Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Ligue des nations
  2. // Gr. 3
  3. // Portugal-France

Voir Lisbonne et sourire

Trois jours après sa défaite face à la Finlande (0-2), l'équipe de France a l'occasion de retrouver le sourire samedi soir à Lisbonne avec le retour de ses titulaires. Derrière ce voyage, les Bleus ont un double objectif : prendre la tête de leur groupe de Ligue des nations et se rassurer dans le jeu.


Il y a évidemment les statistiques : mercredi soir, l’équipe de France s’est inclinée à domicile pour la première fois depuis le mois de mars 2018 et a vu une série de seize matchs sans défaite sur son territoire s’arrêter brutalement. Les Bleus n’avaient d’ailleurs plus été séchés par deux buts d’écart à Saint-Denis depuis une défaite face à l’Espagne, en mars 2017. Encore ? Oui, cela faisait cinq ans que Didier Deschamps n’avait pas vu ses hommes enchaîner deux matchs sans victoire au stade de France et encaisser deux buts lors d’une première période disputée à domicile. Mais il y a aussi les images et le visage affiché par Deschamps, dans la foulée de ce match amical pour rien et de trop joué mercredi soir face à la Finlande (0-2). Puis ces mots : « Oui, on a été en dessous de ce que j’attendais. Tout ce qui est générosité, engagement, duels, ils ont mis en face ce qu’il fallait. Nous, pas suffisamment. (...) C’est comme ça, c’est la réalité du haut niveau. J’ai utilisé le terme de piqûre de rappel avec les joueurs. On a pris une bonne gifle. C’est factuel, et je ne vais pas trop m’attarder dessus. Parfois, ça ne fait pas de mal. » Et ça peut même réveiller l’orgueil. Si ce match amical restera pendant quelque temps rangé au fond des crânes, il ne doit évidemment pas donner envie de tout envoyer au feu. Il doit avant tout pousser ceux qui ont décidé de sa tenue à se regarder dans une glace, ce France-Finlande ayant été marqué au-delà du score par le manque de jus global de ses acteurs, et doit aider Didier Deschamps à retravailler sa logique de groupe. Car, à l’heure de voir les Bleus se frotter au Portugal à quelques mois de l’Euro, la principale angoisse est là : ce groupe ne possède pas de marge.

Ne pas oublier de jouer


Partant, comment aborder ce match à Lisbonne ? Avec méfiance, d’abord, le match aller, joué mi-octobre, ayant débouché sur une immense déception. On s’attendait à beaucoup, entre une équipe de France championne du monde et un Portugal champion d’Europe, on était reparti de Saint-Denis avec peu, voire rien du tout. Les Bleus avaient alors manqué de vitesse et d’imagination (déjà), puis s’étaient trop souvent encastrés dans l’entonnoir posé dans l’axe par des Portugais impeccables dans leur organisation défensive. Au cœur d’un système pensé pour le faire briller, Antoine Griezmann s’était fait des nœuds au cerveau et en avait fait d’autres sur le terrain en cherchant à ouvrir des portes fermées à lui tout seul. Souvent trop bas, le joueur du Barça avait disparu en même temps que l’intérêt d’une rencontre à l’issue rapidement lisible, même si Lucas Hernandez avait dû intervenir en héros devant Cristiano Ronaldo en première période. Derrière, l’équipe de France était allée se rassurer en Croatie (1-2) grâce à un très bon début de match, mais n’avait pas totalement dissipé les doutes sur son incapacité à faire le spectacle et à engendrer des émotions, même si Paul Pogba avait sorti une merveille d’ouverture pour Lucas Digne sur le deuxième but inscrit par les Bleus à Zagreb. Ce qui nous ramène à ce déplacement au Portugal et à son objectif premier : à trop vouloir gagner, il ne faudrait pas oublier de jouer face à une sélection actuellement en feu.

« C'est vague, je sais... »


Depuis le début de la semaine, Didier Deschamps ne s’en cache pas : son esprit a voyagé à Lisbonne avant son corps, et le sélectionneur a cherché à préserver les forces et les énergies de son groupe pour qu’il soit le plus frais possible pour ce rendez-vous étiqueté « décisif » . Reverra-t-on le 4-4-2 à plat du milieu de la semaine ? Sans doute pas, les forces en présence laissant présager un retour du 4-2-3-1 avec un trio Coman-Griezmann-Mbappé pour soutenir Olivier Giroud. Un cran plus bas, il faut également s’attendre à un autre retour : celui de N’Golo Kanté, qu’on a vu tirer la tronche pour la première fois mercredi face à la prestation de ses potes et qui n’a absolument pas été éclipsé par un Steven Nzonzi bien trop neutre. À ses côtés, Deschamps pourrait de nouveau aligner un Pogba pourtant patraque. Interrogé vendredi sur la Pioche, le sélectionneur ne s’est pas planqué : « Oui, Paul n’est pas au mieux de sa forme, et c’est loin d’être idéal. Je le savais avant, et le match face à la Finlande devait lui servir à reprendre du rythme. Avec ce qu’il s’est passé, c’est difficile d’en retenir du positif. Paul ne traverse pas sa meilleure période et, comme tous les joueurs qui vivent une situation difficile en club, il est aussi affecté sur le plan mental. » Ces retrouvailles avec le Portugal peuvent-elles avoir l’effet d’un Guronsan ? À voir. En attendant, Didier Deschamps espère voir des buts, affirme ne pas venir à Lisbonne « pour subir » et choisir son système pour « bien défendre et être le plus dangereux pour l’adversaire » . « C’est vague, je sais... » , s’est-il excusé avant de quitter l’apéro médiatique vendredi soir, entretenant une drôle d’impression : difficile de trouver le sens caché derrière les choix du sélectionneur. Lui l’affirme pour autant : il sait où il va. En marge des débats sur le jeu, mais la quête de la gagne dans la tête. Le train continue d’avancer.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 16:00 Suspendu pour avoir touché... un pénis 18
Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 11:00 Valencia poursuit sa carrière au Mexique 7 Hier à 09:30 Al Ahly s’offre une neuvième C1 africaine 11