Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Saint-Étienne

Ruffier, le Vert à moitié vide

Après quasiment une décennie de mariage, l'AS Saint-Étienne a officialisé le divorce avec Stéphane Ruffier, licencié pour faute grave au bout de dix mois de tensions entre les deux camps, dans un communiqué d'à peine cinq lignes. Mais il ne faut pas se tromper : les Verts devraient plutôt remercier le portier de 34 ans que de le laisser partir par la petite porte dans une triste indifférence.

Modififié
Le temps des bonnes résolutions n'était même pas encore terminé que l'AS Saint-Étienne a pris la décision d'officialiser la fin d'une histoire d'amour qui aura duré près de dix ans. Il faut dire que le divorce avec Stéphane Ruffier est consommé depuis un moment. Dix mois quasiment. Il a finalement été prononcé dans un communiqué laconique, sobrement intitulé « Situation de Stéphane Ruffier » et publié ce lundi matin à 11h10 pétantes sur le site officiel de l'ASSE : « Après la procédure disciplinaire engagée à l'encontre du joueur, l'AS Saint-Étienne a décidé de rompre le contrat de Stéphane Ruffier, lequel se terminait le 30 juin 2021. Il se trouve donc libre de tout engagement. L'ASSE regrette d'en être arrivée à cette décision, rendue inéluctable par l'attitude du joueur qui portait atteinte à l'institution. » Cinq lignes d'indifférence, un simple tweet et des commentaires bloqués pour contenir l'incompréhension de certains supporters (bonjour l'effet Streisand) : drôle de manière de rendre hommage à un monument de l'histoire des Verts.


Il suffit pourtant de se pencher sur le bilan du bonhomme pour comprendre son importance dans le Forez durant la dernière décennie : 383 matchs joués, 141 clean sheets, une trentaine de rencontres européennes, un trophée attendu depuis plus de trente piges avec la Coupe de la Ligue et un statut de taulier au sein d'un club redevenu une valeur sûre dans l'élite. Ruffier, c'est un modèle de régularité, au point d'avoir longtemps été l'un des meilleurs gardiens de Ligue 1, voire le meilleur, n'en déplaise à cette mascarade des trophées UNFP qui ne l'ont jamais sacré. Mais la Ruff' n'est pas comme les autres, il ne l'a jamais été. Derrière son air bourru se cache une personne souvent restée mystérieuse, discrète dans les médias et caricaturée à de nombreuses reprises par Julien Cazarre dans J+1, l'ancienne émission diffusée sur Canal+. Ruffier n'est pas un séducteur. Il ne joue pas au foot pour plaire, il ne donne pas un entretien pour se vendre et il n'hésite pas à refuser une place de numéro trois en équipe de France. Et alors ?


L'attitude déplorable de l'ASSE

Au moment de regarder derrière lui, Stéphane Ruffier essaiera peut-être de zapper sa dernière apparition sous le maillot stéphanois. C'était le 16 février dernier, deux jours après la Saint-Valentin, à Brest, où le capitaine vert avait flanché trois fois en première période devant Paul Lasne, Gaëtan Charbonnier et Irvin Cardona (pour une défaite 3-2). Le début de la fin pour le gardien, mis à l'écart par Claude Puel la semaine suivante. La suite, ce sont dix mois de tension lors desquels chaque camp aura fait des erreurs. La sortie de Patrick Glanz, l'agent de Ruffier, quelques jours après cette sanction sportive plutôt légitime, n'aura pas aidé son poulain.

Mais l'attitude de Saint-Étienne depuis ces premiers épisodes houleux est également déplorable, chaque geste du dernier rempart étant scruté : un retard à une séance d'entraînement, un refus de participer à une opposition à sept contre sept pendant l'été, un masque retiré avant de monter dans son véhicule, un départ prématuré de l'entraînement en novembre... Résultat, l'ASSE a profité de ces faits pour se débarrasser de son patron devenu boulet par un licenciement pour faute grave. Une décennie de fidélité et de succès balayée d'un revers de main par un club brandissant la sacro-sainte « institution » pour se donner le rôle du gentil dans cette histoire. À une époque où le football serait dirigé par la République des joueurs, cette histoire vient rappeler que les clubs ont encore un brin d'autorité, et la possibilité de mettre au placard un joueur dont ils ne veulent plus, même si celui-ci pèse plus de deux millions d'euros dans la masse salariale.


«  Il s'inscrit dans la continuité des grands gardiens du club comme Abbes ou Carnus. On se souviendra de Ruffier comme on se souvient de nous, les anciens gardiens du club. » Ivan Ćurković

Des questions juridiques, de gros sous et d'ego qui ne sont rien à côté des souvenirs laissés sur le terrain. Ruffier a peut-être vécu l'un de ses derniers grands moments chez les Verts le 10 novembre 2019, lors d'une rencontre gagnée à la Beaujoire (2-3), où le portier avait brillé pour fêter son 304e match en Ligue 1 avec Saint-Étienne, égalant ainsi la légende Ivan Ćurković avant de le dépasser quinze jours plus tard. Un sacré symbole accompagné d'une pluie de compliments. À commencer par ceux de l'international yougoslave, quadruple champion de France et finaliste de la Coupe d'Europe des clubs champions en 1976 avec l'ASSE. « Stéphane, ce n'est pas un gardien qui fait le clown, moi j'apprécie cette attitude. Je suis très heureux pour lui, les records sont faits pour être battus, avait réagi Ćurković à l'époque sur France Bleu Loire. Je suis fier que ce soit un gars bien comme lui et un gardien très solide qui me dépasse. Une régularité comme la sienne est remarquable, il est jeune, j'espère qu'il va encore continuer. Il s'inscrit dans la continuité des grands gardiens du club comme Abbes ou Carnus. On se souviendra de Ruffier comme on se souvient de nous, les anciens gardiens du club. » Voilà un hommage, un vrai, à la hauteur du monument.



Par Clément Gavard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 18:30 Benítez quitte la Chine 12 Hier à 18:00 Des bonhommes de neige comme spectateurs en Roumanie 6
Hier à 16:30 Flers premier club forfait en Coupe de France 10
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi
Hier à 14:30 Juanfran répond aux critiques 4 Hier à 14:00 Beckham : « Neville a été nommé au mérite » 14