Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 30e journée
  3. // Nice/Marseille

Benoît Cheyrou de secours

Absent des terrains depuis plus d’un mois et demi, Benoit Cheyrou traverse son plus gros passage à vide depuis son arrivée à Marseille en 2007. Ce dinosaure de la Ligue 1 ne figure plus dans le onze type de l’OM depuis cet hiver, mais Élie Baup pourra compter sur lui pour le sprint final. Sa spécialité.

Dans cet effectif de l’OM, on peut considérer Valbuena comme un parfait contre-exemple. Si les convocations en bleu du Petit vélo lui ont permis d’aller prendre des points en haut des cols, difficile d’en dire autant de ses trois équipiers : Mandanda, Amalfitano et Cheyrou. Pour ces derniers, l’expérience internationale est aussi un tournant, mais du mauvais côté. Le premier est rentré dans le rang, le deuxième a chuté lourdement et le troisième est sans doute arrivé trop tard. Ce 25 février 2010, Raymond Domenech convoque enfin l’ancien capitaine des espoirs, réclamé depuis des mois par la presse (surtout marseillaise) et le public (surtout marseillais), pour un match amical contre l’Espagne, auquel il ne participera pas. À cette époque, le meilleur pied gauche de Marseille va avoir 29 ans, il est au sommet de sa carrière et sur le point d’entamer la descente.

Le yin et le yang

À l’OM, on pourrait diviser les performances de Cheyrou en deux temps. Trois premières années de haute volée (2007-2010), avec deux présences consécutives dans l’équipe type de la L1 et ce fameux titre de champion de France. Puis trois années d’irrégularités. De hauts et de bas. Ponctuées par des gros matchs, mais aussi quelques passages à vide, une sérieuse dégradation de ses rapports avec Deschamps et par conséquent moins de minutes passées sur le pré (d’environ 2900 à 2400 par saison en moyenne en championnat). Par moins d’efficacité, aussi. Sous le maillot phocéen, l’ex-capitaine de l’AJA pesait 16 buts et 23 passes décisives toutes compétitions confondues jusqu’à l’été 2010, 9 buts et 13 passes depuis. Une baisse de régime, mais un professionnalisme, une expérience et quand même quelques belles qualités de footballeur qui lui garantissent une place de choix dans l’effectif. Entre 2007 (son arrivée) et 2012, Cheyrou est systématiquement dans le top 5 des joueurs de l’OM avec le plus de matchs au compteur en fin de saison (48 en moyenne).

Le profil de l’emploi


Double D parti s’occuper de l’équipe de France, l’effectif olympien aminci, et Baup et sa casquette installés sur le banc, le Haut-Seinais reprend du poil de la bête et récupère son statut. Jusqu’à cet hiver, une série de matchs ratés et l’arrivée d’Alaixys Romao, un concurrent autrement plus sérieux que Charles Kaboré. Blessé puis remplaçant, Cheyrou n’a plus joué une minute depuis un mois et demi. Sa plus longue absence depuis six ans à Marseille. Pire, il n’a eu droit qu’à un match complet en Ligue 1 depuis le début de l’année, contre 14 en première partie de saison. Alors, au placard, le Benoît ? Pas tout de suite, car son profil correspond aux besoins de l’OM sur cette fin de saison. 1/ L’effectif est réduit. 2/ Avec la paire Barton-Romao, l’équipe est solide, mais le jeu stéréotypé. Ses qualités de jeu long et de projection vers l’avant sont une alternative dont Baup ne devrait pas se priver. 3/ La course à l’Europe, Cheyrou connaît ça. On parle quand même d’un type qui a connu la « Division 1 » (13 saisons dans l’élite), qui a tout gagné en France (L1, L2, les deux Coupes, le Trophée des champions) et qui chiffre 80 soirées européennes. Qui dit mieux ?

par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Le Kiosque SO PRESS

Hier à 11:34 Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 16
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Hier à 08:01 Venez regarder un match chez So Foot ! 6