Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2020
  2. // Qualifs
  3. // France-Turquie

Blaise Matuidi, casque bleu

Les Bleus abordent une rencontre capitale contre la Turquie en éliminatoires de l'Euro 2020 ce lundi soir. Une confrontation où ils auront cruellement besoin de guerriers pour surpasser un adversaire qui les avait mangés à l'aller (0-2). Problème : N'Golo Kanté est très incertain, alors que Lucas Hernandez et Moussa Sissoko sont dans le dur. Heureusement, la France pourra à nouveau compter sur ce bon vieux Blaise Matuidi, très en vue contre l'Islande (1-0) vendredi dernier. Sa détermination maximale, sa science tactique et son goût du duel seront encore primordiaux.


L'action s'est déroulée en une fraction de seconde. Il ne reste plus grand-chose à croquer dans cet Islande-France (0-1), les Bleus tiennent tant bien que mal leur résultat et n'attendent que la délivrance du coup de sifflet final de M. Rocchi. Un seul mot d'ordre : tenir le score. Assez logiquement, les volontaires ne se font plus très nombreux pour apporter un peu de danger près des cages de Hannes Halldórsson. Plus grand monde, sauf Blaise Matuidi, évidemment. Alors qu'Antoine Griezmann jalouse le cuir aux Islandais sur l'aile gauche, un éclair surgit pour rompre la léthargie des statues en blanc. Et la cible ne vient pas se proposer derrière « Grizou » pour refaire tourner la sphère vers les défenseurs centraux. Au contraire, l'appel est vers l'avant, dans la surface, avec une orientation offensive.


La suite semble plutôt évidente : un contrôle de balle classique suivi d'une protection de balle appropriée. Mais au lieu de ça, le Turinois prend absolument tout le monde de court avec un délicieux contrôle orienté du pied gauche pour se baliser la voie vers le but. Inattendu, inespéré de la part d'un homme dont la technique balle au pied est censée être l'un des gros points faibles. Sauf que Blaise Matuidi n'est pas du genre à se reposer sur ses lauriers. En silence, loin du PSG et de la France où il reste encore catalogué comme l'infatigable homme de l'ombre du milieu, « Blaisou » élève encore ses points forts et gomme ses défauts à la Juve. « L'Italie lui a fait du bien par rapport à son orientation de corps, qui amène à plus de réussite dans les passes, à gagner du temps. Il ne se contente pas de ce qu'il a » , affirme Didier Deschamps dans L'Équipe. Résultat : avec ces cordes technique et tactique accrochées à son arc, l'ancien Troyen va devenir encore plus indispensable qu'il ne l'était déjà. Et tant mieux pour les Bleus.

Le Charo va de l'avant


Contre l'Islande, le champion du monde de 32 ans avait été placé au poste où il s'exprime sans doute le mieux, dans un rôle hybride, entre milieu relayeur dans les phases défensives et de construction et ailier gauche dans les temps forts. Une position où il peut ferrailler comme il l'adore au cœur du jeu, où il n'a pas son pareil pour assurer l'équilibre et gérer les transitions, mais qui lui permet aussi d'exprimer ses qualités propres dans le registre offensif : projection, capacité à répéter les appels, dynamisation du jeu par des passes courtes, mais aussi une finition non négligeable. Outre ses rushs et son action en fin de match (qui aurait pu déboucher sur un but) contre l'Islande, il a aussi trouvé le poteau sur une reprise croisée quasi optimale alors qu'il avait encore fait l'effort de déplacer son mètre 80 dans la surface adverse.


Mais pas le temps pour Matuidi de pavoiser (ce qu'il ne fera jamais), l'heure est toujours grave et le gros morceau du groupe débarque dès ce lundi : la Turquie. Une nation contre laquelle on n'ose imaginer ce qui tomberait sur la tête des Bleus sans leur minotaure aux 83 sélections. D'abord parce que même avec ses principaux cadres (Hugo Lloris, Paul Pogba, Kylian Mbappé, Antoine Griezmann, Raphaël Varane, Samuel Umtiti), l'équipe de France s'était fait allumer au match aller (2-0) sans donner l'impression de vouloir se révolter. Ce lundi, seul « Grizou » et Varane tiendront leur place parmi les six cadors sus-cités. Ce qui rend encore plus vitale la présence de Matuidi, avec son expérience, son leadership, son statut de taulier du vestiaire et sa capacité à rameuter les troupes. « Il est vite devenu un leader par l'effort, le tempérament. Il courait toujours. L'équipe était en difficulté ? Il continuait de courir. C'est un mec avec un mental exemplaire » , se rappelle pour L'Équipe son ancien entraîneur au PSG Antoine Kombouaré.


Du Turc à croquer


Mais surtout, outre sa place dans la caste des cadres des Bleus, Matuidi fait aussi partie de celle - plus rare - des guerriers de Didier Deschamps. Des ferrailleurs, des charognards, des amoureux du cambouis, qui n'hésitent jamais à mettre le pied où ça fait mal. Ses compagnons de combat sous la bannière bleu-blanc-rouge ? N'Golo Kanté, forfait contre l'Islande et très incertain face à la Turquie, Lucas Hernandez - laissé sur le banc vendredi à cause de son physique vacillant - et Moussa Sissoko, en pleine baisse de régime. Or, contre la Turquie, la clé du match se situera avant toutes choses dans l'engagement, la volonté de faire mal et la hargne, puisque c'est dans ce domaine que les partenaires de Zeki Çelik avaient totalement bouffé la France à Konya. L'importance de l'ex-Stéphanois sera ainsi capitale au cœur de la bataille, dans les fronts ouverts pour gagner la guerre du milieu, surtout qu'il pourrait être aligné d'entrée dans un milieu à deux aux côtés de Corentin Tolisso. Car Matuidi ne se livre jamais en dessous de 100%. Car Matuidi possède cette qualité qui le rend incontournable même quand il est en retard dans les duels. Contre la Turquie, les Bleus se préparent à péter un mur, tout en pouvant compter sur une de leurs plus solides briques, en la personne de Blaise Matuidi.

Par Douglas de Graaf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons

Hier à 14:01 EuroMillions : 114 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce vendredi
Hier à 16:30 Un millionaire rachète un club de D8 anglaise et recrute 15 nouveaux joueurs en un jour 22 Hier à 14:50 Thierry Henry nouvel entraîneur de l'Impact Montréal 97 Hier à 14:30 L'Inter Miami annonce la date d'inauguration de son stade 39 Hier à 13:00 Bianchi et sa femme annoncent leur fête d'anniversaire en chanson 8
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom
Hier à 09:02 Zlatan dit « bye bye » à Los Angeles 87