Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 47 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Laurent Blanc

Bleus, Blanc, roule !

C'est presque officiel, quasiment acté : Laurent le Magnifique a quitté les Girondins de Bordeaux pour prendre le poste de sélectionneur. Un contrat de deux ans, renouvelable en fonction des résultats, avec des émoluments conséquents (autour de 100 000 euros mensuels, le double de Domenico). Un coup dur pour Bordeaux et une « chance pour la France » comme le claironne L'Equipe ?

Modififié
Le Haillan en haillons

A première vue, la demande d' « indemnisation significative » émanant de Nicolas de Tavernost (boss des Girondins de bordeaux) en direction de la FFF apparaît comme mesquine. Mais elle ne l'est pas : à aucun moment, la fédé n'est clairement entrée en négociations avec le club bordelais. Et puis Laurent Blanc avait encore un an de contrat aux Girondins... Enfin, les déclarations publiques de Jean-Pierre Escalettes l'hiver dernier en faveur de Lolo Blanc ont eu des effets parasitaires chez les Girondins. Attention ! On ne dit pas que c'est Escalettes qui a déstabilisé et plombé Bordeaux, au point que le champion de France ait raté sa deuxième partie de saison, mais ça a joué un peu, quand même. Qu'il le veuille ou non, comme le soulignait Rolland Courbis, Lolo Blanc a forcément « intériorisé » le dilemme lancé par la fédé. D'où, sûrement, des flottements dans sa communication en direction de son groupe, alors qu'il était en situation de partant potentiel. Il n'y a qu'à se souvenir de ses quelques conférences de presse tendues ou des déclarations gênées de certains de ses joueurs pour s'en rendre compte.

Reste qu'aujourd'hui, la dynamique bordelaise est rudement freinée. Pas forcément brisée pour toujours, mais perdre le coach, son adjoint Gasset, Chamakh, voire d'autres joueurs (Gourcuff ?), voilà qui va stopper le projet de Lolo Blanc, débuté il y a trois saisons. Sans se retrouver définitivement condamné, le club risque de rentrer dans le rang à nouveau et redevenir un acteur secondaire de L1. Pour une fois, Bordeaux ne s'est pas sabordé lui-même, mais est plutôt victime de “prédation externe”... Voilà, c'est dit : Bordeaux a été victime de son succès, ou du moins du succès de son entraîneur. C'est la vie, mais c'est terriblement chiant pour le foot français de club : encore une expérience intéressante qui avorte. On aurait donné cher pour voir une saison 2010-11 avec une lutte entre Puel, Garcia, Deschamps, Fernandez et Blanc... On le répète : plus que les joueurs et les dirigeants, ce sont nos entraîneurs qui tirent notre foot de club vers le haut. La fédé ne s'y est pas trompée en piochant dans ce vivier. Alors, un coup dur pour la L1 ? On verra avec le successeur de Lolo. Le pire n'est peut-être pas écrit...


Une FFF aux abois

Une fois de plus, Escalette s'est montré relou. Sitôt l'appel de Blanc lui annonçant sa décision, Jipé a balancé un communiqué victorieux, se montrant « réjoui de la déclaration d'intérêt de Laurent Blanc » . Un enthousiasme honteux qui, une nouvelle fois, enterre vivant ce pauvre Domenech. Étonnez-vous ensuite que JP Ecalettes n'ait pas été prévenu par Ray Strange quand il a annoncé ses 30 au lieu des 23, chez Laulau Ferrari... Soyons direct : Escalettes tente dès maintenant de sauver sa peau pour l'après-coupe du monde qui, quel que soit le résultat (sauf la victoire, peut-être), actionnera son siège éjectable de président de la FFF. Cet opportunisme trop criard met en tout cas en évidence la duplicité et le suivisme d'Escalettes, soutenant Raymond d'un côté et activant l'arrivée de Blanc de l'autre. Et s'il n'y avait que Jipé... Mais non ! Lolo Blanc fait l'unanimité autour de lui : Fred Thiriez, Platini, Houllier ou Jacques Lambert (directeur général de la FFF), et plein d'autres sûrement (Aimé Jacquet est pour l'instant silencieux). En gros, des responsables haut placés qui ont renouvelé leur confiance à Ray Strange après l'Euro 2008. Aujourd'hui eveybody loves Laurent...

Ici encore, ambiance de fin d'époque : la FFF et sa petite sœur la DTN sont mises hors-jeu par un élément extérieur, pas issu du sérail. Lolo Blanc arrive avec son adjoint JL Gasset et on lui prête le souhait de créer un poste de manager général confié à Henri Emile... de préférence à Gérard Houllier. Lolo Blanc garderait Boghossian et Barthez (pour les gardiens). A travers sa future nomination à la tête des Bleus, c'est évidemment la victoire de France 98 qui éclate. Une génération un peu légitime dans son esprit revanchard : jamais consultée depuis des années, alors que Blanc puis Deschamps ont été champions de France et que des Dugarry et Lizarazu (voire Manu Petit !) se sont révélés comme des observateurs (très) avisés du foot français... A travers eux, France 98 s'est beaucoup mouillée. Maintenant que l'un des leurs a été nommé sélectionneur, le plus dur va peut-être aussi commencer.


Lolo sélectionneur pour quoi faire ?

Allons à l'essentiel : la conjoncture est globalement favorable pour Blanc. C'est déjà l'état de grâce, consolidé par le soutien quasi plébiscitaire de la France du foot, déjà débarrassée “en esprit” de l'abominable Raymond... Même si la France fait un gros truc en coupe du monde (au choix : quarts, demies, finale...), Ray Strange restera plombé aux yeux de l'opinion. Ensuite, c'est les éliminatoires de l'Euro, avec un groupe largement à la portée des Bleus. Ceci dit, il faudra être au taquet tout de suite... C'est là que les problèmes éventuels commencent. Trouver cette fameuse identité de jeu qui manque aux Bleus va prendre du temps et Blanc, qui n'a qu'une expérience de club au quotidien, va devoir gérer la situation nouvelle de rassemblements ultra courts et ultra espacés. L'exposition médiatique des Bleus va le mettre d'entrée dans une obligation de résultats (et de jeu !) ultra pressante aussi. L'état de grâce risque d'être de courte durée. Rt si les Bleus entament leurs deux ou trois premiers matchs en éliminatoires avec un contenu intéressant mais que des matchs nuls au bout ? Rendre des comptes en tant que sélectionneur est sans commune mesure avec les “gentils” points presse du Haillan... Laurent Blanc saura-t-il gérer cette pression ?

Et puis, il y a les joueurs, leur valeur réelle ou supposée, et leurs motivations... Lolo Blanc passera à la génération nouvelle, avec un groupe sûrement délesté progressivement de ses anciens (Henry, Anelka, Gallas, Govou, etc...). Comment et sur qui s'appuyer pour rebâtir ? Il y a les plus jeunes, à qui on reproche l'état d'esprit pas toujours confraternel au sein du groupe France, du coup divisé en clans et miné par des comportements dûs à des égo hypertrophiés. On prête à Lolo Blanc une compétence reconnue d'éducateur... Why not. Sauf que les lascars dont il aura la charge ne jouent pas à Bordeaux, mais plutôt dans des clubs étrangers où leurs salaires mensuels sont supérieurs aux primes “dérisoires” qu'ils toucheront tout au long d'un parcours au mondial, qu'on leur souhaite le plus réussi possible. On se souvient de l'expérience malheureuse du PSG, qui avait confié la génération PlayStation à Luis des Minguettes au début des années 2000 (Anelka, Abriel, Kenedy, Dalmat, Luccin). Luis était l'éducateur censé bien connaître les jeunes d'alors : en pratique, il s'était montré souvent dépassé par ces new kids from the block... Enfin, avec la nouvelle génération dont il héritera, on verra bien si elle est aussi talentueuse qu'on le dit. N'oublions pas qu'on a toujours reproché à Ray Strange d'avoir gâché des « joueurs excellents et qui évoluent dans les meilleurs clubs d'Europe » ... A toi de jouer, Laurent !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 8 heures Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 10 il y a 9 heures Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 21

Le Kiosque SO PRESS