Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options

Balèze Matuidi

À cause du carton jaune qu'il a pris contre l'Argentine, Blaise Matuidi ne jouera pas le quart de finale de vendredi face à l'Uruguay. Une perte immense pour les Bleus, même si l'ancien Parisien n'a démarré qu'un match du Mondial sur deux et sans jouer à son vrai poste.

Modififié
La scène est brève, et sur le moment, elle a sans doute échappé à pas mal de spectateurs qui avaient encore des flashs du doublé express de Kylian Mbappé qui défilaient devant leurs yeux. Normal, ça s'est passé moins de cinq minutes après l'inscription du chiffre « 4 » à côté du mot « France » sur le tableau d'affichage de la Kazan Arena. Dégoûtés et nerveux, les Argentins prennent des libertés avec la bienséance et se permettent quelques fautes, à commencer par Otamendi qui semble très agité. Blaise Matuidi accourt sur les lieux du crime, demande avec un brin de véhémence au défenseur de City de se calmer, mais il n'a même pas le temps de se retourner que l'arbitre lui a déjà scotché un carton jaune. Cris, protestations, grands gestes avec les bras, tant pis. Trop tard. Matuidi, déjà averti face au Pérou, est bon pour rater le quart de finale. « Je n'ai pas compris la réaction de l'arbitre » , ronchonnera-t-il après le match, avant de passer à l'autoflagellation : « Là-dessus, je dois aussi savoir faire preuve d'expérience. Là, j'en ai manqué. Ça a été mon défaut. J'ai la sanction qui tombe. Voilà, c'est comme ça. » Les Bleus vont devoir faire sans leur marathonien au prochain tour. Étrange enchaînement d'évènements pour celui qui a connu le début du tournoi sur le banc, avant de retrouver sa place de titulaire, mais pas à son poste habituel, et qui a fini par devenir le premier Bleu à prendre deux cartons jaunes lors de ce Mondial russe.

Ce que personne n'ose dire


Deschamps trouvera vite une solution au problème en piochant parmi Tolisso, Fekir, Lemar ou encore Nzonzi pour le remplacer contre l'Uruguay. Et le bon côté de la chose, c'est que le milieu de la Juve reste l'un des piliers de l'équipe même quand il est hors du terrain. Comme Giroud, Matuidi fait partie de cette catégorie de joueurs supposément non adaptés au football de vitesse et de technique, et qui ne sont pas les bienvenus à la fête quand le sélectionneur tente des folies comme face à l'Australie. Mais quand il met son Blaisou sur le banc, Deschamps dit « à bientôt » au joueur sans sacrifier le grand frère. Ce qu'aucun joueur de l'équipe de France ne nie. « Blaise, c'est un leader » , annonce Pavard. « Blaise, c'est un patron » , renchérit Pogba.


Et après le match décevant contre les Australiens, c'est bel et bien l'ancien Parisien qui avait déboulé en conférence de presse pour taper du poing sur la table et dire ce que personne n'avait osé dire jusqu'à présent : « On voit que la Coupe du monde, c'est facile pour personne. On a une belle équipe, mais ça ne suffit pas forcément. La vérité, elle est sur le carré vert. Le talent c'est super, c'est très bien, mais ça ne suffit pas forcément. Il faut en avoir conscience. » Évidemment, personne n'avait osé contester sa légitimité en lui expliquant qu'il avait à peine participé à la rencontre, vu qu'il était entré à la 78e minute. Pour résumer, Matuidi est un des seuls joueurs de l'effectif à pouvoir gueuler « La vérité, elle est sur le carré vert » tout en ayant à peine foulé le carré vert en question, et en étant écouté malgré tout.

Sans le ballon


De toute manière, quand il est sur la pelouse, ce n'est pas là où Matuidi fait l'unanimité. Loin de là. On vient même lui chercher des noises parce que Deschamps persiste à le faire jouer sur l'aile gauche dans un 4-2-3-1 qui n'est pas fait pour lui. En passant au confessionnal, Olivier Giroud confirmait ce que tout le monde avait déjà remarqué : « Blaise, il n'a pas l'habitude d'évoluer à ce poste-là et la percussion n'est pas sa qualité première. » Avant d'envoyer une grande tape dans le dos de son pote : « Mais il a eu un gros volume de jeu, et il a compensé les chevauchées de Lucas. » Il faut revoir le match face au Pérou pour le comprendre, et avoir ce chiffre en tête : en moyenne, un footballeur passe à peine plus d'une minute balle au pied par match. Tout le reste, c'est du jeu sans le ballon. Un domaine dans lequel Matuidi a excellé à Iekaterinbourg. Et sans lui sur le terrain, le scénario aurait pu être bien moins heureux pour les Bleus, même si Matuidi n'a pas été bon quand le ballon est passé par lui.


Quant au match contre l'Argentine, il devrait dissuader n'importe qui de critiquer l'apport offensif du bonhomme puisqu'il envoie l'avant-dernière passe sur le deuxième et le quatrième but. Alors oui, devoir faire sans lui pour un quart de finale qui s'annonce aussi rugueux que celui face à l'Uruguay est une perte énorme pour les Bleus. Mais être un patron, ce n'est pas seulement se rendre indispensable. C'est aussi faire confiance à ses collègues. « On est un groupe, c'est pour ça qu'on est 23. Ils vont faire le job pour qu'on puisse passer en demies » , a promis Matuidi il y a quelques jours. La différence entre un chef et un chefaillon.

Par Alexandre Doskov, à Istra Propos recueillis par AD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

I récup ze ball !

Vidéo

Dans cet article


Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 77
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi
Hier à 14:14 La statue de Falcao 32 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 48