Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. // Supercoupe d'Europe
  2. // FC Barcelone/FC Séville (5-4)

Barcelone, au bout de la folie

Au terme d'une soirée complètement folle, le FC Barcelone remporte la Supercoupe d'Europe aux dépens d'un FC Séville héroïque. S'il y a un vainqueur ce soir, c'est bien le football.

Modififié

Barça - FC Séville
(5-4)

L. Messi (8'), L. Messi (16'), Rafinha (44'), L. Suárez (53'), Pedro (114') pour FC Barcelone , E. Banega (3'), J. Reyes (57'), K. Gameiro (72'), Konoplyanka (81') pour FC Séville.


Le football n'est pas une science. Il n'est pas exact. Parfois, il défie même les lois de la logique. Rarement, depuis Istanbul 2005, il l'avait fait à ce point. Ce soir, une équipe – le Barça - s'est faite rejoindre en à peine 25 minutes après avoir outrageusement dominé la partie et jouit d'une avance confortable de trois buts. À l'image de son maître à jouer, Barcelone a plané avant de retomber sur Terre.

Banega 1 – 2 Messi


Avec Lionel, c'est toujours pareil. Il quitte le bled sous le feu des critiques après un titre manqué de peu avec l'Albiceleste et rentre chez lui pour se refaire une santé. Affûté et inspiré, l'Argentin n'aura pas douté longtemps. Le FC Séville espérait sans doute tomber sur un Messi crevé ; à la place, les hommes d'Unai Emery ont eu droit à la totale en première période. Contrôles, déviations, changements d'appuis, passes et même contres favorables, tout réussit au bientôt quintuple Ballon d'or lors du premier acte. Même les coups francs. C'est d'ailleurs autour de cet exercice que se dessine le profil de cette Supercoupe européenne. Après seulement deux minutes de jeu, Séville envoie le FC Barcelone dans les cordes en imposant un gros pressing et son habituel jeu de percussion. Reyes prend l'espace sur le côté gauche et Mascherano est contraint de sécher l'Espagnol à 22 mètres des buts de Ter Stegen. Éver Banega pose le cuir et se charge de mystifier le portier allemand qui bouge à peine. Le ballon retombe immédiatement après avoir franchi le mur pour mourir dans le petit filet du but catalan. Imparable, tout comme la réponse « copier-coller » de Messi cinq minutes plus tard. À une distance similaire, l'attaquant catapulte la balle dans la lucarne du valeureux Beto dont l'envolée est aussi vaine que spectaculaire. Comme c'était la soirée des coups francs et comme Lionel s'en veut un peu d'avoir plagié son pote Banega, le numéro 10 catalan décide de s'offrir un doublé avec l'aide du poteau sur une frappe Juninhesque. Beto mord à nouveau la poussière mais permet dans un second temps à son navire de ne pas couler en arrêtant des tentatives de Dani Alves et Suárez. Le Portugais ne fait que repousser une sentence qui surviendra des pieds de Rafinha peu avant la mi-temps. 3-1 et gros coup de massue pour les Sévillans.

Résurrection andalouse


Autoritaire, le FC Barcelone a la mainmise sur la partie. Au sortir des vestiaires, Luis Suárez assène un quatrième coup létal au FC Séville, suite à une récupération étonnamment haute de Sérgio Busqets. 4-1, l'affaire est pliée. Du moins c'est ce que le public de la Dinamo Arena pense. Gameiro et ses potes sont en réalité loin d'être morts. Reyes profite d'un moment de relâchement des Catalans pour réduire la marque. Anecdotique, se dit-on, d'autant que Messi n'est pas très loin d'inscrire son troisième pion de la soirée. C'est en réalité tout le contraire qui est en train de se passer. Plus en jambes et motivés par la réduction du score, les Sévillans profitent en plus de l'entrée de Sergi Roberto à la place du capitaine Iniesta pour s'immiscer dans la brèche ouverte par Luis Enrique. Le coaching perdant du technicien espagnol déséquilibre totalement l'entrejeu de son équipe, qui tenait jusque-là grâce au « pont » Busquets-Iniesta. Séville pousse et progresse sur le terrain jusqu'à obtenir un penalty à la 71e. Gameiro ne tremble pas et met un peu plus la pression sur le colosse aux pieds d'argile. Luis Enrique prend peur et le montre. Il ordonne à Bartra de s'échauffer au plus vite et le fait rentrer à la place de Rafinha. Deuxième erreur de la soirée sanctionnée par Konoplyanka, entré à la place de Reyes un quart d'heure plus tôt. Sur le papier, les Blaugrana avaient tout pour gagner tranquillement au bout de 90 minutes. La divine intervention des entraîneurs en a décidé autrement.

La dernière danse de Pedro


Très vite, l'euphorie de l'égalisation sévillane se dissipe et laisse place à la réalité de la prolongation. Ereintés par la fatigue, les organismes sont moins réactifs, les contrôles moins bons, les tactiques moins respectées et le jeu plus lent. Les deux équipes se neutralisent et sont incapables de déstabiliser le bloc adverse jusqu'à la 105e et une tentative infructueuse de l'entrant Mariano. Même la foule est moins enthousiaste. Il faut un gros tacle de Rami sur Messi à la 110e pour réveiller un public, qui, comme beaucoup de joueurs sur le terrain, semblent se résigner à affronter la séance de tirs au but. Ce n'est pas le cas de la Pulga, qui à la 113e, s'arrange pour obtenir un coup franc à l'entrée de la surface de Beto.

Contrairement à la première période, les forces et la lucidité manquent à l'Argentin qui trouve le mur. Par chance, ce dernier lui renvoie le cuir. Le numéro 10 du Barça la reprend en première intention et transperce le mur. Beto, aveuglé par la barrière humaine, détourne héroïquement le ballon sur sa ligne. Malheureusement pour le Portugais, Pedro, en partance pour Manchester United, a décidé de quitter son club formateur par la grande porte. Malgré deux occasions nettes de Coke et Rami en toute fin de match, le cinquième but blaugrana est le bon. Le Barça s'impose sur un score de séance de tirs au but. Tout ça pour ça.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 70 il y a 5 heures Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 15
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
il y a 13 heures Tony Chapron : « La VAR n’est pas juste » 121