Never trust a marxist in football !

10/01

La voiture-balaie symbolique de Sarkozy a certes ramassé le nom de Mitterrand en embauchant un Frédéric qui ne demandait que cela, mais ce transfert post-mortem sera-t-il suffisant pour sauver les apparences? Petit retour sur le bilan du grand François, en guise de leçon footballistique à ceux et à celles qui sont restés ni pute ni soumise.

Top 11 : Tontonmania

Les Français regrettent François Mitterrand comme il pleure Aimé jacquet. Mais alors qui va donc jouer le rôle de Zidane au PS et obtenir un second tour à la présidentielle à défaut de l'alternance ?

1)Jack Lang – le fidèle.
Pas le plus futé ni le plus doué (il a réussi à perdre la mairie de Blois), mais sa fidélité vaut tous les cerveaux du NPS. À défaut d'être grand, mieux vaut jouer dans l'ombre d'un bon. Demandez à Gérard Janvion ce qu'il en pense.

2) Lionel Jospin – Le raté.
Il avait réclamé le droit d'inventaire sur l'ère Mitterrand, un peu comme Roger Lemerre essaya de se faire un nom après 1998. On connaît la suite en 2002.

3) François Hollande – Le bon gars.
Il ne sait pas pourquoi il est là. Personne ne le sait. Alors il s'est rendu à Jarnac desfois que l'épiphanie se produise. Et il a été rejoindre Raymond Domenech qui ne comprend pas davantage ce qui lui arrive.

4) Roland Dumas – Le côté obscur.
Il a fait peur. Il régnait dans le secret du prince. Il était le regard visionnaire de Mitterrand sur le monde. Et Il est tombé pour des affaires de gros sous et une paire de chaussures. On peut rêver d'être champion d'Europe, et se perdre a Valencienne. Ce n'est pas tapie qui dira le contraire.

5) Jacques Attali – Le domestique.
Certains préfèrent rester sur le banc plutôt que de ne pas apparaître sur la PS2. D'autres écrivent un livre tous les trois ans pour être sur d'être cité dans les mémoires de maîtrise des jeunes étudiantes en histoire.

7) Michel Rocard – Le rival.
Il aurait pu lui damner le pion. Mitterrand l'a débordé sur la gauche pour faire bien pire que lui sur la droite. C'était l'époque des ailiers et Rocard se rêvait avant-centre. Dommage.

8) Libération – Le parasite.
Le quotidien lui doit tout. Il aime détester celui qui en fait un incontournable de la presse. Tout comme l'Equipe qui avait sabré Jacquet lui doit encore ses meilleurs tirages, libération ne ratera pas sa une un jour d'anniversaire.

9) Mazarine Pingeot – L'Ultra !
Son papa, c'était le meilleur. Écharpe autour du cou, les joues rouges en ce matin de janvier, elle encourage encore son paternel à venir marquer l'histoire de France. Il est vraiment, il est vraiment, phé-no-mé-nal...

10) Jacques Chirac – Son meilleur ennemie.
La relation sm par excellence. Il a souffert comme jamais. Et pourtant il a tout appris de Mitterrand, qui paraît-il le préférait à Jospin. Guy Roux n'aurait pas fais mieux.

11) Segoléne Royal – Tata
Thierry Roland et Laurent Fabius ont beau le répéter, certaines choses comme le foot et la politique, cela ne devrait être pour les filles, même Tonton avait fini par prendre un premier ministre femme (Cresson).

Originellement paru dans le n° de février 2006 de So Foot


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire