Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Amical
  2. // France-Uruguay (1-0)

2019 est déjà là

La France termine l'année 2018 sur une victoire peu spectaculaire contre l'Uruguay, après une élimination sans gloire en Ligue des nations. La victoire en Coupe du monde ne remonte qu'à quatre mois, mais les besoins de changements sont déjà là.

Modififié
Mi-juillet, sous la pluie battante de Moscou, beaucoup d'observateurs voient déjà le début d'une hégémonie. Tellement jeune, cette équipe de France championne du monde ne peut qu'être un favori en puissance de l'Euro 2020 et du Mondial 2022. Perspective si lointaine, mais pourtant si évidente, pour un groupe dont tous les tauliers – à l'exception d'Hugo Lloris – n'ont pas la trentaine, sans parler du wonderkid Kylian Mbappé. À peine quatre mois après la deuxième étoile, l'eau a coulé sous les ponts, la superbe des Bleus s'est déjà évanouie.


Ils sont toujours champions du monde, mais ils sont également hors course en Ligue des nations, dépassés par une équipe des Pays-Bas qui n'était pas au Mondial. Une contre-performance moins choquante que le fonds de jeu inexistant qui donne du crédit aux détracteurs, prompts à fustiger un jeu trop défensif, récemment souligné par Ronald Koeman. L'équipe de France a beau avoir affiché bien plus de qualités en Russie que les critiques ne veulent bien l'admettre – solidarité, solidité, verticalité et efficacité –, elle accuse désormais bien plus de carences qu'on ne peut en tolérer d'un leader du football mondial.

Des champions du monde déjà usés ?


À qui la faute ? Il sera facile de pointer le seul Didier Deschamps, qui depuis juillet a souhaité privilégier la logique de groupe et un jeu solide plutôt que flamboyant. Il y a 20 ans, c'est en transformant l'équipe de contre d'Aimé Jacquet en équipe de possession que Roger Lemerre avait magnifié l'héritage jusqu'à une victoire à l'Euro 2000, et un niveau de jeu quasi parfait jusqu'au printemps 2002. Avant un retour sur terre violent au Mondial 2002. Didier Deschamps a choisi d'assurer le service après-vente, et force est de constater que les événements ne l'ont pas aidé dans son projet de stabilité.



Son socle défensif si solide chez Vladimir Poutine est aujourd'hui composé de deux centraux à la santé fragile – Samuel Umtiti a manqué le rassemblement –, de latéraux droits quasi dépressifs, quand Lucas Hernandez, vrai taulier post-Coupe du monde, a lui aussi dû déclarer forfait pour les deux derniers matchs. Dans les autres lignes, d'autres éléments au-delà des prérogatives de la Dèche ont prévalu : la rupture des ligaments croisés de Corentin Tolisso, la blessure de Paul Pogba, le manque de temps de jeu d'Olivier Giroud, ou encore, pour ne citer que cela, les soucis extrasportifs d'Ousmane Dembélé, que le sélectionneur avait senti venir il y a plusieurs semaines déjà.

Besoins de nouveaux visages ?


Dans de telles conditions, il est bien difficile de bâtir un projet de jeu, faute de noyau dur. Et vu les perspectives d'avenir pour une grande partie des champions du monde, Didier Deschamps pourrait se résoudre à ouvrir son groupe plus tôt qu'il ne l'avait souhaité. Depuis septembre, ce sont d'ailleurs des petits nouveaux comme Tanguy N'Dombélé ou Ferland Mendy ce mardi contre l'Uruguay, qui ont tiré leur épingle du jeu. De même, des opportunités pourraient rapidement s'offrir à Aymeric Laporte ou Clément Lenglet...


Et aussi paradoxal que cela puisse paraître, la France va entrer dans l'année 2019 avec moins de certitudes que son titre de champion du monde ne semblait lui en assurer. Mais de là à dire que la fête est finie et oublier ce qui a été accompli en juillet, il faut savoir relativiser : des demi-finalistes du Mondial, seule l'Angleterre sera dans le dernier carré de la Ligue des nations. Et si l'on pense à la Croatie reléguée en Ligue B, on peut penser que l'équipe de France n'a pas si mal négocié son après-Coupe du monde, et a les armes pour relancer la machine d'ici le printemps prochain.

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur