Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Benfica-Eintracht

Benfica-Eintracht, retrouvailles et prises de bec

Entre les Águias et les Adler, le match risque d’être serré (oui, il y a un jeu de mots). Mais surtout, ce duel lusitano-germanique sera l’occasion de quelques retrouvailles. Amicales pour certaines, revanchardes pour d’autres.

Modififié

Ce jeudi soir, ils ne seront que 3200 supporters francfortois à garnir le parcage de l'Estádio da Luz. Loin, très loin des 13 500 maboules qui avaient envahi Giuseppe Meazza en huitièmes et encore plus loin du match à Limassol en phase de poules, lequel ressemblait tout simplement à une rencontre à domicile. À bout de souffle, les supporters de l’Eintracht ? Que nenni ! Ces derniers ont simplement rempli le quota de places qui leur a été attribué par Benfica. Autant dire qu’il faudra être très bruyant pour faire trembler l’enceinte lisboète et pousser les Adler à prendre l’avantage avant le retour à la maison dans une semaine. Le prix d’une épopée parfaitement accessible aux hommes d’Adi Hütter est à ce prix. Et cela tombe bien, la confiance est au beau fixe.

La réunion des anciens


La preuve – d’ailleurs la statistique a de quoi donner le tournis –, l’Eintracht n’a pas perdu un seul match en 2019 : six nuls, neuf victoires, une quatrième place au classement, directement qualificative pour la Ligue des champions, voilà le bilan provisoire avec lequel les Allemands débarquent en terre lisboète. Benfica est prévenu, l’adversaire n’est pas à prendre à la légère. Et il y en a un qui se chargera de le rappeler, c’est le capitaine David Abraham. À 32 ans, l’Argentin s’est enfin débarrassé de cette blessure au mollet qui l’a handicapé une bonne partie de la saison, comme le prouvent ses 90 minutes de présence le week-end dernier à l’occasion de la victoire des siens sur la pelouse de Schalke (1-2).


Mais surtout, à l'Estádio da Luz, Abraham retrouvera son pote Haris Seferović, avec lequel il confie être en contact régulier par téléphone. La dernière fois ? Le week-end passé, lorsque le Suisse s’est marié, ajoutant ainsi une dose de bonheur supplémentaire à la dolce vita portugaise à laquelle il goûte depuis son départ de l’Eintracht en 2017. Car en dehors de la bataille pour le maintien remportée – avec David Abraham – en 2016 face à Nuremberg, Seferović ne garde pas un souvenir impérissable de ses trois saisons passées à Francfort : à peine 0,2 but marqué en moyenne lors de ses 86 matchs de Bundesliga, l’international suisse est très très loin de la saison de feu qu’il est en train de réussir avec Benfica. En effet, avec ses dix-huit buts (soit plus que son total en trois ans avec l’Eintracht !), il caracole actuellement en tête du classement des marqueurs de la Liga NOS. « J’espère qu’il ne sera pas dans un bon jour face à nous » , s’autorise à plaisanter David Abraham. « Je me réjouis de le revoir, mais on se déplace là-bas pour ramener un résultat. Il faudra donc mettre notre amitié entre parenthèses pendant 90 minutes. »


La revanche du prodige


L’autre acteur qui sera particulièrement ravi de retrouver son ancien club, c’est Luka Jović. Mais pas forcément pour les mêmes raisons. Dans le cas du jeune prodige serbe, toujours autant convoité par les grands d’Europe, il s’agira de rappeler à l’actuel co-leader du championnat portugais que ce dernier a eu tort de le laisser partir aussi facilement en 2017... l’année où Seferović vient tenter de s’imposer à la pointe de l’attaque lisboète ! Alors, stressé des retrouvailles Luka ? Visiblement, sa dernière visite dans la capitale lusitanienne s’est plutôt bien passée. Ce 25 mars, il était en visite avec la sélection nationale serbe dans le cadre d’un match de qualification pour l’Euro 2020. Et s’il n’a pas participé au nul grappillé par les siens, il a au moins passé du bon temps en allant caresser des dauphins dans un parc aquatique local. Sérénité.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Luka Jović (@lukajovic_35) le


« Lorsque Luka a appris quel serait notre adversaire, on a immédiatement vu de la joie sur son visage. Jouer là où l’on a échoué, c’est une motivation supplémentaire » , confiait son entraîneur Adi Hütter en conférence de presse. « J’étais très heureux. Non pas parce que je veux me venger ou quoi, mais juste parce que je me réjouis de retourner à Lisbonne et de rejouer contre mes anciens partenaires à "Luz". Ce sera un match forcément spécial » , ajoute l’intéressé, effectivement pas du tout revanchard. « J’étais alors inexpérimenté et j’ai fait des erreurs. De plus, je n’ai quasiment pas joué. C’était davantage un problème mental. Je suis heureux d’avoir pu le surmonter depuis mon arrivée à l’Eintracht. » Martin Hinteregger, son partenaire en défense, confirme l’importance de la pépite dans la réussite francfortoise cette saison : « Lorsque Luka a la balle, il se passe quelque chose d’excellent 99% du temps. » On lui souhaite que son retour à Lisbonne ne soit pas le 1% restant.



Par Julien Duez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom

il y a 5 heures En Italie, la VAR bientôt utilisée pour lutter contre le racisme ? 20 il y a 6 heures FC Thouroude #52: Comme l'OAIME 2
il y a 9 heures Sans club, Gourcuff fait du tennis en compète dans le Morbihan 42
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi
il y a 10 heures Piqué et Dembélé sèchent l'entraînement par solidarité avec la grève catalane 73