Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Arsenal-City (0-3)

Bernardo, lui aussi tout en haut

Malgré un temps de jeu plutôt limité depuis le début de la saison, Bernardo Silva parvient quand même à tirer son épingle du jeu. Comme à Arsenal, où son but a lancé les siens vers une victoire facile (0-3).

Modififié
Il n’a droit qu’aux miettes restantes. Charmé par des poulains peut-être plus séduisants, Pep Guardiola laisse le pain aux autres. Mais quand Bernardo Silva peut picorer un peu de mie, la baguette devient rapidement un régal pour les yeux. Et l’estomac insatiable de Manchester City n'y est pas insensible. L’ancien de Monaco, relégué au second plan depuis son arrivée en Angleterre pour cinquante millions d’euros, l’a encore prouvé lors de la large victoire des siens à Arsenal (0-3). Au quart d’heure de jeu, après un joli travail de son concurrent Leroy Sané, c’est bien sa merveille de frappe enroulée qui a trouvé le chemin des filets d’un Petr Čech pas au bout de ses peines et qui a lancé la nouvelle raclée administrée par les Citizens.


Il faut dire que le Portugais semble enfin avoir pris le rythme de la belle symphonie jouée par les Sky Blues. Relégué sur le banc en raison des énormes performances de Sané ou de Raheem Sterling, l’ailier profite actuellement des petites absences de ces deux éléments indiscutables (récent forfait du premier pendant trois semaines pour blessure, pépin physique depuis le 12 février pour le second) et du calendrier surchargé pour enquiller des minutes sur le pré après des premiers mois passés à cirer le banc des remplaçants. Quatorze de ses 21 titularisations toutes compétitions confondues ont ainsi vu le jour à partir de décembre. Comme cinq de ses six réalisations. Sans oublier sept passes décisives (sur huit). Voilà pourquoi son entraîneur va avoir du mal à retenir ses larmes lorsqu'il va écrire son nom loin de l’équipe de départ lors des échéances à venir.

Un suppléant ? Non, un joker à utiliser à chaque partie


Surtout que la performance de Silva sur la pelouse des Gunners ne va pas pouvoir le consoler. Positionné sur l’aile droite à la place de Sterling, l'international s’est mis au niveau de ses coéquipiers. Et vu la forme actuelle de City, ce n’est pas un mince exploit. 61 ballons touchés (soit le plus gros total du trio offensif), 37 passes (idem), trois tacles essayés (idem), deux dribbles tentés, une certaine présence dans les airs, pas un ballon subtilisé dans ses pieds par l'adversaire... C’est clair, l’ex de la Principauté vaut mieux qu’un simple statut de suppléant. Sa prestation à Bâle en huitièmes de finale de la Ligue des champions l’avait prouvé, celle d’Arsenal l’a confirmé. Que ce soit par ses centres, ses décrochages dans l’axe, son intelligence de jeu ou sa pureté technique, le Lusitanien parvient à briller au milieu des diamants.


Guardiola, habitué à défendre ses joueurs devant la presse, ne s’y trompe pas. Et ses propos face à la presse datant de mi-février paraissent plus sincères que polis. « Quand Bernardo a joué, il a été au top. Bernardo est un jeune joueur. C’est un membre important du vestiaire. Nous sommes vraiment contents de l’avoir ici avec nous, avait déclaré l’Espagnol. Bernardo restera longtemps. Tant que je serai là, il ne partira pas, il restera avec moi. » Et d’ajouter qu’il ne l’avait « jamais vu triste » , louant sa «  bonne humeur » et évoquant l’influence de son comportement sur les autres même quand il n’est pas sur la pelouse. Un joker parfait, donc. Surtout si certains doivent se reposer à l’infirmerie.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 11
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall