Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 28 Résultats Classements Options

BBC ? Non, VRP !

La BBC à toutes les sauces, c'est fini. Ce Real n'est plus glamour, n'est plus un marchand de rêves. Ce Real, c'est celui des efforts, du cœur et du travail acharné. Le Real des VRP.

Modififié
Cristiano par-ci, Ronaldo par-là... En ce début de saison, l'attention est logiquement portée sur la star portugaise. Il offre une île à Mendes, fait tomber le record de buts de Raúl, un film sur sa vie va sortir et crée évidemment le buzz... Bref, la star, une nouvelle fois, c'est lui. Pourtant, Ronaldo ne connaît pas le meilleur début de saison de sa vie. Alors évidemment, le Portugais a calmé la populace d'un quintuplé face à l'Espanyol, et de cinq buts en deux matchs de Ligue des champions, histoire de rappeler à tout le monde l'extraterrestre qu'il incarne sur le pré. Mais voilà, l'abondance, cela fascine, contente, puis finit par lasser, écœurer même. Le gel, les bijoux, la suffisance légèrement feinte, ça va un moment, mais on préfère désormais laisser cela à Justin Bieber. Un autre mec qui s'est permis de gaver la moitié de la planète, tiens. Non, cette année, le Real ne sera pas celui de la BBC, du faste et du glamour des Galactiques. Les dépenses pharaoniques, c'est terminé. Pour être dans l'air du temps cette saison, il faut faire place à une politique d'austérité. Un terme à la mode, pour le coup.

À Manchester le bling-bling, au Barça les roustes


Et ça, Fiorentino Pérez l'a bien compris. Exit Ancelotti et ses costumes italiens. Place à Benítez, ses survêts et sa tête de chef de gare. Les recrues stars de l'été ? Un semi-futur-ex-prodige et un latéral droit. Et négociés au rabais, avec ça. Pas vraiment le genre de la maison. On se fait humilier tranquillement par Manchester United sur l'affaire De Gea, histoire de leur laisser le rôle de nouveau pigeon mondial du mercato, et on fait changer les mentalités. D'ailleurs, fini de glorifier la BBC. Un acronyme synonyme de monopole, de cols blancs hautains, sûrs de leur pouvoir et de l'ordre établi. Marquer des tonnes de buts, tenter des grigris à 6-0, humilier l'adversaire, tout cela ne vous rend pas sympathique auprès du public, au contraire. Laissons cela au Barça et à sa MSN.

Parole à la défense


Non, ce Real-là la joue modeste. Ce Real-là, c'est celui qui donne la parole à la défense. Aux charbonneurs, aux joueurs dont le front est trempé de sueur. Aux morts de faim, à ceux qui portent l'épaulette trop large et la cravate mal assortie. Vous l'aurez compris, ce Real-là est celui de Varane, Ramos ou Pepe... les VRP. Car si le Real est aujourd'hui troisième du classement de Liga, la faute à deux nuls concédés face à Gijón, puis Málaga, il domine assez largement le classement de la meilleure défense du royaume, avec un seul petit but encaissé depuis le début de saison. Et cela, c'est tout sauf une surprise. Car si la méthode Benítez est critiquable, force est de constater que le natif de la capitale espagnole a su mettre en place une assise défensive des plus solides. Au fond, Benítez a sûrement retenu la leçon des échecs d'Ancelotti l'an passé. Qu'il est facile de planter des 4 ou 5-0 à tout va, mais que l'essentiel, lorsqu'on est en charge du plus grand club du monde, est de ne pas encaisser les buts qui comptent. Celui de Suárez, lors du Clásico retour de l'an passé. Un doublé de Torres en Copa del Rey ou, bien évidemment, un but assassin de l'ancien prodige Álvaro Morata, en demi-finale de Ligue des champions. Car lorsqu'on a des joueurs de la trempe de Ronaldo, Benzema, James ou Bale, il est plus facile de marquer des buts que de ne pas en prendre. Alors, pour une fois, saluons ceux qui s'occupent des tâches ingrates. Vive les VRP !

Par Paul Piquard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures NOUVEAU : 150€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 14 novembre seulement ! il y a 4 heures OFFRE SPÉCIALE LIMITÉE : 10€ offerts sans avoir à déposer le moindre centime 1
il y a 4 heures Gignac va prolonger aux Tigres 7 il y a 4 heures Les rescapés de Thaïlande à l'entraînement avec le LA Galaxy 2 Hier à 18:07 Le but contre son camp lunaire d'un Russe en finale de futsal aux JOJ 29 Hier à 15:02 Un coin de pelouse du Mondial 1998 mis aux enchères 18