club, autrefois très proche de ses fans et des habitants de Manchester en général. En effet, Manchester City est le club de la ville de Manchester, tandis que United représente le quartier d'Old Trafford, géographiquement parlant. Malgré ce nouvel attrait du club et de son stade, les plus fervents supporters de City sont toujours très présents à l'Etihad Stadium.

Le stade en lui-même est très impressionnant par son architecture et sa modernité. Le City of Manchester Stadium est très récent puisqu'il a été construit fin des années 90, mais a accueilli son premier match en 2003. Manchester City y joue désormais ses matchs à domicile, en remplacement de leur ancien stade, le Main Road Stadium. Main Road était un monument de la Premier League, considéré comme l'un des stades les plus bruyants d'Angleterre, offrant une ambiance remarquable. Il était d'ailleurs surnommé le Wembley du Nord, avant d'être démoli en 2004. L'Etihad n'en reste pas moins magnifique. Caractérisé par ses grands mats métalliques reliés à un système de câble permettant de maintenir le toit, il dispose d'une capacité d'environ 48.000 places. A l'intérieur, les sièges, tous de couleur bleu ciel et blanc, sont séparés en 4 tribunes liées les unes aux autres grâce aux quarts de virage arrondis. Les tribunes sont divisées en 2 étages sur l'ensemble du stade, auxquels il faut rajouter un troisième étage sur chacune des latérales. Deux écrans géants sont installés dans les quarts de virage. La division des tribunes est assez simple, à savoir North, South, East, West Stands. Le « Kop » des Citizens se trouve au bas de la tribune Nord, tandis que les supporters adverses sont généralement placés au 1er étage de la tribune Sud. Pour ce match en particulier, très peu d'espagnols avaient effectué le déplacement. Nous étions donc situé en bas de la South Stand, prêt pour le début du match.



Le match

City avait à ce jour mal commencé sa campagne européenne. Après une défaite à Munich et un nul à domicile contre le Napoli, la victoire était dors et déjà indispensable pour rester dans la course à la qualification. Les joueurs de Villareal ont quand à eux vécu une année difficile, tant au niveau européen que national. En effet, le club espagnol a été relégué en deuxième division à la fin de cette saison 2011/2012. Pas de quoi cependant sous-estimé l'adversaire du jour, sachant qu'il faut à tout prix pour City éviter le piège et obtenir les 3 points. C'est donc une équipe compétitive qui se présente à l'Etihad, mise en place par Roberto Mancini :

Hart ; Kompany, Lescott, Kolarov, Zabaleta ; Johnson (Barry), Nasri (Milner), Silva, De Jong (Aguero), Touré ; Dzeko.

Côté espagnol, on peut noter la présence de Pepito Rossi en pointe, avant que les blessures ne l'éloignent des terrains. Et c'est ce dernier qui va s'illustrer en tout début de partie. On ne joue pas la 5ème minute de jeu lorsque Rossi décroche une frappe lourde à l'entrée de la surface, que Hart ne peut que repousser dans les pieds de Cani. Les fans de City s'attendaient certainement à une grosse domination de leur équipe, connaissant la méforme de Villareal dans leur championnat. C'est donc la douche froide à l'Etihad lorsque les espagnols prennent l'avantage en tout début de match, 1-0. Un but accueilli dans un silence pesant, dû à la stupéfaction des fans locaux mais également à la très faible présence des supporters adverses. Une défaite ou un nul serait un très mauvais résultat pour City, qui devra effectuer encore 2 déplacements et jouer le Bayern à domicile. Autant dire que les chances de qualification seraient fortement réduites. City prend donc le contrôle du ballon et domine amplement le match, sans pour autant être réellement dangereux. Quelques frappes lointaines non cadrées de Kolarov ou Nasri n'inquiètent pas Diego Lopez. Alors que l'on s'approche de la mi-temps, Nasri décale Kolarov dans le couloir gauche, qui centre instantanément pour Dzeko. C'est finalement Marchena qui poussera le ballon au fond de ses propres filets en essayant de se dégager. Dzeko étant absolument seul juste derrière, on peut difficilement en vouloir au défenseur espagnol. City se relance donc juste avant la pause en égalisant, 1-1. Début de deuxième mi-temps, Mancini lance Aguero à la place de De Jong, choix offensif donc. La partie est plus rythmée, City continue d'attaquer mais s'expose également aux contres espanols. Arrive la 90ème minute de jeu, alors que certains supporters commencent à quitter le stade afin d'éviter les embouteillages, City prend l'avantage. Coaching gagnant de Mancini, Zabaleta est lancé côté droit et centre fort devant le but pour Aguero qui n'a plus qu'à pousser la balle dans le but vide. Au bout du suspens, City s'impose dans les dernières minutes et reste en course pour la qualification. A noter l'absence de Carlos Tevez, mis à l'écart du groupe après avoir refusé d'entrer en jeu lors du match face au Bayern Munich.



L'ambiance

Arrivés en fin de journée à Manchester, nous n'avions pas le temps de profiter de l'atmosphère des soirées européennes dans le centre ville. Direction le stade donc, où la majorité des spectateurs étaient déjà présents. Un réel enthousiasme de la part des supporters pouvait se ressentir autour du stade. La ligue des Champions à la particularité d'offrir cette excitation d'avant match, propre à cette compétition. Les fans de Manchester City, bien que peu reconnus en Angleterre du fait de l'absence de leur équipe dans le « top 4 » jusqu'à aujourd'hui, sont parmi les plus actifs de la Premier League. Lors de la saison 2010/2011, Manchester City a vendu l'ensemble de ses abonnements annuels disponibles, au même titre que seulement 5 autres clubs du Royaume. Le club est régulièrement classé dans le top 5 des meilleures affluences de Premier League. Il détient d'ailleurs le record de la plus grande affluence pour un club Anglais, à savoir près de 85.000 supporters présents à Main Road en 1934. Les fans de City sont particulièrement attachés à leur ville, car ils considèrent City comme le seul club de Manchester, sachant que United se situe à Trafford, donc en dehors des limites de la ville. En effet, la base de fans de City se trouve principalement à Manchester, ce qui est moins évident pour les supporters de United. Au final, malgré son manque de succès au cours de son histoire, surtout comparé au voisin United, les fans de City sont parmi les plus fervents et loyaux d'Angleterre. Ces derniers entretiennent donc une forte rivalité avec Manchester United qui donne lieu à des derbys spectaculaires, tant sur le terrain qu'en tribunes. Bolton est également reconnu comme rival de Manchester City ainsi que, à moindre mesure, Tottenham et Liverpool. Hormis ces rivalités, City compte parmi ses fans des célébrités de choix, tels que les frères Gallagher du groupe Oasis, dont les chansons sont souvent entendues au City of Manchester Stadium. Il n'est pas rare de voir l'un des membres du groupe au stade, ou encore participer aux actions de promotion commerciale du club.

En arrivant dans l'enceinte de l'Etihad Stadium, ma principale crainte fut d'être déçu de l'ambiance. En effet, malgré la très bonne réputation des Citizens, la nouvelle dimension économique du club a contribué à attirer un nombre important de nouveaux supporters opportunistes, dont le seul souhait est de voir leur équipe gagner matchs et trophées. Ceci peut effectivement avoir un effet négatif sur l'ambiance du stade, car avec la montée des prix, ces « supporters » prennent peu à peu les places des vrais fans. Or, l'Angleterre reste un pays avec une culture foot très présente, et l'Etihad s'est révélé être toujours très dynamique. A l'entrée des joueurs, l'hymne de la Ligue des Champions retentissait. Cet hymne qui a le don de nous donner des frissons à chaque fois, que ce soit au stade ou devant sa télé. A ce moment, l'ensemble du stade a pu soulever une splendide mosaïque bleue et blanche, pour former un tifo géant. Les couleurs du club étaient représentées dans toutes les tribunes, tandis que dans la North Stand se dessinaient les mots « Blue Moon ». C'est tout simplement le titre de l'hymne du club, que l'on a pu écouter directement après celui de la Ligue des Champions. Toutes les écharpes levées, les supporters reprenaient en cœur leur hymne, alors que les joueurs se positionnaient sur la pelouse. Le coup d'envoi lancé, l'ambiance était tout de suite plus dynamique. Les « Come On City » descendaient régulièrement de l'Etihad, de même que le chant « We're not really here » (dont j'ignore l'origine) ou encore « The only football team to come from Manchester ». Leur chant le plus amusant reste cependant le chant des frères Touré, qui n'est malheureusement plus d'actualité aujourd'hui. Enfin, le stade a littéralement explosé au moment du 2ème but de City dans les arrêts de jeu, qui a clôturé une soirée pleine d'émotions. Une chanson d'Oasis après le coup de sifflet final a rajouté une petite touche d'authenticité à l'ambiance de l'Etihad, ou plutôt du City of Manchester Stadium.



Quelques informations

Acheter des billets : Comme pour Liverpool et Manchester United, City procède avec un système de membership. Le membership offre une priorité sur les places, sans quoi il faudra attendre la mise en vente des places restantes au grand public. Difficile, comme partout en Angleterre, mais pas impossible.

Prix des billets : Les prix démarrent généralement à £30 en virage et montent £50 en tribunes latérales.

Accès au stade : Le plus simple est de prendre le tram depuis le centre ville (gare Picadilly), qui s'arrête au stade à l'arrêt Etihad Campus. Certains bus permettent également de s'y rendre. Par contre, difficile d'en sortir. Une grande queue prend forme à la sortie du stade, et si l'on n'est pas au courant des différents modes de transport disponibles, on peut se retrouver à marcher une bonne demi-heure avant de tomber sur un taxi.

Structure du stade : Le City of Manchester Stadium est divisé sur 3 étages en latérale et 2 en virages. La South Stand regroupe les plus fervents supporters du club, tandis que les fans adverses sont généralement placé au 1er étage de la North.

Ambiance : Les supporters de City ne sont pas forcément très reconnus en Angleterre, ni même en Europe. Il s'avère cependant que l'ambiance de l'Etihad est vraiment intéressante. Les supporters chantent énormément, les tribunes sont relativement colorées, mais le plus amusant reste le Poznan. Lors des buts de City, les supporters de la South Stand se retournent et sautent en rythme. La chance que nous avons eu ce soir là est que le stade était plutôt réceptif. De ce fait le Poznan s'est rependu sur l'ensemble de l'Etihad. Ce fut certes amusant, mais aussi plutôt impressionnant.


AA


NB: Cet article raconte mon histoire vécue sur un match en particulier. Je ne prétends pas connaitre tout sur l'histoire du club et de ses supporters.


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire