Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2 finales
  3. // Monaco/Bastia (0-0, 6 tab à 7)

Bastia réussit son pari et file en finale

Dans un match où personne n'a voulu s'enflammer, Bastia a gagné Monaco aux tirs au but (7 à 6) et retrouvera le PSG pour une finale rêvée par tous les supporters corses.

Modififié
Avec les poètes corses d'un côté et les vicelards monégasques de l'autre, mais aussi le déplacement en masse des fans insulaires dans la Principauté, il y avait de quoi se dire que ce match pouvait partir un peu dans tous les sens, avec un curseur de l'intensité au maximum. Ça n'a pas été le cas, entre une formation qui est de nature prudente et une autre qui n'avait pas envie de gâcher sa saison en mettant trop de folie. Il y aura donc une prise par le cou de Dirar par Palmieri, vite calmé par un attroupement, un Fabinho qui s'est appliqué à appuyer sur la cheville gauche de Danic. Mais aussi beaucoup de transversales ratées, de glissades en plein course. Comme il fallait quand même un vainqueur, ça s'est joué aux tirs au but. Et comme il fallait un clin d'œil, c'est Toto Squilacci, l'ancien de l'ASM, qui a planté le tir au but décisif.

Giovanni Sio rate ses débuts


Pourtant, ça partait bien. Pour se montrer digne de ses supporters, Bastia fait une très bonne première période. Le coup de l'équipe concentrée, prête à faire l'exploit. Modesto, Squillaci et Marange ne retrouvent pas les jambes de leurs meilleures années, mais ils sont à chaque fois là pour gêner le trio d'attaque monégasque composé de Germain, Martial et Berbatov. Le Bulgare avait de quoi réduire leurs efforts à néant, mais il loupe son face-à-face une fois seul face à Areola. Niveau regret, il est tout de même loin de Giovanni Sio. L'Ivoirien, qui avait laissé un bon souvenir lors de son passage en prêt à Sochaux en 2013, a beaucoup demandé, seul en pointe. Mais si le milieu corse, qui a bien exploité le déchet du vice-champion de France, lui a donné quelques munitions, la recrue bute sur Stekelenburg. Qui existe donc encore.

Les deux meilleures occases pour Bastia


En seconde période, l'ASM parvient à accélérer avant l'heure de jeu. Martial casse quelques reins sur le coté, avant de servir en retrait. Pour contourner la défense, Berbatov temporise, remise pour Moutinho qui arrive lancé pour une lourde qui passe de peu à côté. Jardim décide alors de changer ses plans et sort Germain au lieu de l'ancien de l'OL pour offrir ses premières minutes sous son nouveau maillot à Alain Traoré. Si les Bleus défendent de plus en plus bas, c'est Squillaci, sur une montée, qui fait frissonner Louis-II. Bien servi par un bon Boudebouz, le stoppeur donne tout sur une frappe à l'entrée de la surface qui passe de peu à côté. Sept minutes plus tard, le meneur de jeu algérien envoie un centre parfait dans la boîte pour une tête plongeante de Palmieri. Mais c'est sur le portier hollandais. Sur cette alerte, les deux équipes décident sagement de tout reporter en prolongation.

Tuer le temps en prolongation


Où les entraîneurs ne veulent visiblement pas changer la donne. Ghislain Printant profite de son dernier changement pour faire entrer Romaric, alors que Jardim opte pour l'entrée de Kurzawa à la place de… Berbatov. Mais Bastia arrive toujours à créer le danger. Sio est rejoint par son partenaire Ogenda devant. La brigade de l'inefficacité a de bonnes intentions, mais elle foire encore deux belles occases, notamment une où l'espoir prêté par le PSG cherche bêtement le penalty face à Stekelenburg. Cela a sûrement donné confiance au finaliste du Mondial 2010, qui a stoppé deux tirs au but dans la séance de fin. Mais ça ne couvrira pas les échecs de Bernardo Silva, Martial et Dirar.

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:00 J'irai supporter l'AC Ajaccio chez vous (S1 Ep1) Hier à 12:14 Jürgen Klopp inquiet pour Sadio Mané 42
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi