Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Séville-Getafe

Ben Yedder, la traversée du désert

Cantonné au statut de simple option supplémentaire au FC Séville, Wissam Ben Yedder souffre d’un manque de temps de jeu dans ce début de championnat. Une situation cocasse pour l’international français, héros du club il y a six mois de cela.

Modififié

« Franchement, c’est une belle soirée, j’ai passé un bon moment ici. » Dès ses premières paroles dans son interview pour le Late Football Club de Canal+ en ce 13 mars 2018, Wissam Ben Yedder fait la synthèse d’un moment gravé dans sa mémoire de footballeur professionnel. Plus qu’un maintien acquis lors de la dernière journée avec le Téfécé en 2015-2016, l’attaquant du FC Séville vient de réaliser un colossal exploit que son employeur n’avait plus réalisé depuis la saison 1957-1958, soit soixante longues années.


La performance en question ? Qualifier les Andalous pour un quart de finale de C1. Et ce, cerise sur le gâteau, après une victoire sur la mythique pelouse d’Old Trafford. Histoire de bien faire les choses, le natif de Sarcelles s’est distingué en marquant les deux buts de son équipe. Des réalisations synonymes de victoire contre Manchester United (1-2). Oui, Ben Yedder est sur son petit nuage et personne ne semble pouvoir l’en déloger. Enfin, pour l’instant.

De joker de luxe à... joker de luxe


Le lendemain de son exploit retentissant sur la scène européenne, Ben Yedder est appelé par Didier Deschamps pour intégrer la dernière liste des 23 Bleus retenus pour les matchs amicaux contre la Colombie et la Russie. Face aux Cafeteros au stade de France, l’attaquant de poche va même honorer sa première cape internationale avec le maillot tricolore. Une immense fierté, mais aussi le pic de sa cote de popularité. À Saint-Denis, la France subit une défaite qui fait grincer des dents à moins de trois mois de la Coupe du monde (2-3). Ben Yedder rentre quant à lui avec le sentiment du devoir accompli et l’impression d’avoir enfin séduit son coach Vincenzo Montella, dont la préférence initiale allait à... Luis Muriel, international colombien.



« Comme j’ai l’habitude de le dire, je travaille, déclarait WBY après son exploit de Manchester. Après, l’entraîneur fait ses choix et il faut le respecter. Ce soir, j'entre, je marque et nous nous qualifions. C’est ça qu’il faut retenir. Le football, c’est comme dans la vie : il y a des moments faciles et d’autres plus difficiles. L’essentiel, c’est de saisir l’opportunité quand on fait appel à vous. » Le hic, c’est que malgré cette nuit mancunienne de folie, rien ne change pour Ben Yedder sur la fin de saison 2017-2018. Muriel obtient toujours la préférence de Montella – qui l’avait déjà eu sous ses ordres à la Sampdoria – et assiste impuissant depuis le banc de touche aux demi-finales de Coupe du Roi contre Leganés (1-1, 2-0) et à la manita reçue face au Barça en finale (0-5). Dès lors, le licenciement de Montella une semaine après cette déroute laisse un espoir à Ben Yedder de redistribuer les cartes.

Sept minutes de Liga en 2018-2019


Hélas pour lui, le vent ne semble pas tellement tourner en sa faveur depuis le début de saison. Principale recrue offensive durant ce mercato d’été, André Silva est arrivé en prêt de l’AC Milan pour ajouter de la zizanie dans la hiérarchie des buteurs. Une manière d’offrir un panel plus complet à Pablo Machín, nouvel entraîneur du FC Séville et créateur d’un 3-4-3 depuis sa prise de fonction chez les Palanganas. D’un côté, le technicien offrait du temps de jeu à Ben Yedder cet été lors des barrages de la Ligue Europa, ce dont le Français a su profiter avec deux buts et deux passes décisives en cinq rencontres.


En revanche, Machín donne sa priorité à André Silva en Liga. Résultat ? Un triplé pour la première de l’international portugais contre le Rayo Vallecano (1-4) et un bilan comptable famélique pour Ben Yedder en championnat, avec seulement sept minutes jouées après trois journées. Défait lors du derbi sevillano avant la trêve internationale (1-0), le FC Séville de Machín pourrait en profiter pour revoir ses plans d’avenir. Et laisser ainsi à Ben Yedder l’opportunité d’enfin briller sur la durée.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 17
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom