MALAPITO

26/06/2014

Après une péripétie de billet d'avion entre Recife et Salvador, j'ai retrouvé Maud et Antoine ce mercredi matin 25 juin aux aurores, et nous voilà à pied d'oeuvre pour nous rendre au stade.
Notre hôte a la gentillesse de nous déposer en voiture jusqu'à l'accès réservé au bus et aux VIP. Il nous reste un kilomètre à parcourir à pied, sous le viaduc du métro (en construction depuis 10 ans environ, sachant qu'il reste un tronçon de 6 km à finir, d'après notre hôte). Il fonctionne uniquement sur un petit tronçon.
Après une petite côte, nous découvrons le magnifique stade, au cœur d'une cuvette entourée d'anciennes favelas (on dit aujourd'hui « comunidades »). Entièrement démoli et reconstruit sur le même site, le stade est couvert d'une magnifique bâche suspendue, qui s'avère efficace pour répercuter subtilement l'ambiance et les bruits du stade.


Pour ce dernier match de poule, entre Bosnie et Iran, les tribunes ne sont pas pleines à craquer. Une bonne communauté iranienne est présente, ainsi qu'un petite « colonie » bosniaque. Quelques uns d'entre eux, issus des deux pays fraternisent joyeusement à l'entrée. De nombreux brésiliens sont venus là pour voir des buts et faire la fête. A ce jeu, les supporters bosniaques regroupés dans un angle vont emporter leur match et attirer de nombreux brésiliens qui vont peu à peu se joindre aux chants et cris continus des ex-yougoslaves. « Bosnia ! Bosnia !». Alors que sur le terrain, les joueurs de Safet Suzic, sans faire un grand match, dominent largement le sujet, leur jeu technique enthousiaste les tribunes. Par moment monte un souffle scandant « Iran Iran » qui inonde le stade. Après les deux derniers buts, marqués par chaque équipe dans l'espace d'une minute, la joie des supporters se terminera dans une Ola envoutante. Score final Bosnie 3 – Iran 1. Les deux équipes sont finalement éliminées de la coupe et il est temps de prendre le bus pour se rendre à la « Fan Fest » pour voir le match France – Equateur sur grand écran.
fraternisation entre supporters bosniaques et brsiliens

Nous voilà partis à chercher le bus qui nous amènera à la pointe de la ville, à la jonction entre l'océan atlantique et la baie de tous les saints. L'espace est large et bien aménagé. Nous allons nous installer un peu en retrait et en hauteur pour assister au dernier match de nos champions, aux côtés de trois perpignanais, qui à l'opposé de nous, sont en fin de séjour. Après 15 jours passés à Rio notamment, ils rentrent le lendemain en France. Un petite communauté française est présente, mais elle ne s'avèrera pas aussi dynamique et animée que les supporters bosniaques. L'observation du match est plus tranquille et chacun y va de son commentaire. Le match n'est pas désastreux loin de là, mais le jeu de l'équipe de France est plus décousu et donc décevant. Le score qui reste vierge finit par éteindre les plus enthousiastes. 0 – 0, la France finit malgré tout première de son groupe et rencontrera le Nigéria en 1/8e de finale.
le fan fest de Salvador pendant le match France Equateur

L'équateur n'est malheureusement pas qualifié, malgré une équipe pleine de qualités. Pour se renflouer en adrénaline après ce score nul, rien de mieux qu'une petite tyrolienne, installée sur le site. Antoine se sacrifie pour nous filmer. Maud et Laurent vont se lancer dans le vide. Et pour finir la soirée en beauté, Olodum débarque avec un trio eletrico et met le feu pendant 30 minutes. Une petite photo avec les principaux membres de ce groupe de Samba Reggae typique de Salvador, nous permet de repartir avec un dernier souvenir de cette excellente journée, qui se terminera dans un restaurant mexicain.


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire