Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // International – Qatar – Aspire en Europe

Aspire, l'académie qatarienne qui a les crocs

Les Qatariens ne lâchent pas l'affaire : pour disposer d'une équipe nationale compétitive en 2022, ils continuent de former en masse des jeunes talents du pays et d'ailleurs, dont les meilleurs sont ensuite envoyés en Europe, via une sorte de stage à l'étranger dans des clubs partenaires : Eupen en Belgique depuis 2012, et désormais Linz en Autriche et Leonesa en Espagne depuis cette année. Explications.

Modififié
Jusqu'à preuve du contraire, la Coupe du monde 2022 a toujours bien lieu au Qatar. Avec, donc, un pays hôte qui va essayer d'assurer un minimum à domicile, malgré sa très faible expérience des compétitions internationales. Ses dernières prestations lors de la Coupe d'Asie 2015 (3 matchs, 3 défaites) n'incitent pas vraiment à l'optimisme. Malgré les moyens considérables dont la Fédération nationale dispose et une incontestable envie de s'inviter à la table des grands, force est de reconnaître qu'on ne devient pas une grande nation de football du jour au lendemain, surtout quand le réservoir de joueurs est très modeste. Quelque part, c'est rassurant. Mais toujours est-il que le petit pays du Golfe ne lâche pas l'affaire et semble bien décidé à mettre le paquet pour finir par s'incruster dans le milieu du sport en général et du football en particulier. Un univers qui paraît le fasciner, sans qu'on arrive à savoir si c'est d'abord par passion ou surtout par sens du business. Un peu des deux disons… Et si les investissements consentis, notamment avec le rachat du PSG ou le sponsoring de gros clubs européens sont la partie visible de l'iceberg, la stratégie d'implantation qatarienne dans le ballon rond est en réalité bien plus vaste et s'inscrit sur le long terme, via son programme Aspire.

Plus de 2 millions de jeunes testés


Aspire, c'est donc un projet piloté étroitement par le gouvernement du pays et qui a vu le jour il y a une grosse dizaine d'années, avec pour ambition de former les futurs stars du football et de les estampiller « made by Qatar » . Les jeunes Qatariens sont concernés bien sûr, mais pas seulement : l'Aspire Academy essaime sur trois continents – l'Asie, l'Amérique du Sud et l'Afrique – pour prospecter les meilleurs talents et leur offrir la possibilité de jouir de la meilleure formation possible, que ce soit du point de vue des installations ou des formateurs recrutés pour l'occasion. C'est le projet intitulé « Aspire Football Dreams » : plus de deux millions de gamins auraient déjà été testés, surtout en Afrique, avec pour les meilleurs un accès et une bourse pour intégrer l'une des académies Aspire, notamment au Qatar (l'Aspire Zone, complexe sportif XXL de 250 ha). « C'est d'abord un grand projet humanitaire, estime très sérieusement Florian Taulemesse, joueur français évoluant dans le club satellite d'Eupen en Belgique. Les meilleurs éléments sont recrutés, formés, avec pour eux ensuite la possibilité de débuter en pro à partir de 18 ans en Europe. »

Des contrats façon Erasmus


C'est là l'autre volet d'Aspire, intitulé cette fois « Hope Project » (pour « Habituating Overseas Professional Experience » ). Il fait donc suite à Aspire Football Dreams (programme de détection) et à Aspire Academy (programme de formation). Hope Project est une sorte d'Erasmus à la sauce football, avec la possibilité pour les jeunes de l'académie d'aller parfaire leur formation et goûter aux joutes du foot pro via des clubs satellites qui ont été achetés par l'entreprise Aspire – autant dire par le Qatar lui-même : le club d'Eupen, donc, acquis en 2012, mais aussi depuis cette année les formations de LASK Linz, en D2 autrichienne, et du Cultural y Deportiva Leonesa, en D3 espagnole. Pour reprendre la comparaison avec Erasmus, ces clubs achetés à peu de frais car endettés et aux abois sont donc devenus les écoles et universités où les étudiants footballeurs, qatariens, sénégalais et autres – pour certains futurs naturalisés qatariens d'ailleurs –, viennent parachever leur apprentissage du haut niveau. « L'idée, c'est de les faire progresser et de leur donner la chance de faire une carrière professionnelle » , poursuit Florian Taulemesse, ancien de Gueugnon, arrivé en Belgique il y a deux ans et qui côtoie désormais dans l'effectif d'Eupen une demi-douzaine de jeunes Qatariens, des Sénégalais, des Nigérians… Tous encadrés par des darons espagnols trentenaires, débarqués là par l'entremise d'un des deux patrons du programme Aspire, Josep Colomer, ex-responsable de l'école des jeunes du Barça et aujourd'hui directeur sportif d'Eupen, entre autres.

Akram Afif, la future star qatarienne ?


« Tout se passe bien avec les jeunes d'Aspire » , aux dires de Taulemesse, même s'il leur trouve encore un gros défaut : « Ils ne sont pas habitués à la compétition. À l'Académie, ils sont juste formés à s'entraîner, alors on s'applique à leur inculquer le sens de la gagne, toujours, y compris aux entraînements. » Mais il l'assure, ces gamins progressent, physiquement et tactiquement surtout, certains plus que d'autres. « Il y en a un du Qatar dans l'équipe, Akram Afif, on va entendre parler de lui bientôt, il a énormément de qualités et est encore très jeune (18 ans). » Le Français espère en tout cas profiter de ce partenariat pour découvrir la D1 belge, Eupen ayant manqué la montée les deux dernières saisons aux play-offs. Pour les proprios, l'objectif est aussi, surtout, que ces jeunes progressent, à Eupen comme désormais à Linz (où deux jeunes du Golfe ont intégré l'effectif) et à Leonesa (déjà trois Qatariens arrivés dans le groupe pro). Comme le dit Taulemesse, « quand les Qatariens veulent quelque chose, ils mettent les moyens et travaillent très sérieusement, ce n'est pas du bla-bla » .

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Wenger est prêt à retrouver du boulot « à partir du 1er janvier 2019 » 6
Hier à 17:53 Action commune et grève des chants dans les stades de Ligue 1 ce week-end 42 Hier à 16:34 Tuto Panini Adrenalyn XL : les points 14
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Hier à 16:06 La boulette d'Ali Ahamada lors de Comores-Maroc 25 Hier à 15:31 La surprise de Zlatan aux enfants thaïlandais bloqués dans une grotte cet été 25