Menu:

Présentation

Connaissez-vous beaucoup de clubs de foot dont le nom est celui d'un poète ? Fidèle abonné au Stade d'Ornano (tribune Centre, rang I, siège 166), qui a vu l'épanouissement de William Gallas et la chute de Dangbeto et a vénéré Xavier "le routard" Gravelaine, Arsenic écrit pour vous démontrer que ce nom ne doit rien au hasard. Malherbe qui joue, c'est peut-être pas du Baudelaire, et ça rime pas toujours, mais c'est toujours rock'n'roll.

Contact

Les autres blogs sur sofoot.com

Derniers billets

 

Interview d'OrelSan

Interview d'OrelSan
16/09/2011

Le meilleur rappeur de France n'est pas originaire de banlieue parisienne ou des quartiers nord de Marseille, mais de Caen. Deux ans après un premier disque tout en punchlines et des polémiques vaines à n'en plus finir autour d'un morceau supposé misogyne, OrelSan est de retour avec un nouvel album, dans les bacs le 26 septembre. Et il n'a rien perdu de son flow ni de sa science de la rime. Un album qui fait du bien au hip-hop. Interview punchline, donc.

Bon, il paraît que tu n'aimes pas trop le foot, c'est vrai ?

Ah non, au contraire, j'aime bien. Bon, je t'avouerais que je n'ai pas trop suivi la dernière saison, du coup, je ne pourrais pas te dire grand-chose sur ce qu'il se passe actuellement. Mais toute ma famille adore ça, donc je suis toujours le foot de plus ou moins loin, en dilettante. Et une fois de temps en temps, je me rattrape en allant au stade.

Dès la première écoute du nouvel album, on remarque la production est plus riche que dans ton premier disque. Te voilà en première division... Tu vas jouer le maintien ou la Coupe d'Europe ?

Comme toujours, je me fixe les objectifs les plus hauts possibles. Je pense que même les mecs qui jouent en 3e division de National (sic), ils ne peuvent pas s'empêcher de penser à faire un truc en Coupe de France. Mais bon, comme je suis Français, je ne suis pas sûr que la Coupe d'Europe soit un objectif vraiment accessible, parce que les artistes français s'exportent mal. Et puis, en France, on a tendance à mettre les rappeurs dans des catégories. Donc si c'est le cas, j'estime que je suis en première division, c'est sûr. Faut que j'aie un minimum d'ego, quand même...

En quoi est-ce différent d'écrire un deuxième album, avec toutes les attentes que cela implique, par rapport au premier ?

Franchement, ça n'a rien à voir. Le premier album s'était fait facilement. Certains morceaux avaient cinq ans, mais comme le rap est une musique assez réaliste, ça restait souvent d'actualité. Le premier disque parlait de 25 ans de ma vie, de tout ce que j'avais pu faire ou connaître, j'abordais des thèmes comme le lycée, le monde du travail, et parfois même, la petite enfance. Bon, le truc, c'est que je ne pouvais plus faire ça dans le deuxième album, vu que j'en avais déjà parlé. Il me fallait trouver d'autres thèmes. Et puis j'ai évolué, mes points de vue sont moins arrêtés que par le passé. Il faut savoir allier tout ça avec la musique. Deux ans pour faire un album, certains trouvent que ça laisse pas mal de temps... Mais pour moi, c'était très peu. L'objectif, c'était de rester dans la continuité de ce que j'avais déjà pu faire, sans faire la même chose. Pour tout te dire, avant de faire le premier disque, j'avais 14 morceaux, ils ont tous fini sur l'album. Pour le deuxième, j'ai jeté une trentaine ou une quarantaine de textes. Parfois, je tentais des trucs plus pop, qui me correspondaient moins, ou je testais un nouveau flow...

Tu sembles laisser entendre à plusieurs reprises que tu as été à deux doigts d'abandonner avant le deuxième opus, notamment dans le morceau Le Chant des Sirènes. C'est du sérieux ?

C'est vrai, oui. C'est aussi le fait de passer d'un truc amateur, qui était plus un hobby qu'autre chose, à quelque chose de professionnel. Ce que je veux dire, c'est que ce que j'ai connu, ce n'était pas forcément le rêve qu'on fait quand on est gamin, en imaginant se jeter dans un lit de fans et de roses. Et comme je suis un artiste, je suis un peu con. Je réagis bêtement pour des conneries, je m'énerve pour un mauvais commentaire sur Internet, et je finissais par me prendre trop au sérieux. Je me cherchais, je me posais des questions... Et puis j'ai retrouvé la « gouache » ! J'ai encore des trucs à prouver... On va prendre les matches les uns après les autres, quoi. T'as vu, je te fais une interview de footballeur !

Dans ton premier album, tu disais que quand tu rentrais sur le terrain, c'était « dangereux pour les deux camps » ou « pour mettre une balle à ton coach »... Ce nouvel album, plus introspectif, tu l'as réalisé en solo, du coup ?

Disons que ces trucs-là correspondaient bien à mon état d'esprit avant le premier disque. J'ai fait beaucoup de basket quand j'étais jeune ; j'ai joué pendant 7 ou 8 ans. Quand je rentrais sur le terrain, je voulais tout déchirer, je me mettais une pression terrible. Et je finissais par faire un peu n'importe quoi, parce que je ne savais pas doser mes efforts ; je loupais deux ou trois tirs, je m'énervais tout seul... Il m'arrivait de me prendre la tête avec mes coéquipiers... Donc j'imagine qu'à cette période de ma vie, avant le premier album, il y avait cette ambition d'attirer sur soi sans trop savoir comment s'y prendre.

Les polémiques qui ont suivi la sortie du premier album, c'est du passé ? On a l'impression que tu as encore quelques comptes à régler (« Merci aux chiennes de garde pour le coup de pute » sur Raelsan)...

Ouais, c'est un truc que je balance dans le premier morceau. Histoire de balayer devant ma porte, et puis d'être tranquille pour la suite. Comme ça, je n'ai plus besoin d'aborder ça dans le reste de l'album... J'essaie de ne plus trop y penser, de ne plus trop en parler. C'était devenu n'importe quoi, les gens parlaient à tort et à travers sans même avoir écouté le morceau en question. Sinon, les polémiques ont pris fin, tant mieux, mais il faut voir ce qui va se passer quand je vais repartir en tournée. Peut-être que ça va recommencer. Et puis il y a encore quelques procès auxquels je dois assister. Dans deux ans, ce ne sera toujours pas fini...

On t'a vu faire faire une apparition sur le disque de Luce, la gamine de la Nouvelle Star. Ce n'est pas tellement ton univers musical... T'es du genre à finir ta carrière au Qatar pour toucher le pactole ?

(il se marre) Tu parles d'El Arabi, là, hein ?

Entre autres, oui...

Attends c'est un peu le meilleur Caennais qu'on ait vu depuis longtemps, alors j'ai suivi l'histoire de son transfert. Disons qu'écrire pour d'autres personnes me permet de me recentrer, de faire un peu le vide, de me reconcentrer sur mon propre travail. Luce et moi, on s'est rencontrés par un pote en commun. On s'est tout de suite bien entendus, ça s'est fait au feeling. Je devais juste écrire un truc pour elle et on a enregistré dans la foulée. Sinon, pour le Qatar... Quand tu vois la différence de salaire, je ne sais même pas ce que ça représente, mais j'imagine que ça incite à réfléchir. Tu te dis que tu peux mettre toute ta famille à l'abri... Et puis tu peux jouer trois ou quatre ans là-bas et revenir après t'être mis à l'abri. Les idéalistes te diront « Jamais de la vie ! », mais devant une telle proposition, on ne sait pas comment on peut réagir. Moi, quand on me propose un featuring qui peut rapporter, si le truc me prend une heure, bon... Ce n'est pas parce que je vais le faire que ça va bouleverser le système, hein. Donc je comprends que les mecs hésitent quand des clubs du Qatar arrivent avec des grosses offres...

Est-ce que tu suis un peu les performances du Stade Malherbe ?

Bah je n'ai pas trop suivi le début de saison, là. Ils ont fait quoi ?

Ils ont gagné les deux premiers matches, et perdu les trois suivants.

Ah, ça m'étonne pas... Ils ont toujours tendance à faire des bons débuts de saison, tu te dis que c'est parfait, et puis ils se cassent la gueule ensuite et ça se finit toujours par un suspense de ouf. On va voir, peut-être que cette année, ils vont casser la tendance. J'ai toujours bien aimé Yatabaré, personnellement.

Bah, il vient de partir à Monaco.


C'est vrai ? Ah merde. Lui, il était stable, il était assez efficace... Sinon, c'est vrai que tout le monde me parle tout le temps de Malherbe. On me demande en ce moment si Frau, c'est une arnaque ou pas... Mais je ne sais pas du tout ce qu'il vaut.

On t'a vu porter le maillot du SMC dans l'un de tes premiers clips, et aujourd'hui, dans le titre Mauvaise Idée, tu sembles croire qu'il est peu judicieux de miser la moitié de son salaire sur une victoire de Caen... Tu as retourné ton maillot ou quoi ?

Tu sais qu'il y a des gens qui me disent « Putain, il déchire ton maillot du Barça dans le clip »... Et nan, mec, c'est pas le Barça. La phrase dans la chanson, c'est une façon de chambrer un petit peu. Parce que même si tu adores Caen, quand tu joues au Loto Sportif, bah... Moi je miserais pas tout sur Caen en tout cas. (rires) J'ai souvent des discussions avec mon frère, qui est journaliste sportif, pour Foot+... On parle souvent de ces mecs qui parient sur l'amour du maillot et qui se plantent.

C'est quoi le dernier truc qui t'a fait vibrer, dans le monde du foot ?

PES ! (rires)

Tu t'es fait connaître notamment pour ton sens de la punchline... Dans le monde du foot, il y a des mecs que tu admires pour leur répartie ?

On va rester local, j'aime bien les interviews de Franck Dumas. Notamment une fois, une que j'avais lue dans SoFoot. Il parlait de la première fois où il s'était fait sucer... C'était énorme. J'écoute beaucoup les interviews des joueurs de foot, en général, parce que j'en donne pas mal, moi aussi. Et les joueurs, ils répètent tout le temps les mêmes trucs... Je me demande pourquoi on continue de leur poser des questions, franchement. Ah, et puis il y a ce mec, aussi... Merde, c'est quoi, son nom ? Celui qui avait dit « Ce que tu fais avec un ballon, je le fais avec une orange »...

Zlatan Ibrahimovic ?

Oui, voilà, Ibrahimovic ! Lui, il est génial, il sort des trucs vraiment pas mal, il parle de lui à la troisième personne... Ca me fait marrer, ce genre d'ego trip. Il y a certains trucs qu'il sort qui fonctionneraient bien dans un morceau.

Sinon, tu as fait quoi pour la dernière Saint-Valentin ?

Rien du tout. Je ne me rappelle plus trop. Je suis sans doute resté chez moi, devant la télé. Ou alors j'ai fait un truc romantique mais je ne préfère pas te le dire. (rires)

----------------

Le nouvel album d'OrelSan, Le Chant des Sirènes, sortira donc le 26 septembre prochain. Sans jamais tomber dans le piège de la facilité ou ni se répéter, le Normand livre un nouvel opus à peu près aussi jouissif que son prédécesseur. Production plus riche, plus puissante, rimes qui font mouche à tous les coups... On ne reprochera peut-être à ce disque que la faiblesse (toute relative) de certains refrains, un peu trop convenus, surtout par rapport à ceux du premier album. Pour le reste, il est assez rare qu'un album de hip-hop soit aussi drôle et résonne aussi juste. De trouvailles en réjouissances, de morceaux hilarants en punchlines sincères, OrelSan atteint ses objectifs haut la main : on se marre franchement à l'écoute de Mauvaise Idée ou Plus rien ne m'étonne, on hoche la tête sur Raelsan, on s'énerve avec lui sur Suicide Social et son final bouillant, on adhère à la grande majorité des vannes et on s'incline devant tant de justesse. À écouter de toute urgence.



-------------------

[Retrouvez Malherbe's Poetry sur Facebook !->http://www.facebook.com/?ref=home#!/pages/Malherbes-Poetry/373371127114?ref=ts]


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire