Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options

Ben Yedder-Hernandez, les cartes de mars

En mars 2014, Didier Deschamps avait appelé pour la première fois à ses côtés Antoine Griezmann. Deux ans plus tard, c’était au tour de N’Golo Kanté. 2018 est donc le moment de Wissam Ben Yedder, 27 piges et héros de la semaine à Old Trafford, et Lucas Hernandez, qu’on annonçait sous un autre drapeau.

Modififié
Il paraît qu’il n’y a pas si longtemps, en le croisant dans un couloir du Bernabéu, Zinédine Zidane s’est approché de Wissam Ben Yedder. « Je suis tout ce que tu fais. Surtout, ne lâche pas. » Puis, il y a quelques heures à peine, à Old Trafford, c’était au tour de Paul Pogba : « Tu nous as tués, t’es trop fort. » Là, on a alors repensé à Pascal Dupraz, son ancien coach à Toulouse, qui à l’été 2016 avait été scotché par le fait qu’aucun club français ne cherche à se positionner sur le format A5. « Honnêtement, dans la surface de réparation, il n’a pas d’égal en France. Il y en a peu en Europe à être aussi adroit » , glissait alors à l’époque le caillou d’Annemasse. Ben Yedder raconte l’histoire du joueur « oui, mais... » , du mec à qui l’on demande toujours de prouver plus que les autres, de montrer plus que ses semblables. Puis, dans le labyrinthe auquel peut ressembler le groupe France, l’attaquant du FC Séville a donc trouvé la sortie, ce jeudi, et a été convoqué pour la première fois chez les Bleus. À ce propos, Didier Deschamps s’est justifié simplement : « Pour beaucoup, je ne suis qu’un conservateur... mais, sur les quatre ou cinq dernières saisons, il tourne à plus de quinze buts de moyenne (18,4 exactement depuis la saison 2013-2014, ndlr). Donc ce n’est pas les deux buts qu’il a inscrits cette semaine à Old Trafford qui ont changé la donne, ça vient simplement confirmer tout ce qu’il fait de bien depuis plusieurs saisons. »

« Et il avait quand même Bailly en face de lui, hein... »


Wissam Ben Yedder n’est plus une surprise, c’est une confirmation : un exemple d’humilité, du joueur qui accepte de se cacher pour débarquer en pleine soirée et s’offrir à la piste. Sa performance de la semaine n’a fait que créditer cette thèse. Un sélectionneur ne sortant jamais sans son boulier, Didier Deschamps n’est pas passé à côté des faits : cette saison, le natif de Sarcelles a déjà planté, entre autres, huit pions en C1 – plus deux en barrages –, ce qu’aucun Français n’avait réalisé depuis David Trezeguet en 2001-2002. Mieux : aucun mec n’avait touché la barre des dix buts en Ligue des champions plus rapidement que lui, si ce n’est Jean-Pierre Papin. Oui, c’est suffisant pour ouvrir la porte des Bleus, surtout que Ben Yedder, encore en CFA il y a huit ans, va apporter un profil que le groupe France n’a pas : un centre de gravité très bas, un buteur dans les petits espaces et une grande adresse. « Oui, et il avait quand même Bailly en face de lui, hein ? Ce n’est pas un nouveau-né... » , s’est même amusé Deschamps sur la scène de la FFF.


Une scène où le boss national a aussi sorti une autre carte : Lucas Hernandez, 22 ans, titularisé à seize reprises en Liga cette saison par Diego Simeone du côté de l’Atlético. Un cas épineux et un gosse qui aurait pensé, un temps, jouer pour la sélection espagnole. Ce à quoi Deschamps a répondu jeudi : « Ne vous inquiétez pas, j’ai parlé avec lui, il est très content de venir avec nous !  » On n’en doute pas, patron, mais l’arrivée d’Hernandez dans le groupe marque surtout un coup d’arrêt pour Kurzawa, mis de côté. « Je me doute qu’il ne sera pas content... » a glissé le sélectionneur. Tout ça arrive surtout à une époque de l’année où Didier Deschamps avait fait venir, en 2014, Antoine Griezmann, et en 2016, N’Golo Kanté. Le mois de mars est souvent le dernier moment pour monter dans le car Deschamps lorsqu'une grande compétition se profile. Voilà Ben Yedder et Hernandez avec un ticket, à eux de le poinçonner.



Par Maxime Brigand, dans le bureau ovale
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Préparer son équipe 3
Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 12:38 L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 32 Hier à 09:06 Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 11
À lire ensuite
La zone Euro