Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options

Aux origines des surnoms des clubs britanniques (3/3)

Les « Reds » de Liverpool, les « Red Devils » de Manchester, les « Spurs » de Tottenham… Les écuries britanniques possèdent leur lot de surnoms, certains plus évidents que d'autres, qui reflètent pourtant tous une partie de leur histoire. Rapide retour dans le passé pour mieux comprendre ces appellations.

Modififié

Tottenham : les Spurs


L'influence de Shakespeare dans la culture populaire anglaise est telle que l'on retrouve même des traces du dramaturge dans le milieu du ballon rond. Dans Henry IV, Part 1 - une pièce historique retraçant la première année du règne de l'ancien roi d'Angleterre parue à la fin du XVIe siècle - apparaît Henry Percy, également appelé Harry «  Hotspur » , un homme reconnu pour sa bravoure au combat. Toujours est-il qu'à la création de Tottenham en 1882, les pères fondateurs voulaient un blase qui rappelle l'audace et une certaine image de la noblesse londonienne. Le choix de Sir Henry Percy « Hotspur » les combla tous et ainsi naquit rapidement le simple dérivé « Spurs » . Plus tard, ce surnom (les « Éperons » en français) conduira au logo qui représente un coq de combat portant des éperons. Oui, un coq de combat.

Stoke : les Potters


Stoke-on-Trent n'est pas la cité rêvée pour des vacances. Les températures représentent on ne peut mieux le climat typiquement british et la ville ne dispose même pas d'accès direct au littoral. Pourtant, les quelque 250 000 habitants de Stoke reçoivent chaque année des touristes par milliers. Effectivement, Stoke-on-Trent est renommé de façon historique pour sa poterie. De fait, l'ancien club de Gordon Banks se coltine depuis toujours l'appellation de Potters - les « Potiers » - en référence à cette tradition locale. Car c'est encore dans les vieux pots que l'on fait les meilleures confitures.

Manchester United : les Red Devils


En 1902, l'entité sportive adopte définitivement le nom de Manchester United en lieu et place du « Newton Heath LYR Football Club » . Les couleurs du maillot changent également et M.U est rapidement associé au rouge, prenant du même coup le premier surnom de « Reds » . Mais en 1934, Salford - l'équipe de rugby du Greater Manchester, le comté qui regroupe notamment Manchester et Bolton - effectue une tournée dans l'Hexagone. La légende rapporte que la presse française aurait été si impressionnée par Salford qu'elle les surnomma « Les Diables rouges » . Une appellation restée pour le club de rugby et qui sera, à partir des années 50, utilisée par de nombreux Mancuniens pour parler des protégés de Matt Busby (avec les « Busby Babes » ) qui raflent alors trophée sur trophée.

Norwich : les Canaries


À la fin du XIXe siècle, la ville de Norwich, à l'extrême est de l'Angleterre, accueille bon nombre d'immigrants venus des Pays-Bas. Ces derniers amènent avec eux tout le nécessaire pour construire une nouvelle vie de l'autre côté de la Manche… y compris leurs animaux de compagnie, essentiellement des Canaris. Dès lors, le petit oiseau devient l'emblème de la ville, au point d'apparaître sur le logo du club à l'aube du siècle dernier. Le jaune et le vert deviennent vite les couleurs officielles de Norwich avant que le surnom de Canaries ne remplace celui existant jusqu'alors, les « Cits » (abréviation de Citizens). Une association qui n'a, jusqu'ici, jamais battu de l'aile.

Newcastle : la Toon Army


Si le surnom principal des Blanc et Noir demeure les Magpies - lié à la couleur de la liquette du club -, « The Toon » s'associe tout autant aux meilleurs ennemis de Sunderland. Chaque région anglaise possède son propre jargon et un accent singulier, à l'image du Scouse parlé dans le Merseyside. Les résidents de Newcastle dans le Tyne and Wear aiment, eux, mâcher les mots. De la sorte, « Toon » est la prononciation locale de « Town » , qui symbolise le centre de la ville, où St James' Park, l'enceinte du club, se situe. La « Toon Army » représente donc l'agglomérat des fans autour du stade à l'approche des rencontres à domicile. Rien à voir avec Roger Rabbit, donc.

Bolton : les Trotters


Ce sobriquet remonte à la fin du XIXe siècle. À l'époque, l'un des terrains d'entraînement de Bolton était contiguë à une porcherie. La technique anglaise étant jadis pire qu'aujourd'hui, il arrivait fréquemment que des ballons finissent leur course au sein même de l'enclos à cochons ! Le malheureux frappeur n'avait alors d'autre choix que d'aller récupérer sa balle égarée avant que les porcs n'en fassent leur festin. Le tout au petit trot, histoire de ne pas se refroidir. Un surnom qui a traversé les âges sans jamais disparaître. Heureusement qu'Emile Heskey et sa frappe légendaire sont arrivés trop tard à Bolton pour modifier cette appellation. Sinon, les Trotters auraient bien pu s'appeler les Cosmonauts. Dans ce cas, pas besoin de traduction.

Par Eddy Abou Serres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures Il marque après 729 jours de disette 24
il y a 5 heures La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 47 il y a 6 heures Carrasco offre 10 000 euros à un coéquipier qu'il a envoyé à l'hôpital 14

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
il y a 11 heures Mediapro ne revendra pas ses droits 39 il y a 11 heures Rivelino dézingue le jeu de l'équipe de France 163 il y a 12 heures Football Leaks : pour Agnelli et Čeferin, c'est une « fiction » 23