Les objets du football

15/11/2012

Le premier homme s'est assis sur une souche puis il est tombé amoureux et, pour son premier rendez-vous, il a construit un banc sur lequel lui et la femme se sont peu à peu rapprochés pour s'embrasser. Quand l'homme a assisté à son premier match de football, les emmerdes ont commencé dans le couple. Surtout le jour où l'homme s'est enfermé dans la grange pour offrir un banc aux joueurs exclus du terrain, qu'il appellerait le banc de touche.

Les règles du banc de touche

Pour le définir simplement, le banc de touche est un siège situé en dehors du terrain, sur lequel sont assis certains joueurs et des membres du staff qui ne participent pas au jeu. Pour le définir plus précisément, le banc de touche n'est pas qu'un siège posé, là, quelque part le long de la ligne de touche. Sa place dans le stade obéit à des règles strictes définies par la FIFA : il doit être recouvert afin que les personnes qui y siègent soient abritées, doit être placé à au moins 3,50 mètres de la ligne de touche, côté vestiaires, sa longueur doit permettre d'y asseoir 12 personnes par équipes (soit 6 mètres environ), les bancs qui séparent les deux équipes doivent être séparés de 5 mètres et doivent être délimités par une jolie ligne pointillée. Ces règles sont exigées dans les catégories professionnelles, elle ne sont que recommandées dans le domaine amateur.

src="https://www.sofoot.com/data/sofoot_blogposts/149185/capture-d-ecran-2012-11-15-a-001411.png"/>

Les bricolages de bancs de touche

Si le banc de touche n'est pas obligatoire dans la catégorie amateur, c'est parce qu'il est financé et entretenu par les collectivités. A collectivité pauvre, banc de touche de pauvre, donc. Voire pas de banc du tout. C'est le cas, par exemple, de certains terrains du stade Pershing à Vincennes où les remplaçant(e)s sont invités à patienter à même le sol c'est-à-dire sur les cailloux. Ça m'est arrivé une fois. J'en garde un souvenir douloureux.

Quand les collectivités parviennent un tant soit peu à financer cet équipement, les bancs de touche varient alors selon le budget alloué. C'est pourquoi il en existe de toutes sortes : banc en bois abrité par un toit en PVC, banc en bois peint ou en ferraille brute non abrité, banc mobile fixé sur des roulettes ou banc public aux pieds coulés dans le béton pour éviter qu'on ne le vole...

Plus rarement, parce que beaucoup plus cher, le banc peut être remplacé par des sièges en plastique fixés à une barre métallique. Notons que ce type de banc de touche brise l'esprit collectif qui devrait logiquement primer dans tout sport d'équipe. Le véritable banc de touche, contrairement aux assises individuelles, doit inciter les joueurs à se rapprocher pour se soutenir, communiquer, se rapprocher pour réchauffer les paires de fesses par temps de grand froid. Le banc de touche le vrai est le symbole d'une équipe solidaire, fraternelle, indissoluble.

Le banc de touche, the place to be not

Très, peu ou pas du tout confortable, le banc de touche est, après la civière peut-être, l'objet-ennemi numéro 1 du footballeur. Il est logiquement le lieu que le footballeur ne veut pas fréquenter car, situé en dehors du terrain, il est le lieu de l'exclusion quand il n'est pas carrément celui de la punition. Il est ce lieu qui soumet le joueur à une position assise, qui le réduit à l'immobilisme quand ce dernier sait qu'il est fait pour se tenir debout et courir. Cependant, depuis que Recaro est devenu le leader sur le marché du banc de touche, il est devenu beaucoup plus supportable d'y être renvoyé. En 1906, Reuter Karosserien (pas encore renommé Recaro) fabriquait des calèches.

L'entreprise se spécialise peu à peu dans la carrosserie et, plus tard, en 1963, quand elle est rachetée par Porsche, elle produit des sièges automobiles. En vingt ans, Recaro révolutionne le siège-auto, mais aussi les sièges d'avion, de bureau ou de stade, en développant différentes techniques high-tech : ceinture de sécurité ou haut-parleurs intégrés au siège chauffant grand confort en velours, simili ou cuir respirant avec fonction de mémorisation et autres concepts totalement hallucinants. En équipant les stades des équipes les plus riches, Recaro a surtout révolutionné le banc de touche, ce siège maudit pour qui est tenu de s'y asseoir, en le métamorphosant en drive-in de luxe pour footballeurs remplaçants.

src="https://www.sofoot.com/data/sofoot_blogposts/149185/capture-d-ecran-2012-11-15-a-002055.png"/>


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire