Atahualpa futbol

06/03/2014

Hier soir à Londres, l’Equateur a eu très peur. Menée 0-3 à la mi-temps par l’Australie, la « Tricolor » a renversé la vapeur en seconde mi-temps pour arracher un inespéré succès 4-3. Si les supporters peuvent savourer la victoire, joueurs et staff technique ont des leçons à retenir de ce match et du travail en perspective.

Au New Den de Londres, l’Equateur s’est amusée à rejouer le Paris-SG/La Corogne de mars 2001, c’est-à-dire, se faire mener 3-0 à la mi-temps pour finalement en claquer quatre en seconde mi-temps et remporter le match. Au-delà de l’anecdote, le match de l’Equateur fut riche d’enseignements. Mis en difficulté par les blessures et des soucis administratifs, le sélectionneur, Reinaldo Rueda, a aligné au coup d’envoi un onze de départ remanié. Adrian Bone était titularisé dans les buts, Cristian Rramirez jouait arrière droit au lieu de Juan Carlos Paredes, Oscar Bagui occupait le flanc gauche de la défense, Walter Ayovi, l’habituel arrière gauche montait d’un cran pour jouer ailier et Enner Valencia occupait le poste de l’autre Valencia, Luis Antonio, qui lui jouait en sorte de « neuf et demi ».

Dès le coup d’envoi, l’Equateur se montrait incapable de tenir le ballon, laissant le jeu aux Australiens. A la 8ème minute, après une série de ballons aériens dans la surface équatorienne, Tim Cahill donnait un coup de tête bien logé qui trompa Bone et permit à l’Australie d’ouvrir le score, 1-0. Quelques minutes plus tard, toute la défense équatorienne se montrait fébrile et laissait Cahill rentrer dans la surface. Achilier, tentait vainement de le tacler et dans la panique, crocheta l’Australien qui obtint le penalty que marqua Jedinak, 2-0 (15ème minute). A 0-2 après un quart d’heure de jeu, on se disait que les affaires étaient très mal embarquées, d’autant que la défense prouvait qu’elle était le point faible de l’Equateur. A la 32ème minute, l’Australie a profité du mauvais positionnement de Cristian Ramirez (pas bon du tout hier soir), pour attaquer côté gauche et sur un centre de Oar, Cahill plongeait sur le ballon (évitant au passage une nouvelle charge précipitée d’Achilier) et de la tête trompait une nouvelle fois Bone, 3-0.


A 0-3 à la mi-temps, l’Equateur était en train de livrer sa plus mauvaise prestation depuis bien longtemps. Au sortir des vestiaires, Rueda effectua plusieurs changements. Bone laissa sa place à Dominguez, Ramirez à Paredes, Achilier à Erazo, Walter Ayovi recula à son poste d’arrière gauche et Bagui fut remplacé par Jefferson Montero, enfin Fidel Martinez rentra à la place de Caicedo pour laisser Enner Valencia prendre le poste d’attaquant. Ce fut une toute autre partie qui débuta alors. A la 56ème minute, un déboulé de Jefferson Montero côté gauche puis une passe astucieusement donnée à Enner Valencia permettaient à Fidel Martinez de marquer tranquillement et d’inscrire le premier but équatorien. A l’heure de jeu, une sortie grossière sur Enner Valencia du gardien australien, Mitchell Langerak provoquait un penalty ainsi que l’expulsion du gardien qui venait de rentrer à la mi-temps. Segundo Castillo marqua le penalty face à Bradley Jones, le 3ème gardien australien, 2-3. A la 71ème minute, l’Equateur montrait une fois de plus, que c’est lorsqu’elle accélère le jeu qu’elle devient séduisante et efficace : Enner Valencia réalisait une percée dans la défense australienne, décalait Luis Antonio Valencia sur la droite puis c’est le même Enner qui égalisait sur le centre de Luis Antonio Valencia, 3-3. A la 90ème minute, la défense australienne, à l’arrêt, laissait Luis Antonio Valencia déborder à toute vitesse côté droit et centrer, un centre qui trouva Edison Mendez, 4-3 et victoire équatorienne.


On retiendra de ce match plusieurs choses très importantes :
D’abord que l’écart entre les remplaçants et les titulaires est conséquent. Rueda voulait hier donner du temps de jeu aux remplaçants pour qu’ils acquièrent, petit à petit, plus de maturité. Une bonne chose, car hier soir Ramirez et Bagui ont été en grande difficulté. En défense centrale, Gabriel Achilier a été en dessous de son niveau habituel. Objectivement, Achilier est loin d’être le meilleur défenseur central que l’Equateur ait connu, mais son match d’hier soir est à oublier très vite. Même en manque de temps de jeu avec Flamengo, Frickson Erazo s’est montré plus convaincant lorsqu’il est rentré en deuxième mi-temps.
L’Equateur préfère jouer à son rythme. Les Australiens ont pris le jeu à leur compte hier soir, du moins, en première mi-temps. Cahill et ses coéquipiers ont joué haut, une situation que le collectif équatorien gère très mal, cédant souvent à la panique et commettant des fautes.
Il y a des aspects positifs qu’il faut souligner. Le mental de la « Tricolor » est solide, car remonter quatre buts quand on en a pris trois en première mi-temps nécessite des ressources « psychologiques » que toutes les équipes n’ont pas.
On a apprécié la vivacité des Montero, Martinez et des deux Valencia. Le point fort de l’Equateur se trouve là, dans ce « carré magique ». Montero et Luis Antonio Valencia sont de vraies bombes quand ils débordent sur les ailes. Fidel Martinez et Enner Valencia ont confirmé hier soir qu’ils étaient les hommes en forme de l’attaque équatorienne. L’Equateur a tout le printemps pour bosser, rectifier les failles de son placement défensif notamment, mais quand elle accélère, la « Tricolor » est vraiment une équipe plaisante.
Au boulot !

Feuille de match

Stade New Den de Londres

Australie : Ryan (Langerak 46ème (exp. 60ème), puis Jones 60ème) - Franjic, Spiranovic, Good (Wilkinson 68ème), Davidson - Milligan, Jedinak, Leckie - Cahill (Bozanic 67ème), Rogic - Oar (Vidosic 67ème). Entraîneur : Angelos Postecoglou

Equateur : Bone (Dominguez 46ème) - Ramirez (Paredes 46ème), Guagua, Achilier (Erazo 46ème), Bagui (Montero 46ème) - A. Valencia, Noboa, Castillo, Ayovi - E. Valencia (Mendez), Caicedo (Martinez 46ème). Entraîneur : Reinaldo Rueda

Buts : Cahill (8ème et 32ème) et Jedinak (penalty, 15ème) pour l'Australie
Martinez (57ème), Castillo (penalty, 61ème), E. Valencia (77ème) et Mendez (90+2) pour l'Equateur


Votre compte sur SOFOOT.com

0 réaction ;
Poster un commentaire


0 réaction :
Poster un commentaire