Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // USA-Paraguay

Bert Patenaude, à jamais le premier

Les États-Unis et le Paraguay s'affrontent aujourd'hui en amical. Il y a 88 ans, lors de cette même affiche, l’attaquant américain Bertrand « Bert » Patenaude devenait le premier joueur à inscrire un triplé lors d’un Mondial. Peu de gens l’ont vu, et encore moins s’en souviennent. Ce triplé sera validé 76 ans après les faits, la FIFA, déjà en avance sur son temps, ayant d'abord attribué son deuxième but à un coéquipier.

Modififié
Des rives de l’Hudson jusqu’à Montevideo, dix-huit jours d’un voyage houleux en guise de qualification pour la première Coupe du monde. En 1930, la FIFA invite toutes ses nations affiliées au Mondial en Uruguay. Les meilleures équipes européennes (Angleterre, Allemagne, Italie notamment) le désertant pour s’éviter un trop long voyage en bateau, seuls treize pays y prennent part. Les Ricains, eux, arrivent modestes, mais rentrent au pays en héros malgré une défaite (6-1) en demi-finales face à l’Argentine. Avant ça, lors de leur premier match de poule, ils atomisent la Belgique (3-0). Et lors du second, remporté sur le même score face au Paraguay dans l’Estadio Gran Parque Central de Montevideo, l’un des seize joueurs du Team USA entre dans l’histoire. Il a 20 ans et un patronyme québécois : Bert Patenaude.


Ce 17 juillet 1930, Patenaude a la patte chaude et devient le premier joueur à inscrire un triplé en Coupe du monde. Mais pendant des années, dans les livres d’histoire, c’est l’attaquant argentin Guillermo Stábile, finaliste et meilleur buteur de la compétition (8 buts), qui sera considéré comme le premier auteur de cette prouesse. Deux jours après Patenaude, l’ancien buteur du Genoa inscrit un triplé lors de la victoire (6-3) de l’Albiceleste face au Mexique. Le litige vient du deuxième but de Patenaude face au Paraguay. Le rapport du match indique qu’il a été inscrit par Tom Florie, le capitaine américain. Pour d'obscures raisons, la FIFA l’attribue pour sa part à Aurelio González, qui aurait marqué contre son camp. Bert Patenaude devient alors un buteur oublié pour longtemps, et par presque tous.

112 buts en 114 matchs pour ce maçon et peintre en bâtiment

Pas par ceux qui comptent. « Mon père était tranquille, il savait qu’il était le premier à avoir marqué ces trois buts » , raconte Bertrand Patenaude Jr, 85 ans, fils du buteur, et qui réside toujours à Fall River, dans le Massachusetts, la ville où son père a vu le jour. C’est avec le club semi-pro de sa ville, les Fall River Marksmen, que Patenaude père connaît ses plus belles heures, marquant 112 fois en 114 matchs, remportant l’US Open Cup (la Coupe des États-Unis) en 1930. Il jouera sous six autres maillots jusqu'en 1936, demeurant un tireur d’élite. Le bilan de sa carrière en club ? 176 buts en 178 matchs. Bertrand Jr a rarement eu la chance de voir évoluer son père, alors il se le remémore par séquences, la mémoire devenant capricieuse : « C’était un dur à cuire sur le terrain, il ne lâchait rien, et était très rapide, c’est grâce à sa vitesse qu’il a marqué tant de buts. » Une mentalité qu’il exporte dans la vie, dans une ribambelle de jobs allant de maçon à peintre en bâtiment.


Il est intronisé au National Soccer Hall of Fame en 1971, trois ans avant sa mort. Bert Jr regrette encore que son paternel n’ait pu voir ce triplé lui être attribué « de son vivant, il serait parti en paix comme ça » . À Fall River, dans cette petite cité tranquille de la côte Est des États-Unis, le hat trick de papa ou grand-père a longtemps été tabou lors des repas de famille. « C’était un sujet qu’on ne préférait pas aborder, au bout d’un moment, cette histoire était juste terminée » , raconte Bertrand Patenaude III, 62 ans, maître de conférence à Stanford et petit-fils du buteur. De son enfance, Bertrand, troisième du nom, se souvient que des anciens coéquipiers de son grand-père qu’il croisait évoquaient souvent ce triplé. Une question demeure : comment réattribuer à Patenaude ce but que personne ne peut revoir ? Ce sera grâce à l'histoire, selon la définition du Larousse : « Connaissance du passé de l’humanité et des sociétés humaines ; discipline qui étudie ce passé et cherche à le reconstituer.  »

Une passe D’historien

Bien après sa mort, et loin de l’herbe fraîche de Montevideo, Bert Patenaude s’est trouvé un passeur décisif de choix avec Colin Jose. Un historien canadien de 81 ans spécialiste du soccer, qui, par une journée banale de l'hiver 1992, fait sa plus belle découverte. «  Je faisais des recherches quand je suis tombé sur les coupures de presse d’un journal argentin, La Prensa, je voulais simplement voir ce que ça racontait sur les matchs des États-Unis. Et j’ai trouvé des articles sur tous les matchs, avec des détails incroyables, la manière dont ont été inscrits les buts, avec des schémas. Et lorsque je tombe sur celui de la rencontre contre le Paraguay, j’ai le souffle coupé, tous les buts ont été marqués par Patenaude ! Tous les journaux que j’avais lus auparavant n’indiquaient que deux buts de Patenaude. Puis j’ai trouvé la même information dans un journal brésilien, l’Estadio de São Paulo daté du 19 juillet 1930. J'ai alors décidé de contacter la FIFA. »





Jose passe un coup de fil à René Courte, son chef de presse de l’époque. Ce dernier lui promet que des « experts sud-américains  » s’occuperont de l’affaire. Les « experts » en question prendront leur temps, et ce n’est qu’en 2006 que la FIFA annonce l’attribution de son record à Patenaude, déclarant : « Selon des preuves rapportées par plusieurs historiens et fans, et de longues recherches de la part de la Fédération américaine, Bert Patenaude a été le premier joueur à marquer un triplé en Coupe du monde, établissant un record.  » Bertrand Patenaude III tombe un jour sur cette déclaration, et appelle aussitôt son père pour lui apprendre la nouvelle. «  À l’autre bout du fil, j’ai pu ressentir l’émotion dans sa voix, il était très ému, ça avait pris tant de temps » , raconte celui qui est également devenu historien. On se demande bien d’où lui vient cette passion.

Par Romuald Gadegbeku, à New York Tous propos recueillis par RG. Remerciements à Colin Jose pour les documents fournis.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 4 heures Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 22

Le Kiosque SO PRESS

il y a 6 heures Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 29 il y a 7 heures Christian Vieri derrière les platines 23
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi