Never trust a marxist in football !

19/04

Des scandales, de la corruption, des compromissions politiques, et cette dernières péripétie grotesque de la #Superligue..... Et si pourtant la plus grande escroquerie de tous ces braves gens n'avait été de nous faire oublier qu'ils n'incarnaient en rien le football, mais seulement ceux qui savaient le mieux le vendre et en profiter ? Si leur rôle dans l'évolution de ce sport est indéniable, désormais, en apposant une petite trademark sur la plupart des terrains, isl sont juste parvenus finalement à privatiser un jeu populaire dont ils assurent avant tout la promotion et la mise en place dans les rayons du grand magasin de la culture mainstream.

Naturellement il ne faut pas basculer dans la caricature. Evidemment la fédération internationale a participé à l'histoire du foot, et avec un poids considérable. La création de la coupe du monde de football, malgré ses perversions (de 1934 dans l'Italie fasciste à 1978 en Argentine ensanglantée de la dictature Videla, sans oublier les chantiers de la mort au Qatar) a contribué – ou sanctionné?- à la mondialisation de ce sport.


Néanmoins les commentaires un brin apocalytiques – faut bien vendre l'événement, surtout quand il ne s'agit que la révélation judiciaire d'une évidence mille fois contée dans la presse ou dans des livres d'enquête- semblent oublier à quel point le ballon rond n'a finalement pas besoin de la maison-mère de Zurich pour rester bien vivant. Il débuta avant - les anglais se plaignent d'ailleurs souvent de se l'être fait dérobé par les vilains continentaux , notamment français, qui enfantèrent de "monstre" hégémonique- et son odyssée s'y copia plus qu'il ne s'y écrivit.


La Fifa n'a pas inventé le foot, elle peut donc difficilement le tuer. D'ailleurs tout le foot ne se condense pas dans « ses » fédérations, dont d'ailleurs le nombre de licenciés n'offrent en générale qu'une idée très limitée de la place et de l'ampleur de la pratique "réelle" dans chaque pays, sans évoquer l'onde culturelle. Depuis toujours et encore aujourd'hui on tape le cuir en dehors (autres structures comme chez les fédérations sportives travaillistes, catholique ou autres) ou a coté de la fifa (les pays non reconnus comme dans la NF-Board). La vitalité du ballon rond a aussi débordé les cadres classiques du foot à 11, de l'essor international du futsal à celui très français du foot à 7, sans oublier qu'il a du reconnaître, à son corps défendant, le foot féminin.

La multiplication des affaires ou encore ce qui va se passer prochainement en Russie vont écorner l'image d'une discipline dont tout le monde ne cesse de répéter à chaque crise qu'elle a perdu ses valeurs. De beaux esprits lui dégoteront un contre-modèle , du handball à la natation, que certains tenteront de fourguer au bon peuple jusqu'à ce qu'un petit scandale vienne lui aussi ternir sa probité. Toutefois, la FIFA , les responsables d'associations de quartier ou les équipementiers peuvent dormir tranquilles. Pas plus que la chute des effectifs de la FFF après knysna (et surtout en raison de la passion administrative kafkaïenne qui s'était emparé de l'institution) n'a jamais signifié en rien que le France avait cessé d'être la fille aênée du foot, on continuera à enfiler des maillots de Pogba ou Ronaldo pour s'y croire sur les pelouses imparfaites d'imaginaires champion league ou Coupe du Monde. Une Multinationale n'a pas le pouvoir d'entraîner dans sa chute une culture populaire. Malheureusement cette dernière peut maintenir, de ses prières et de sa foi, en vie ce dieu malade.

Le foot est plus grand que la FIFA…. Et c'est paradoxalement ce qui va la sauver ! Et le rendre toujours plus rentable ...


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire