Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. C
  3. // Australie-Pérou

Bert aux grands pieds

Sélectionneur de l’Arabie saoudite jusqu’en septembre dernier, Bert van Marwijk peut aujourd’hui qualifier l’Australie en huitièmes de finale du Mondial. Souvent critiqué pour son football jugé défensif, le Néerlandais sait exploiter au maximum les qualités d’un effectif assez limité.

Modififié

C’est l’histoire d’un rendez-vous manqué. Nommé à la tête de l’Arabie saoudite en 2015, Bert van Marwijk réussit l’exploit de qualifier les Faucons pour la Coupe d’une monde, douze ans après leur dernière participation lors du Mondial allemand. Mais à peine entamée, la belle histoire prend fin en septembre dernier. À la suite de profondes divergences et bisbilles avec la Fédération saoudienne, le tacticien néerlandais décide de quitter ses fonctions, en dépit des nombreuses sollicitations des internationaux locaux l’appelant à rester en poste. Difficile alors d’imaginer le tacticien de 66 ans participer à sa deuxième Coupe du monde, huit ans après avoir mené ses Oranje en finale à Johannesburg, face à l’Espagne d’Andrés Iniesta. Pourtant, en janvier dernier, à la suite de la démission du sélectionneur des Socceroos Ange Postecoglou, usé par la pression médiatique et populaire, la Fédération australienne coche son nom et l’engage pour les cinq prochains mois. Sa mission principale ? Mener la sélection jusqu’aux huitièmes de finale de ce Mondial.

Dans la lignée de Guus Hiddink et Pim Verbeek


En prenant les rênes de l’Australie, Van Marwijk ne saute pas totalement dans l’inconnu. Le Néerlandais avait minutieusement étudié le profil et le style de jeu des Socceroos avant de les affronter lors des éliminatoires de la zone Asie. S’engage alors une course contre la montre pour superviser les joueurs australiens avant d’établir sa liste des 23 et inculquer son plan de jeu à la sélection. « Ce que les autres sélectionneurs font durant des mois, je dois le faire en quelques semaines, annonçait-il début février à l’Australian Associated Press (AAP). Il faut aller vite, nous n’avons pas beaucoup de temps. Je dois apprendre à connaître les joueurs en peu de temps, le challenge est immense. Je veux voir autant de joueurs que possible, mais c’est difficile et même impossible de voir 30 à 40 joueurs en seulement sept semaines. »


Pour se faciliter la tâche, Van Marwijk s’est appuyé sur ses adjoints et notamment son gendre Mark van Bommel, dont il a lancé la carrière au Fortuna Sittard, aux Pays-Bas dans les années 1990. La sélection australienne a donc l’accent néerlandais lors de cette campagne russe, ce qui n’est pas une première. En 2006, les Socceroos avaient atteint les huitièmes de finale sous la houlette de Guus Hiddink, devenu « Aussie Guus » au pays des koalas. Pim Verbeek l’avait remplacé et dirigeait la bande à Kewell, Schwarzer et Cahill en Afrique du Sud en 2010. « Ce sera probablement la dernière mission de Bert comme entraîneur, avançait Verbeek pour Fox Sports Australia en mai dernier. Il est expérimenté. Il sait quoi faire, il a un plan. Ils peuvent faire le travail et sortir de la poule même si c’est un groupe relevé, ce serait une fin fantastique pour sa carrière. »


Critiqué par Johan Cruyff


Réputé pour la solidité défensive des équipes qu’il a dirigées, Van Marwijk s’était attiré les foudres de Johan Cruyff en marge de l’Euro 2012, qui lui reprochait notamment de vouloir tuer la philosophie de jeu propre aux Bataves. Le finaliste du Mondial 2010 se défend pour autant d’être un entraîneur qui bétonne. Pragmatique, le Néerlandais tire le maximum des qualités de son groupe, insistant sur la notion d’équipe et de groupe. Contre la France puis le Danemark, les Australiens, bien regroupés derrière, ont impressionné par leur force collective et méritent d’être encore en course pour la qualification en huitièmes.



Salué pour sa gestion des ego dans le vestiaire hollandais, Van Marwijk, qui s’était quelque peu écharpé avec Robin van Persie au Feyenoord, doit gérer le cas Tim Cahill lors de ce Mondial. Le sélectionneur des Socceroos n’a pas offert une seule minute de jeu à la star australienne, cantonnée à un rôle de remplaçant. Une décision jugée incompréhensible par les médias locaux, qui souhaiteraient voir le meilleur buteur de l’histoire de la sélection associé en attaque au jeune talent Daniel Arzani, plus jeune joueur du tournoi. Face au Pérou, Cahill pourrait entrer dans le club très fermé des joueurs ayant marqué dans quatre Coupes du mondes consécutives. Et permettre ainsi à Van Marwijk d’accomplir sa mission qualification.





Par Maxime Feuillet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom