Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Ligue des nations
  2. // Gr. 3
  3. // Croatie-France

La quête des paillettes

Quelques jours après avoir buté sur le Portugal (0-0), l'équipe de France se déplace mercredi soir en Croatie avec l'ambition de rafler trois points et de poursuivre son sans-faute, mais aussi de mettre un peu de paillettes dans sa vie.


Ils avaient pourtant décidé de ne rien dire, ou presque. D’abord, Didier Deschamps : « Oui, on peut toujours mieux faire... C’était difficile pour les joueurs offensifs ce soir. Parfois, les déplacements ne sont pas bons, parfois les passes n’arrivent pas. Pour gagner, il aurait fallu mieux faire dans le dernier geste. On savait que le Portugal était une belle équipe et je pense qu’il faut surtout parler de la qualité défensive des deux équipes. Finalement, le score est logique par rapport à ce qu’il s’est passé sur le terrain. C’était un match solide et tactique, fermé et verrouillé. » Puis, Benjamin Pavard : « On a très bien défendu, concédé peu d’occasions. On a fait un match solide, tous ensemble. Ce qu’il a manqué, c’est le but. C’est bien, maintenant, il faut récupérer. » Et, tout à coup, Adrien Rabiot a débarqué, armé d’un regard sombre et d’un colt chargé : « Il faut vite passer à autre chose. »


Dimanche soir, les Bleus ont buté sur le Portugal (0-0) au stade de France et ont laissé une drôle d’impression au milieu d’un décor froid, triste, vidé de la moindre émotion. Tout le monde souhaitait se réchauffer et voir des étincelles dans tous les sens : on aura vu deux équipes fermer à double tour la porte de leur surface respective et se montrer globalement incapables de se piquer. Ainsi, il ne s’est rien passé, et Didier Deschamps n’a pas forcément glané de gros indices pour son enquête du moment : la recherche du meilleur système pour ses Bleus, dépliés en 3-4-1-2 en septembre et en 4-4-2 losange depuis deux rencontres. Objectif des deux schémas : mettre dans les meilleures dispositions le trio offensif, notamment un Antoine Griezmann qui a disputé face au Portugal son 39e match de suite avec l’équipe de France (seul Patrick Vieira a couché une meilleure série, rendant 44 copies consécutives entre 1999 et 2004) et qui est le fusible essentiel des Bleus dans les transitions offensives depuis le Mondial 2018.

« Antoine manque juste de repères »


Une question : Griezmann est-il fait pour tenir quasiment à lui tout seul le trousseau des circuits français ou doit-il récupérer, comme à la Coupe du monde, un rôle plus libre, dans lequel il a brillé de mille feux en Russie ? « Ce n’est pas un 10, a tiré Alain Giresse cette semaine dans L’Équipe. Il doit être en soutien de Giroud, mais pas comme attaquant excentré. C’est dans une position de 9 et demi qu’il s’exprime le mieux. » Ce qu’en a dit Deschamps, de son côté, mardi après-midi : « On discute depuis un bon moment de la position d’Antoine. Je sais où il est le plus influent, c’est-à-dire dans une position axiale. Il manque simplement de repères et il a été mieux en deuxième mi-temps contre le Portugal. Je veux bien que vous restiez sur le dernier match, mais en 82 sélections, c’est 32 buts et 21 passes décisives. Ça parle. Je sais la qualité d’Antoine et ce qu’il est capable de donner à l’équipe. »


Partant, surtout dans un tel système, il est nécessaire que le joueur du Barça soit accompagné de joueurs mobiles, ce qui n’a pas forcément été le cas face au Portugal, Giroud venant souvent se réaxer là où un losange demande souvent deux attaquants qui s’excentrent afin d’offrir un tunnel d’expression plein axe à Antoine Griezmann. Ce constat amène alors à ouvrir la porte à une alternative demandée par certains observateurs : une titularisation de Wissam Ben Yedder, caméléon tactique capable de se marier à différents profils et qui a fait une entrée remarquable contre l’Ukraine. Un trio Griezmann-Ben Yedder-Mbappé aurait de la gueule sur le papier et mérite d’être vu : ce déplacement en Croatie, qui entre dans la catégorie « test » , peut être une belle occasion pour ça.


Trouver la variété


À l’heure de retrouver leurs victimes de la finale du Mondial, les Bleus, vainqueurs en force des Croates en septembre (4-2), vont également devoir régler un autre casse-tête : celui d’un milieu à quatre qui doit trouver des automatismes et éviter de trop décrocher, histoire de ne pas foutre en l’air la possibilité d’être en supériorité numérique. Critiqué par certains, loué par d’autres, Paul Pogba va ainsi être scruté, lui qui a énormément tenté face au Portugal et qui semble être le seul joueur capable de prendre des risques par la passe, ce qui amène naturellement à du déchet (15 ballons perdus dimanche, dont certains chauds plein axe). Adrien Rabiot, souvent trop prudent dans ces choix, pourrait, lui, laisser sa place à un Tolisso qui a marqué des points contre l’Ukraine et qui aide l’équipe de France à sortir des ballons au sol, ce que seul Kimpembe semble être en mesure de faire derrière étant donné le faible jeu au pied d’Hugo Lloris (50% de passes réussies dimanche) et la propension de Raphaël Varane à balancer des sacoches vers Giroud. Zagreb et son Maksimir : mercredi soir, les Bleus retournent au laboratoire, et on espère y voir de la vitesse, des mouvements, un poil de folie. « La variété » demandée par Deschamps, finalement. C’est toujours mieux qu’un mur.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE

PUTACLIC! Simão intronisé entraîneur de Mouscron 13 Hier à 16:11 Vers la création d'une Premier League européenne ? 139
Hier à 15:55 Viens fêter les 10 ans du magazine Pédale! dimanche 1 Hier à 15:43 Taye Taiwo rejoint la nouvelle franchise de Palm Beach 22
Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
PUTACLIC! Thomas Deniaud meilleur que Van Basten 14
Hier à 12:33 Quand Bruno Martini comparait Guy Roux à une pièce de jeu d'échecs 5 Hier à 11:33 Pedro Martins encense Villas-Boas et félicite Valbuena 9 Hier à 11:12 La magnifique volée de Buballa avec Sankt Pauli 6 Hier à 10:45 Des précisions sur le futur format de la C1 48 Hier à 10:06 Eto'o s'en prend à France Football 25 Hier à 08:54 Une ministre brésilienne demande que Robinho soit immédiatement envoyé de suite en prison 48 Hier à 08:41 Marx Lênin débarque en D2 russe 59