Menu:

Présentation

Connaissez-vous beaucoup de clubs de foot dont le nom est celui d'un poète ? Fidèle abonné au Stade d'Ornano (tribune Centre, rang I, siège 166), qui a vu l'épanouissement de William Gallas et la chute de Dangbeto et a vénéré Xavier "le routard" Gravelaine, Arsenic écrit pour vous démontrer que ce nom ne doit rien au hasard. Malherbe qui joue, c'est peut-être pas du Baudelaire, et ça rime pas toujours, mais c'est toujours rock'n'roll.

Contact

Les autres blogs sur sofoot.com

Derniers billets

 

Un monde à conquérir - [CAEN 1-1 ARLES-AVIGNON]

Un monde à conquérir - [CAEN 1-1 ARLES-AVIGNON]
31/03/2013


STADE MALHERBE DE CAEN - AC ARLES-AVIGNON : 1-1

30e journée de Ligue 2

Match aller : Arles-Avignon 0-2 Caen

Buteurs : Cuvillier pour Caen, Rocchi pour Arles-Avignon.

Arbitre : M. Schneider.

Spectateurs... : 7 865.

Rassasiés par le spectacle ? : 1/5. Arles-Avignon, ils sont nuls. Et pourtant, ils avaient l'air vachement forts, vendredi. Oui, ça fait flipper.

Le geste du match : la percée plein axe de Jérémy Sorbon, qui crochète un adversaire, avant d'en prendre un deuxième de vitesse et d'adresser un transversale tendue dans la course de Kim.

L'anti-geste du match : alors que Malherbe tente maladroitement d'enflammer la défense d'Arles-Avignon, Thibault Moulin rate son contrôle sur une passe pourtant facile et concède aussitôt la faute, annihilant la dernière occasion de but du SMC, malgré un placement favorable.

L'homme du match : non, là, c'est au-dessus de mes forces.

L'anti-homme du match : il a mis la barre tellement haut, le Thibault Moulin, qu'on pourrait lui décerner directement le titre d'anti-homme de la saison. Arles-Avignon jouait à douze.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le profil du schizophrène.

Mais qui sont donc ces joueurs qui donc concédé un piètre match nul face à Arles-Avignon vendredi soir ? Est-ce réellement cette même équipe qui nous surprenait match après match en début de saison et qui figurait à coup sûr parmi les meilleures du championnat, manquant certes de souffle et d’autorité par instants, mais capable néanmoins de s’appuyer sur une qualité technique supérieure et sur une assise défensive solide pour faire basculer n’importe quelle rencontre ? Depuis quelques mois, le Stade Malherbe se cherche, court après son football, et s’il peut toujours compter sur une défense solide, il n’a plus que cela en commun avec la formation renversante et enthousiasmante qui nous enchantait autrefois.

src="https://www.sofoot.com/data/sofoot_blogposts/149440/pere-dudu.jpg"/>


Les hommes de Patrice Garande semblent aujourd’hui empruntés, fébriles, maladroits, dénués de la moindre imagination et du moindre sentiment de révolte. Le SMC n’est pas médiocre… Non, une telle considération serait insultante pour les médiocres du monde entier. Après avoir été quelconque face à Guingamp, très peu convaincant face à Istres, Malherbe a été nul, dramatiquement nul contre Arles-Avignon. Et le point du match est presque inespéré. Même Patrice Garande, qui se disait encore satisfait (et à raison) d'avoir su gagner salement contre Istres, n'arrive plus à positiver : "Le minimum, c'est de courir, se battre, se jeter sur les ballons. Or, si vous avez vu ça en première mi-temps, c'est que vous n'étiez pas à D'Ornano..."

Le niveau des Patoche Boyz n’était pas seulement désastreux et indigne de footballeurs professionnels, il était devenu presque gênant. Un peu comme si tu voyais ta mère participer à « Qui veut gagner des millions ? » et qu’elle perdait avant le premier palier, incapable de dire combien de jours compte une semaine. La honte… Rarement le public du stade Michel d’Ornano aura eu l’occasion d’observer une formation caennaise aussi peu engageante que celle entrevue au cours de la première période face à Arles-Avignon. Sérieux, c’était un feu d’artifice d’approximations, un florilège de passes dans le vide, une compilation de contrôles ratés. Tu te souviens les cassettes du « Foot perd la boule » que ta tante Martine t’offrait pour ton anniversaire quand tu étais gamin ? Ben je vous jure, à un moment, quand Calvé est allé s’emplafonner pour la 6e fois consécutive dans le premier adversaire qui croisait sa route, j’ai cru que j’avais foutu la VHS de Tata.

src="https://www.sofoot.com/data/sofoot_blogposts/149440/but-2.jpg"/>

Ils nous ont tous fait. Fajr vous présente le contrôle « je lève le pied, le ballon passe dessous ». Molla Wagué réplique en sortant sa spéciale, la passe latérale en défense directement dans les pieds de l’attaquant et offrant immédiatement une occasion de but à l’adversaire. Seube montre à tout le monde qu’il est le patron et impressionne avec sa fameuse « ouverture vers Kimmy sur son aile » qui s’en va rouler jusqu’au poteau de corner, à trente bons mètres de Kim, lequel n’avait même pas esquissé un appel. Kimmy répond avec des courses mordantes sur sa ligne avant de se jeter par terre pour obtenir une faute inexistante. Nabab milite pour l’originalité : bien lancé dans le dos de la défense, il résiste au retour de son défenseur, est en position de frapper… mais ne fait rien, il ne tire pas, ne tombe pas, comme un défenseur qui voudrait protéger le ballon jusqu’à sa sortie en 6 mètres. Poyet est dégoûté, il ne fait pas le poids avec sa pourtant convaincante imitation de Mathieu Duhamel, tout en déviations inutiles et en placements entre les défenseurs adverses. C’en est trop pour Damien Perquis, soufflé par une telle prestation collective, obligé de prendre une aspirine en plein milieu du match avant de céder sa place à la mi-temps. Et puis il y avait Thibault Moulin. Le mec a perdu tous les ballons qu’il a touchés. Tous. Toutes ses passes ont fini dans les pieds adverses, tous ses contrôles partaient directement à dix mètres, tous ses duels tournaient en sa défaveur. Il a même loupé une passe à Sorbon, pourtant à trois mètres, lui envoyant une espèce de lob dégueulasse que Jérém’ a galéré à sauver de la touche. Thibault Moulin, le Maître Yoda de la passe foirée, le Gandalf du contrôle loupé, le Harry Potter de la passe à l’adversaire. Sans déconner, on n’avait pas vu pareille prestation individuelle depuis Alex Di Rocco.

Au moins, on a assuré le maintien.

Du coup, Arles-Avignon s’est fait plaisir. Largement dominateur en première période, les hommes de Franck Dumas ont joué tous les coups à fond, se projetant rapidement vers l’avant, profitant du replacement paresseux du SMC pour se procurer une foule d’occasions et faisant passer Gros Francky pour un fin stratège. Toujours aussi incapable de conserver le ballon et de le faire remonter en bloc, Malherbe s’est évertué à balancer des grands ballons n’importe où à chaque fois qu’il récupérait la gonfle, la rendant aussitôt à l’adversaire. Bon, heureusement, on avait quand même Sorbon, qui s’est tapé tout le boulot sans sourciller. Impérial comme à son habitude, et même auteur de quelques percées plein axe comme le Thommy Heurtaux de la belle époque, Jérém’ a vite compris que ses coéquipiers ne s’en sortiraient jamais s’il ne prenait pas les choses en main.

src="https://www.sofoot.com/data/sofoot_blogposts/149440/cuvillier.jpg"/>


Malmené pendant 45 minutes, le SMC ouvre pourtant le score en seconde période, sur une action pas trop mal négociée, Poyet adressant un bon centre venu de la gauche jusqu’à Cuvillier, fraîchement entré en jeu, qui arrive placé et voit sa reprise écrasée tromper Butelle sur la seule réelle occasion caennaise du match. 1-0. C’est tellement pas mérité qu’on est presque gênés de constater que l’opération qui se dessine alors est idéale, et que Malherbe est en train de prendre 2 points d’avance sur Guingamp. Mais il faut croire que même conserver un score face à Arles-Avignon était trop demandé au SMC. Sur un coup de pied arrêté bien mal renvoyé par la défense, Rocchi balance le ballon au fond des filets. 1-1. Franck Dumas exulte sur son banc. Et les Patoche Boyz paient bien cher leurs absences… Guingamp plante le but du 2-1 à quelques minutes de la fin de la rencontre, pendant qu’Angers claque deux buts dans les arrêts de jeu et s’impose également. Le cauchemar. Peut-être même que c'est dans ce dernier quart d'heure que Malherbe a dû dire au revoir à la Ligue 1.

Soyons honnêtes : l’écart actuel entre le trio de tête et le Stade Malherbe, désormais écarté du podium, semble immense, autant au niveau de la dynamique au classement que dans les individualités ou le jeu proposé. Entre les hommes de Gourvennec, qui impressionnent semaine après semaine dans leur capacité à forcer le destin et à tracer leur propre route jusqu’en Ligue 1, et le SMC, il y a un monde. Désormais à deux longueurs des Bretons, les Caennais vont devoir composer avec un calendrier épouvantable (dans le désordre, il y aura Monaco, Lens, Angers, Nantes, Dijon et Le Havre).

src="https://www.sofoot.com/data/sofoot_blogposts/149440/but-3.jpg"/>


N’allez pas croire pourtant que tout est perdu. Même malmené, même plus bas que terre, Malherbe n’a jamais complètement pris l’eau cette saison, et n’est jamais passé au travers lors des confrontations contre les formations du haut de tableau. Caen possède toujours la meilleure défense de Ligue 2 et semble tombé tellement bas face à Arles-Avignon qu’il ne peut plus aujourd’hui que remonter la pente. Guingamp et Nantes ne feront pas un parcours parfait jusqu’à la 38e journée, c’est promis, et les hommes de Der Zakarian vont devoir composer eux aussi avec un calendrier pas évident. Cette 4e place, qui suscite tellement de déception aujourd’hui, était inespérée en début de parcours. Et il suffit simplement que les hommes de Garande amorcent une nouvelle dynamique, ce dont on les sait capables au vu du travail réalisé en début de saison, pour prétendre à la montée jusqu’au terme du championnat. Quoi qu’il arrive, Malherbe a réalisé une belle saison. Le SMC ne fait aujourd’hui que décevoir à la hauteur des espérances qu’il avait réussi à susciter. Malherbe n’est plus un favori pour la montée, et c’est peut-être mieux comme ça.
Allez, on s’en fout. Malherbe est imprévisible, et Malherbe n’est qu’à deux points. Il n’est encore pas trop tard. Au fond, rien n’a changé. Et s’il y a un monde entre nous et la Ligue 1, c’est un monde qu’il nous reste à conquérir.

"INSTANTANÉMENT COMME ÇA / REPRENDRE DE VOLÉE D'AUSSI LOIN / COMME ELLE VIENT"

La bande-son : le morceau She found now, de My Bloody Valentine, sur le disque mbv.

Le résumé du match en vidéo ci-dessous.

Vidéo


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Les notes :

Perquis [6] : migraine. Tâtonner dans l'ombre, les poings en avant.

Calvé [2] : hyperactivité. Courir dans une forêt les yeux fermés.

Guerreiro [4] : tabagisme passif. S'aérer à la montagne.

Wagué [4] : housse de raquette vide. Rolland Garros en mars.

Sorbon [7] : last man standing.

Seube [3] : idole usée. Soudard de campagne.

Moulin [0] : mort clinique. Syndrome de Stockholm

Kimmy [2] : grippe intestinale. Infusion généralisée.

Fajr [3] : varicelle. Arrête de te gratter.

Nabab [2] : cécité partielle. Tirer un bon coup.

Poyet [2] : balle perdue.

Bosmel [4] : tablette d'aspirine. Avaler avec de l'eau.

Pierre [4] : pansement sur jambe de bois.

Cuvillier [5] : simple angine.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Tous les scores :

Auxerre 0-0 Dijon

Caen 1-1 Arles-Avignon

Châteauroux 2-3 Angers

Clermont 1-0 Lens

Laval 2-1 Le Mans

Niort 2-1 Gazélec Ajaccio

Sedan 1-2 Guingamp

Tours 1-0 Istres

Nantes 1-1 Monaco

Nîmes [lundi] Le Havre

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le classement :























Équipe Points DdB MJ
1. Monaco 59 pts (+23) 30
2. Nantes 55 pts (+21) 30
3. Guingamp 54 pts (+12) 30
4. Caen 52 pts (+19) 30
5. Angers 51 pts (+14) 30
6. Nîmes 47 pts (+9) 29
7. Dijon 47 pts (+2) 30
8. Le Havre 43 pts (-2) 29
9. Auxerre 41 pts (+1) 30
10. Lens 40 pts (-5) 30
11. Tours 38 pts (-10) 30
12. Laval 34 pts (-4) 30
13. Istres 34 pts (-6) 30
14. Châteauroux 33 pts (0) 30
15. Niort 33 pts (-4) 30
16. Clermont 33 pts (-10) 30
17. Arles-Avignon 33 pts (-14) 30
18. Le Mans 30 pts (-16) 30
19. Sedan 24 pts (-15) 30
20. Gazélec Ajaccio 21 pts (-15) 30



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le Stade Malherbe en chiffres :

- 15 victoires, 7 nuls, 8 défaites

- 39 buts inscrits (7e meilleure attaque, à 12 unités de Monaco 1er)

- 20 buts encaissés (meilleure défense, 3 unités de mieux que Nantes 2e)

- meilleur buteur : Mathieu Duhamel (9 buts)

- meilleur passeur : Fayçal Fajr (5 passes décisives)

- cinq derniers matches : VNDVN (8 points sur 15 possibles)

- 49 points pris sur 87 possibles (environ 1,75 points/match)

- 7 points de retard sur le leader

- 2 points de retard sur la zone de promotion

- 22 points d'avance sur la zone de relégation

- 31 points d'avance sur la lanterne rouge

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Du côté du Facebook de Malherbe's Poetry :

Idriss : "On croirait une équipe du ventre mou. 'Core la faute à Jallet tout ça.".

Arnaud : "En même temps, à part gratter un maillot d'Ibra, je vois pas trop ce qu'on irait foutre en ligue 1."

Jean-Pierre : "Arrêtez de trembler les gars,c'est maintenant ou jamais !!! Allez HUE !!! D'abord et Allez Malherbe ensuite.".

Christophe : "Je sais pas si vous avez vu le match Nantes-Monaco mais cela confirme qu''on est loin actuellement du niveau requis pour jouer une montée en L1....

[Retrouvez Malherbe's Poetry sur Facebook !->http://www.facebook.com/?ref=home#!/pages/Malherbes-Poetry/373371127114?ref=ts]

Et maintenant, Malherbe's Poetry est aussi sur Twitter ! (@MalherbesPoetry)


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire