Stadium Stories

21/08/2013

Dans la continuité de l'article précédent, il est intéressant de découvrir plus en détails l'histoire de Liverpool. L'un des clubs les plus titrés d'Angleterre a forcément des choses à raconter. Des moments forts en émotions, remplis de joie et de succès, d'autres plus tragiques. Dans son musée, Liverpool présente son histoire, avec les moments clés de son existence qui ont façonné sa personnalité. Un club à la fois ambitieux, confiant, puissant, mais aussi brisé et dépassé. Autant d'évènements qui ont fait de ce club et de ses supporters, des gens fiers de leurs couleurs. Retour en arrière dans les travées d'Anfield Road.

1977, 1978, 1981, 1984, 2005. Cinq dates qui resteront à jamais gravés dans l'esprit du club. Elles représentent les victoires de Liverpool en Ligue des Champions. Autant que le Bayern Munich, après les deux intouchables Real Madrid (9) et AC Milan (7). Ces victoires traduisent la puissance de Liverpool au niveau européen. Ajoutons à cela ces 18 titres de Champion d'Angleterre, 2ème club le plus titré après les 20 titres de Manchester United, et l'on obtient l'un des plus grands clubs européens de l'histoire. Liverpool n'est pas forcément cette équipe qui s'est assise sur le toit de l'Europe à un moment donné, comme l'ont fait le Real Madrid, le Milan AC ou encore l'Ajax Amsterdam. Or cette équipe a eu le mérite de se battre pour son palmarès, des victoires obtenues principalement dans la douleur, comme en témoigne la remontée la plus folle de l'histoire de la Ligue des Champions, un soir de Mai 2005 à Istanbul. Ce trophée fait encore beaucoup parlé à Anfield, tellement il aura marqué les esprits. Ainsi, une grande section du musée y est consacrée, avec des photos du match, les médailles des joueurs, ou encore des tickets de stade. Le plus intéressant étant cependant ce documentaire qui tournait en boucle dans une petite salle. On pouvait y revivre les meilleurs moments du match, mais aussi y voir des interviews de joueurs et de fans des deux équipes. On y découvre alors comment deux supporters milanais ont appris à reboucher une bouteille de champagne, comment Gattuso a survécu psychologiquement à cette défaite, et comment Carragher a survécu psychologiquement à cette victoire. Passionnant.



Revenons maintenant dans les années 80. Une période phare du grand Liverpool avec 13 titres nationaux (championnats, FA cup, League cup) et 2 Ligues des Champions. En revanche, une période noire pour ses supporters. Tout d'abord, le stade du Heysel, 1985, finale de la Ligue des Champions contre la Juventus de Platini. Un mouvement de panique causée par les provocations des supporters des deux camps, séparés par un simple grillage, a engendré la mort de 39 supporters. La Juve finira par s'imposer 1-0 grâce à un penalty de Platini. Mais le pire reste à venir. En effet, stade de Hillsborough à Sheffield, 1989, demi-finale de la FA cup contre Nottingham Forest. Là encore, un mouvement de foule causé par l'arrivée tardive des supporters, alors que le match avait déjà commencé. Le bilan est beaucoup plus lourd, 96 morts et des scènes d'horreur dans les tribunes. Certains supporters tentaient désespérément de sortir du stade en se faisant tirer jusqu'au 2ème étage de la tribune, tandis que d'autres escaladaient les grillages les séparant du terrain. Une tragédie qui aura marqué les fans de Liverpool et de toute l'Angleterre. Parce qu'au-delà de l'incident, c'est la gestion médiatique et les accusations des forces de l'ordre qui ont suivi qui ont choqué le Royaume. Ces derniers ont en effet accusé les supporters de Liverpool d'être les uniques responsables de cette tragédie, stipulant qu'ils étaient ivres, urinaient sur les secouristes présents et dérobaient les supporters défunts, entre autres. Le quotidien national « The Sun » a relayé ces informations, devenant ainsi le premier journal boycotté par les fans des Reds, qui démentaient fermement ces accusations. Ces derniers ont depuis répété sans cesse : « They picked on the wrong city » (ils ont choisi la mauvaise ville) et se sont ainsi battus pour rétablir la vérité et obtenir justice. 23 ans de persévérance et de détermination plus tard, une ultime enquête sur cette tragédie est publiée fin 2012, et le moins que l'on puisse dire, c'est que le rapport final est accablant pour les forces de l'ordre. Il est décrit que ceux-ci ont notamment adapté leurs témoignages et falsifié des documents afin de se laver de toute responsabilité, eux qui savaient pertinemment que leur mauvaise organisation de la sécurité et la mauvaise gestion des évènements ont aggravé la situation. Le premier ministre britannique, David Cameron, a lui-même présenté des excuses aux supporters de Liverpool, eux qui ont également reçu un soutien sans faille de leur plus grands rivaux, Everton, dans leur combat pour la justice.



Ainsi, on retrouve dans le musée et autour d'Anfield des plaques commémoratives en l'honneur des supporters décédés au Heysel, ainsi qu'un mémorial pour les 96 qui ne sont jamais revenus de Sheffield : « Gone, but never forgotten ». Il n'est pas rare d'entendre ou de voir l'inscription JFT96 à Anfield, ce qui signifie Justice For The 96, car même si la mémoire de ses supporters est enfin libre de toute accusation, les investigateurs de cette supercherie n'ont toujours pas été jugé pour leurs actions. Après l'annonce publique du rapport d'enquête, un documentaire a vu le jour sur cette tragédie d'Avril 1989, qui détaille les évènements survenus pendant le match ainsi que le combat des supporters de Liverpool qui a suivi. Un petit film très intéressant et certainement plus complet que les informations présentées dans cet article : « Hillsborough : never forgotten » disponible sur la toile. Liverpool est donc un club avec une histoire riche, en espérant que le futur ne s'écrira que dans la page « succès » et non dans la page « tragédie ».

AA


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire