Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 47 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. G
  3. // Angleterre-Panama (6-1)

Baloy, history boy

En inscrivant le seul but du Panama dans une phase finale de Coupe du monde, Felipe Baloy est entré dans la légende. En sauvant l’honneur de son pays face à l’Angleterre, le défenseur de 37 ans a rappelé que dans le football, les vainqueurs ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

Modififié
À chaque Mondial son petit poucet, son lot de tendresse et l’obligation morale de trouver une belle histoire. Qu’elle touche un groupe ou un joueur, quitte à l’oublier dans la foulée. En 2014, la planète foot avait vibré devant Joel Campbell. Quatre ans plus tard, elle se lève pour applaudir Felipe Baloy, son crâne chauve, sa barbe grainée et son pied droit auteur du premier but de l’histoire du Panama dans une phase finale de Coupe du monde. De quoi effacer l’amertume du score de tennis encaissé face à l’Angleterre.

Capitaine banquette


Inutile de chercher un quelconque frisson dans le jeu du Panama, il n’y en a pas eu. Cette équipe, si on lui reconnaîtra l’envie de ne pas vouloir faire de la figuration, n’était tout simplement pas au niveau de ses adversaires, que ces derniers soient belges ou anglais. Vieillissante, fermée, peu technique, elle ne remporte pas les faveurs de l’amateur de beau jeu. Et pourtant, syndrome du petit poucet oblige, elle fascine. Parce que personne n’a envie de voir un participant au Mondial se faire laminer trois fois de suite sans jamais avoir l’occasion de se défendre. Parce que l’esprit de compétition interdit de se limiter à cette expression consacrée qui voudrait que « la qualification soit déjà une victoire en soi  » .


Regarder le Panama, c’est regarder un collectif. Car inutile de se mentir : la plupart des observateurs ne connaissent pas spécifiquement les 23 acteurs en présence. Et cela aurait continué d’être le cas si le destin n’avait pas décidé que la Marea Roja devait remporter un jeu dans le set que lui a infligé l’Angleterre. Ce jeu restera associé à un nom : Felipe Baloy. Pas le plus capé du groupe (cent sélections contre 143 pour le recordman Gabriel Gómez), mais bien le plus âgé. Et porteur du brassard de capitaine à ce titre. Un capitaine absent puisqu'il faisait banquette face à la Belgique et n’est entré qu’au bout de 70 minutes face aux Three Lions. Pour l'histoire.

Globe-trotter en pré-retraite


Felipe Baloy n’est pourtant pas le perdreau de l’année. Sa carrière avec le Panama a commencé il y a 18 ans par un nul (2-2) face au Guatemala, le pays dans le championnat duquel il évolue aujourd’hui sous le maillot de Municipal, avec qui il a terminé troisième du dernier exercice. Mais à l’époque, Pin a 19 ans et fait ses premières armes au pays avec San Miguelito. Trop petit pour ce gabarit moyen (1,86 mètre), le Panama ne sera que la première étape d’une longue carrière qui l’emmènera de la Colombie au Brésil, en passant par le Mexique. À Monterrey et Santos Laguna, il remporte deux titres nationaux et vit les meilleures années de sa riche carrière. De quoi compenser la disette du Panama sur la scène internationale.


Avec la Marée rouge, Baloy se forge une image de soldat, bosseur acharné et capable d’encadrer les générations successives qui composent le noyau national. Aujourd’hui, il n’est qu'un vétéran parmi le groupe des papys de la sélection (dix joueurs sur 23 ont plus de trente ans), mais il est venu rappeler que ce sont dans les vieilles marmites qu’on fait les meilleures soupes. Lorsque le jeune Ricardo Avila (21 ans) lui adresse ce superbe coup franc, il est le seul à pouvoir tendre le pied pour tromper Pickford et inscrire son quatrième but avec le Panama. Le tout premier de sa nation dans une Coupe du monde. Lui qui avait annoncé sa retraite internationale après le Mondial a déjà conclu sa carrière de la meilleure des manières. Quand on ne boxe pas dans la même catégorie que les gros, les victoires se savourent un peu différemment. La vague de joie qui a parcouru le stade pendant les dix dernières minutes était là pour le prouver. Mission accomplie. Chapeau.

Hoy es un día especial para mi, de esos que piensas que no llegarán cuando estas más joven,estoy a horas de jugar mi último partido en el estadio que una vez soñé jugar de niño, el estadio que conocí por primera vez gracias a @miguelito0828 y @blind0372 y ese día dije q algún día yo iba a estar ahí vistiendo la camiseta mas linda del mundo, el trabajo,la Fé, los sueños, la perseverancia hicieron que hace 18 años pudiera lograrlo y hoy 18 años después será la última vez que pise ese estadio en un partido con mi Selección, no se como será el momento pero les confieso que estoy muy nervioso, sentimental y ansioso como la primera vez, hoy no puedo dejar de agradecer por todos esos momentos lindos que pasamos en ese estadio, disculpas por todos los momentos malos, al final fueron años que pasé de todo y agradezco a Dios por esa oportunidad de vivirlos, a mi Familia a mis amigos, a todo Panamá por todos estos años maravillosos de fútbol, ahora queda cumplir. Un sueño que lo Disfrutare al máximo y que espero que todos podamos disfrutarlo, somos una sola selección, somos un solo País, carguemonos de positivismo y disfrutemos todos de esta linda ocasión, de este lindo sueño, somos un País pequeño pero el, que en Rusia estará como una de las selecciones más grande del mundo, gracias, gracias y gracias Panamá!

Une publication partagée par Felipe Baloy (@pinbaloy) le



Par Julien Duez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

Henry : le retour

Vidéo

Dans cet article


il y a 8 heures Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 10 il y a 8 heures Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 21

Le Kiosque SO PRESS