Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // AS Monaco

Baldé Keita, un enfant terrible pour Jardim

Débarqué à la Lazio à 16 ans, en 2011, Keita Baldé quitte donc le club romain après six années. Fâché avec les dirigeants laziali, il rejoint l'AS Monaco pour 30 millions d'euros. Une recrue de choix pour Leonardo Jardim.

Modififié
L'AS Monaco l'a prouvé a maintes reprises ces dernières années : elle est une spécialiste de la plus-value. Les cas Mbappé, Bakayoko, Mendy ou encore Bernardo Silva n'en sont que les derniers exemples les plus frappants. Pourtant, le temps d'une transaction, l'ASM a refourgué sa casquette de roi de la plus-value à la Lazio. Les Romains viennent en effet de lui vendre Keita Baldé pour 30 millions d'euros, alors qu'ils l'avaient acheté en 2011 pour 300 000 euros. Soit un prix multiplié par 100. Et malgré cela, c'est peut-être bien Monaco et non la Lazio qui fait la bonne affaire. Keita sort de la meilleure saison de sa carrière, vient de planter 16 buts en Serie A, et est âgé de seulement 22 ans. Soit encore une grosse marge de progression devant lui.

Un comportement pas pardonné


L'histoire entre Baldé Keita et la Lazio prend donc fin après six années. Non sans polémique. Car le joueur, protagoniste de l'excellente saison de la bande à Simone Inzaghi l'an dernier (5e place et finale de Coupe d'Italie), n'a pas disputé le moindre match officiel cette saison. Via son agent, Roberto Calenda, il a rapidement fait comprendre aux dirigeants laziali qu'il souhaitait partir. L'agent est ainsi parti au bras de fer avec le duo Lotito-Tare. Erreur. Les treize années de présidence de Lotito auraient dû lui apprendre que le patron laziale ne cède sur rien, jamais. Le Sénégalais partirait pour une somme satisfaisante ou ne partirait pas, quitte à le laisser hors du groupe jusqu'à la fin de son contrat en 2018.


C'est du coup ce qu'a fait Simone Inzaghi pour la finale de Supercoupe d'Italie contre la Juventus (victoire 3-2 des Laziali) et pour les deux premières rencontres de la Serie A 2017-2018. Le coach se justifie alors en expliquant qu'il voyait un « Keita pas concerné à l'entraînement » . La Juve s'est donc positionnée (c'était le choix préférentiel du joueur), suivie de l'Inter, du Napoli, de Tottenham et, finalement, de l'AS Monaco, qui a raflé la mise pour 30 millions d'euros. Quelques heures après l'officialisation du transfert, Keita a lâché un mot sur son compte Instagram à l'intention des tifosi laziali. Qui, visiblement, ne sont guère enclins à lui pardonner son comportement lors de ce dernier été.

Il momento è arrivato. Devo spiccare il volo e provare a farcela da solo con le mie ali. Ali forgiate dalla vostra passione, dalle vostre pacche sulle spalle, dai bimbi con la mia maglia numero 14, da chi mi ha amato e incoraggiato. Guardo Roma dall'alto e ci vedo la Storia, lo Scudetto primavera, i primi gol, sofferenze e gioie, quella doppietta, applausi e critiche, lo spogliatoio fatto di compagni e professionisti che mi hanno aiutato. Ma soprattutto voi tifosi. Grazie a tutti coloro che mi hanno insegnato, aspettato e cresciuto. Non parlo solo di calcio ma anche di vita reale. Sono arrivato a Roma che ero un bambino, piccolo e sognatore, mi avete accompagnato fino al momento del salto. Non voglio essere ipocrita. Vado, voglio andare, non potevo più restare e lo sapete tutti. Inutile negare che avrei potuto, insieme al mio agente, scegliere altri modi di partire e invece abbiamo optato per il migliore. Quello che porta dei vantaggi anche alla società e quindi a voi. Per questo vi dedico il mio ultimo pensiero: tifosi e compagni di squadra. Grazie! Per me voi siete la Lazio. Un sentimento senza padroni che vola nel cielo. Una sensazione di libertà che non si può imprigionare.

Une publication partagée par Keita Balde Diao (@keitabalde14) le

Champion d'Italie Primavera et premier but pro


Leonardo Jardim va donc se retrouver avec un vrai talent entre les mains. Une tête de mule, certes, un caractère de cochon, mais un véritable talent. Partout où il est passé, c'est en tout cas le souvenir qu'il a laissé. À Barcelone, déjà, là où il a été formé, on en disait le plus grand bien. Le gamin avait planté 300 buts avec les équipes de jeunes, mais une blague lors d'un stage au Qatar (mettre deux glaçons dans le lit d'un pote, olala que c'est grave) lui a valu d'être envoyé en prêt à Cornellá. Vexé et rancunier, Keita, alors seulement âgé de 16 ans, refuse de revenir au Barça l'été suivant.

Attentive, la Lazio l'enrôle. Mais devra attendre plusieurs mois avant de pouvoir l'utiliser, à cause de problèmes de passeport et d'extra-communautaire. Keita fait donc ses débuts avec la Primavera de la Lazio entraînée par Bollini, et remporte dès juin 2013 le titre de champion d'Italie Primavera. Suffisant pour que le coach laziale, Vladimir Petković, ne le fasse monter en équipe première à partir de la saison 2013-2014. L'année des premières fois pour le joueur : première apparition en Serie A (face au Chievo), premier but (contre Parme), premier match en Coupe d'Europe (Legia), premier but (Ludogorets), première frustration avec ce poteau frappé contre la Juventus. Et surtout premières louanges, tant le joueur surnage déjà dans une équipe qui, cette saison-là, galère sacrément.

Vidéo

L'explosion avec Inzaghi


Lors de la saison 2014-2015, Keita joue peu. Le Sénégalais paie surtout l'explosion de Felipe Anderson, qui lui est du coup préféré par Stefano Pioli dans le système en 4-3-3 où Candreva occupe l'autre aile, et Miroslav Klose la pointe. « Keitinha » réclame du temps de jeu, bougonne, obtient des bribes de match, ne marque qu'un seul but. Bref, pas franchement la saison rêvée. Et déjà, lors de l'été 2015, il menace de partir après que Pioli ne l'a pas convoqué (déjà !) pour la finale de la Supercoupe d'Italie contre la Juventus. Les deux hommes se parlent ensuite en tête à tête, d'homme à homme, et Keita répond de la meilleure des façons en inscrivant le seul but du match lors du tour préliminaire de Ligue des champions face à Leverkusen. Au retour, les Laziali en prendront trois dans le baba, mais la paix est faite.


Le véritable tournant, pour Keita, sera néanmoins l'arrivée sur le banc de Simone Inzaghi, en avril 2016. Le Mister et l'attaquant s'étaient déjà croisés du temps de la Primavera, quelques années auparavant. Inzaghi a déjà les idées claires pour sa pépite sénégalaise. Il l'alignera sur le côté gauche, avec Ciro Immobile en pointe et Felipe Anderson à droite. Keita profite du départ de Candreva à l'Inter à l'été 2016 pour devenir un titulaire en puissance de l'équipe. Rapide, excellent dribbleur, il se met même à marquer avec régularité, mais, étrangement, n'est jamais aussi bon que lorsqu'il entre en cours de jeu. Comme ce 13 mars 2017, lorsqu'il entre à la 77e minute face au Torino, et offre la victoire aux siens à la 87e d'une merveille d'enroulé du droit.

Vidéo

Sa fin de saison est absolument hallucinante en matière de chiffres. Aligné en pointe lors du derby romain après le forfait d'Immobile, grippé, il porte son équipe et inscrit un doublé victorieux (1-3). Déjà auteur d'un triplé la semaine précédente face à Palerme, il termine sa saison par huit buts lors de ses cinq derniers matchs, avec, sur cette période, une moyenne d'un but toutes les 49 minutes. Son histoire avec le club romain se termine en eau de boudin : lors de l'avant-dernière journée, face à l'Inter, il est fauché dans la surface par Gary Medel. Pénalty ? Non, carton jaune pour simulation, le deuxième de sa soirée, et donc rouge. Sa dernière apparition officielle avec le maillot biancoceleste, avant un été plus que mouvementé. À l'AS Monaco, désormais, de polir le diamant tout en gérant ses humeurs. Mais ça, pas de soucis, Leonardo Jardim sait faire.

Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures Erick Thohir bientôt actionnaire d'Oxford United 2
il y a 4 heures La manifestation des ultras des Young Boys contre l'e-sport 11 il y a 5 heures Évra raconte sa vengeance après une blague de Piqué 50
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
À lire ensuite
Les gardiens de la paix