Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro U19
  2. // J3
  3. // Angleterre-France

Bleus U19 : Être ou ne pas naître

Championne d’Europe il y a deux ans en Allemagne, l’équipe de France U19 a rendez-vous lundi après-midi, à Vaasa, avec son successeur : l’Angleterre. Une Angleterre qui peut arrêter l’Euro finlandais des Bleus et marcher sur la courbe de progression de la génération 1999.

Modififié
Des images comme des pierres précieuses, cachées au fond d’un vieux carton : on y voit une troupe de jeunes types, visages barrés par l’angoisse d’un premier plongeon international de grande ampleur, et une boule de tendresse. Ces mecs sont en Allemagne, c’est l’été 2016. Ils ont entre dix-sept et dix-neuf piges, mais ils s’en cognent : s’ils sont là, c’est pour « venger » les grands, battus le 10 juillet à Saint-Denis, en finale de leur Euro, face au Portugal (0-1). Un autre monde : Kylian Mbappé se balade en slip orange, Jean-Kévin Augustin lui demande d’arrêter d’en porter pour devenir « un grand garçon » , Amine Harit n’a pas le permis et se voit encore un avenir chez les Bleus, Paul Bernardoni a déjà la tronche d’un poissonnier (mais un bon, sans aucun doute)... La suite est une histoire qu’ils se racontent aujourd’hui, entre jeunes adultes installés dans le circuit : le 24 juillet 2016, la génération 1998 marche sur l’Italie (4-0), à Sinsheim, et devient championne d’Europe U19, défonçant au passage les portes de son avenir. C’est le premier pas, la première médaille, la première marche : la différence entre l’oubli et la trace laissée.

Diomède, un petit bonhomme et des matelots


C’est le foot des promesses, des espoirs, mais aussi celui de l’apprentissage. Voilà où en est aujourd’hui la génération 1999, actuellement sur les eaux d’un nouvel Euro U19, en Finlande. Au gouvernail, Bernard Diomède, le « petit bonhomme » , champion du monde il y a vingt ans avec un numéro 13 sur le dos pour rendre hommage à Ibrahim Ba (membre du groupe de six joueurs éjectés par Aimé Jacquet en mai 1998) et devenu Major de sa promo au Centre de droit et d’économie du sport (CDES) de Limoges en 2009 dans la catégorie manager général de club sportif. Ce qu’il a fait de ce diplôme : durant son cursus, il ouvre son académie à Issy-les-Moulineaux et complète son CV il y a trois ans avec le BEPF. Dans la foulée, la FFF lui file les clés du camion made in 1999 avec l’objectif d’emmener la bande à la prochaine Coupe du monde U20, organisée l’été prochain, en Pologne (si la France termine troisième de son groupe, elle devra passer par un barrage face à la Norvège, jeudi). C’est là que l’on retrouve les matelots de ce petit navire : mardi, à Vaasa, la clique de Diomède a rendez-vous avec l’Angleterre, tenante du titre, pour espérer toucher le fameux butin. Le plan ? Il est simple : une victoire ou la disparition, face à une Angleterre qui avait dégagé ces Bleus de l'Euro U17, il y a deux ans (0-2, à Bakou).

C’est la Cuisance


Cette situation a quelque chose de très français et on a fini par s’habituer à voir les gosses du foot tricolore danser au-dessus d’une trappe. Un espoir dans tout ça ? Oui, en 2016, la génération Mbappé avait elle aussi perdu son premier match – face à l’Angleterre (1-2, deux buts encaissés lors des neuf premières minutes) – avant d’enchaîner ensuite quatre succès consécutifs. Cette fois, la baffe inaugurale a été donnée par l’Ukraine (1-2, le 17 juillet), et le réveil a été, là aussi, grandiose : une démonstration (5-0) contre la Turquie vendredi dernier, avec un doublé d’Amine Gouiri, un nouveau pion inscrit par Rafik Guitane et la première apparition dans la compétition de Mickaël Cuisance. Qui ? Cuisance, le poumon, le leader, l’atout charme, 24 apparitions à 18 ans en Bundesliga avec Gladbach cette saison et un joueur qui « oscille entre le génie et la folie » selon son coach en Allemagne, Dieter Hecking. C’est ce que le Tournoi Élite, remporté en Espagne par l’équipe de France en mars dernier, avait laissé entrevoir : cet Euro en est la confirmation. Face à l’Angleterre, première avec une victoire et un nul, et avec qui les gars de Diomède partagent leur hôtel à Vaasa, il ne faudra pas calculer et ce sera une histoire de tripes posés sur la table et de moments clés à gérer. C’est sur ce détail que les hommes de Diomède avaient glissé contre les Ukrainiens, Malang Sarr se faisant notamment expulser après l’heure de jeu, et qu’ils se sont repris lors de leur deuxième sortie finlandaise. C’est être ou ne pas naître : l’endroit où certains destins basculent.




Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 20 minutes Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 4 il y a 1 heure Il chambre les fans adverses, mais son un but est hors-jeu 8
il y a 2 heures À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 15:53 La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 97 Hier à 12:43 La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 8
Hier à 12:34 River Plate devrait quitter El Monumental 14 Hier à 11:41 Les nouvelles clauses inquiétantes du code éthique de la FIFA 36