Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Disparition de Bernard Tapie

Tapie, la gauche et l'OM au centre

Bernard Tapie a aussi été un homme politique français. Et comme souvent chez ce personnage balzacien, le mélange des genres s'est avéré la règle. Le foot n’était donc jamais loin. Notamment dans son combat contre l’extrême droite ou sa volonté de convertir sa famille politique, la gauche, au culte de l’entreprise et de la réussite individuelle.

Modififié
Éric Zemmour s’est fendu d’un tweet d’une hypocrisie sans fard, au moment d'évoquer la disparition de Bernard Tapie : « Quel homme ! Au-delà de nos désaccords ponctuels, je retiendrai un homme au tempérament exceptionnel, à l’humour ravageur, jusqu’aux dernières minutes de sa vie. Repose en paix. » Il oubliait sûrement ce moment, en 2016, où face à lui l’ancien ministre de Mitterrand et ex-président de l'OM lui avait lâché : « Fais attention, je vais me lever et je vais t'en mettre une ! » Il avait reconnu alors dans le polémiste, qui n’avait guère l’habitude de la contradiction en direct, cette extrême droite qu’il a combattue toute sa vie et à laquelle il n'a jamais laissé passer un racisme qu’il ne s’amusait guère à tolérer par complaisance. « Si l'on juge que Le Pen est un salaud, alors ceux qui votent pour lui sont aussi des salauds » , balançait-il, sans nuance, en 1992. Une ligne de conduite à laquelle il n’a jamais dérogé.



Cet engagement a été l’une des rares constances de sa carrière politique d’ailleurs, y compris lorsque à la tête de l’OM, il s'était entendu avec certaines franges des ultras pour faire le ménage dans les tribunes et donner au Vélodrome son actuel visage dans une cité qui se donne, électoralement parlant, pourtant fortement au FN puis au RN (bien plus que la capitale). Il a appuyé de la sorte, par exemple, la montée en puissance des South Winners, accordant aux diverses associations ultras la vente des places dans les virages. Si cette convergence des intérêts a beaucoup fait fantasmer, l’attitude de celui désormais qualifié de « Boss » dans le monde des gradins témoignait d’un flair certain pour l’écosystème phocéen et la compréhension que le foot porte en lui des enjeux sociaux et politique, qui le dépassent et peuvent servir au-delà. D’autres par la suite ont essayé, plus ou moins, de l’imiter entre le Vieux-Port et le stade. Sans y parvenir aussi bien.

Antifa en costard


Bernard Tapie restera un personnage complexe qui a accompagné la « social-démocratie » française, sa famille d’origine « modeste » , au cours des années 1980 dans son acclimatation puis sa conversion libérale et entrepreneuriale. Une lente conversion, dont sa prise de l’OM en 1986, au moment où commence la cohabitation, fournit une double visage. Un investissement massif, le goût du succès à n’importe quel prix, un culte de la ou des personnalités, associé à une ferveur populaire dont la romance s’était perdue à gauche depuis le tournant de la rigueur en 1984. À Marseille, Tapie a écrit une autre histoire que la seule et lente reculade face à la droite, et surtout le FN, camouflée par l’ampleur historique de Tonton. Avec toujours les bons méchants dans le scénario. Un Claude Bez, « fasciste éclairé » à Bordeaux, ou ensuite un PSG réduit à son aura parisianiste élitiste et son kop de Boulogne nationaliste. Le succès sur le toit de l’Europe face à l'AC Milan de Berlusconi, en appui sur l’un des plus gros budgets de l’UEFA à l’époque, éclairé par le visage en larmes de la figure emblématique Basile Boli, pourtant un temps dans sa jeunesse fan parisien, possédait donc une saveur symbolique, une valeur sportive et presque idéologique.


Puis, il y a eu les déconvenues, dont l'affaire OM-VA entraînant dans sa chute Jacques Mellick, qu’il avait rencontré lors de son passage éphémère au gouvernement comme ministre de la Ville, entre 1992 et 1993. À la fin des années 1980, il avait entamé un virage plus classique vers un cursus honorum ordinaire : député des Bouches-du-Rhône, s’appuyant sur sa notoriété locale acquise avec l’écharpe de l’OM, puis ensuite député européen en tenant à bout de bras des radicaux de gauche désireux de rajeunir leur image. Puis, bien un maroquin auprès d’un Mitterrand autant fasciné que dubitatif devant le personnage et l’époque qu’il représentait si bien. Sous les ordres surtout d’un Pierre Bérégovoy, ancien modèle d’un socialisme d’extraction modeste, comme lui, et jeune résistant, dont le suicide, affirma-t-il, le toucha au plus haut point (jusqu’à dégainer sur un plateau télé un mot qu’il lui aurait fait passer au cours d’un conseil des ministres). La suite s'est révélée moins glorieuse ou décisive, n’empêchant nullement donc le bonhomme de venir balancer ses certitudes à la télé, en matière de foot ou concernant la société française. Deux choses qui, chez lui, se rejoignaient toujours.

Adieu, le boss


Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié






Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom
il y a 1 heure Salle OM, salle PSG: viens mater le Classico lors d'une projo So Foot inédite
il y a 4 heures Un but d'anthologie marqué par Plymouth Argyle en D3 anglaise 10
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE