MALAPITO

23/06/2014

Le jour de mon arrivée à Recife, mardi 17 juin, le Brésil affrontait donc le Mexique à Fortaleza. L'agitation quotidienne s'était à nouveau suspendue un peu partout dans le pays à l'heure du match. Partout, sauf dans un petit coin du centre de Recife, appelé Estelita, occupé depuis un mois par quelques milliers d'habitants autour d'une association de défense des droits de citoyens. Un campement de citoyens qui a été brutalement évacué par la police alors que tous les regards étaient tournés vers les écrans télé.



En cause, un ensemble de vieux hangars, au cœur historique de la ville, longtemps abandonnés et laissés en friche par la puissance publique. Depuis de nombreux mois cet espace en bord de mer est l'objet d'une controverse : spéculation foncière, expulsion des pauvres, projets architecturaux démentiels (une longue rangée de tours de 40 étages), pour les opposants ; revitalisation, modernisation, éradication de la criminalité pour les promoteurs.

maquette du projet des promoteurs


En fait le terrain a déjà été vendu à des consortiums privés par le gouvernement de l'Etat, sans qu'il y ait eu débat public. La population a donc été mise devant le fait accompli. Malgré tout, une majorité semble adhérer, à grand renforts de publicité sur les bienfaits de l'opération. Les quelques milliers d'habitants qui se sont pourtant mobilisés dénoncent la privatisation de l'espace public et l'élaboration d'un projet d'urbanisme intéressant exclusivement les plus riches, conçu selon les standards de consommations usités (tours pour appartements de luxe, centres commerciaux, parkings, espaces culturels aux mains du privé), sans étude d'impact sur l'environnement et sur les populations des quartiers adjacents, et donc sans débat public contradictoire. Ils ont occupé le terrain au moment où les travaux semblaient devoir commencer, pour tenter de bloquer le processus en attendant les recours en justice, et sensibiliser la population via les réseaux sociaux. Ils développent des activités artistiques et réflexions sur l'avenir de cet espace qui devrait, selon eux, rechercher à «intégrer les besoins de la diversité de la population, des quartiers environnants, respecter le rôle historique joué par ce quartier dans le développement de la ville, et la nécessité d'un équilibre entre urbanisation et espace naturel.»

nouveau campement aprs expulsion - photo LM


Ils ont été expulsé le 17 juin de l'intérieur des hangars et ont installé leur campement au bord du terrain, le long d'une avenue pour continuer l'action. Serait-ce encore un effet collatéral de l'organisation de la Coupe du Monde ?
Pour s'informer ou soutenir : https://www.facebook.com/fulaninhx?fref=ts


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire