• France
  • PSG

PSG : le caprice des dieux

Par Clément Gavard

La tournée express du PSG au Moyen-Orient et le match amical contre la sélection saoudienne de Cristiano Ronaldo, prévu ce jeudi, sont un manque de respect pour la Coupe de France ainsi qu'une aberration écologique et sportive. Dans le monde de Paris, le marketing reste la priorité absolue.

Les deux défaites subies à Lens et à Rennes en 2023 et le resserrement en haut de tableau de la Ligue 1 n’ont pas bousculé la vie du Paris Saint-Germain. Le club de la capitale est dans un autre monde depuis plus d’une décennie, et il n’a aucune envie de le quitter. Pour les équipes au rendez-vous des seizièmes de finale de Coupe de France, cette semaine est consacrée à la préparation du match du week-end. Sauf pour les seigneurs parisiens, qui ont décidé de caler une tournée hivernale au Moyen-Orient entre un déplacement en Bretagne en championnat et un autre dans le Nord, à Bollaert, où ils savent depuis ce samedi qu’ils affronteront les amateurs de l’US Pays de Cassel (Régional 1). Avant même de se frotter à Châteauroux au tour précédent, les dirigeants du PSG avaient anticipé en demandant à la FFF de déplacer leur potentiel 16e de finale au lundi, pour que ces messieurs les joueurs puissent avoir le temps de récupérer de leur voyage marketing imposé et de la rencontre amicale contre une sélection issue des clubs saoudiens d’Al-Hilal et Al-Nassr, prévue ce jeudi soir à Riyad. Une requête acceptée par l’instance et une question : de qui se moque-t-on ?

À leur guise

Il faut évacuer une première chose : oui, la fête sera belle pour le Pays de Cassel, même un lundi soir, dans un stade Bollaert qui pourrait faire le plein, 16 000 places ayant été vendues en deux heures dès l’ouverture de la billetterie. Et a priori, aucun magnat de l’immobilier saoudien n’a déboursé 2,45 millions d’euros pour assister à cette affiche. Loin de la démesure et de l’indécence, des valeurs chères au PSG (et au foot en général), il y a la Coupe de France, une dame vieille de 107 ans, dont le calendrier de l’édition 2022-2023 est connu depuis plus d’un an. Un agenda dont Paris se fout puisqu’il avait estimé avant de connaître le nom de son adversaire qu’il serait judicieux de décaler la rencontre.

Le hasard et la chance du tirage au sort ont fait que les champions de France en titre ont dû attendre la fin de l’imbroglio entre Wasquehal et Reims Sainte-Anne et deux matchs en retard pour hériter officiellement d’un club amateur de R1, plus malléable et plus enclin à se plier aux desiderata d’un ogre comme le PSG. Ce qui n’aurait peut-être pas été le cas avec un club de Ligue 1 ou de Ligue 2 en face. Reste qu’une compétition officielle, surtout celle dont l’essence est de regrouper les amateurs et les professionnels dans le même monde le temps d’un match, devrait être la priorité absolue face à une tournée d’un peu plus de 48 heures pour du business. En donnant raison aux dirigeants parisiens, la FFF a ouvert une porte pour les autres : qu’est-ce qui empêchera l’OL ou l’OM de caler un déplacement aux États-Unis entre deux matchs sur la scène nationale ? Ou Troyes de faire un tour à Mumbai et de forcer le décalage d’une rencontre ? Et ainsi de suite.

Quand le club prend un engagement, il doit le respecter. Il est là, est-ce qu’il est bien placé ou pas bien placé ? On devait respecter l’engagement qui a été pris. Je n’ai pas d’état d’âme par rapport à ça.

Une aberration écologique et sportive

Cette déconnexion avec les autres et leur quotidien se présente aussi comme un problème pour le PSG, ou en tout cas pour ceux qui se soucient du sportif dans un club où le marketing prend trop souvent le dessus sur ce qui compte vraiment. L’engagement pour disputer ce match pour mettre du beurre dans le caviar avait été pris la saison dernière, avant que la crise sanitaire ne provoque son report à plus tard. Une obligation contractuelle qui doit rapporter un peu plus de dix millions d’euros au Paris Saint-Germain. Une somme importante après avoir enregistré 369 millions d’euros net de pertes lors de l’exercice 2021-2022, mais aussi une bouchée de pain pour un club dont la masse salariale dépasse les 700 millions d’euros annuels, un record sur la planète foot. Au-delà de l’aspect diplomatique, il s’agit d’une occasion en or de réunir, peut-être pour la dernière fois de leur carrière, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, qui sera le capitaine de la sélection saoudienne, sur un terrain. Ce qui devrait être le cadet des soucis de Paris. Après un début d’année décevant, Christophe Galtier aurait sans doute préféré profiter de cette semaine pleine pour se concentrer sur le travail de son équipe à l’entraînement et remettre d’équerre physiquement certains joueurs.

Une mission impossible quand sont prévus en trois jours un peu plus de quatorze heures de vol, deux nuits en avion – certes dans un grand confort -, une escapade à Doha pour permettre aux Parisiens de se mettre au service des sponsors locaux à l’occasion d’activités diverses (Qatar Airways, ALL, Qatar Tourism, QNB, Ooredoo et Aspetar), et donc un crochet par Riyad et le stade international du Roi-Fahd. « Après le succès de l’organisation de la Coupe du monde de la FIFA 2022, ce voyage au Qatar est une nouvelle opportunité de mettre en lumière les innovantes infrastructures sportives du pays », pouvait-on lire dans le communiqué annonçant cette tournée. Les intérêts sportifs du PSG passent après cette aberration écologique. Le groupe parisien, lui, va passer d’une vingtaine de degrés au Moyen-Orient à des températures parfois négatives à leur retour en Île-de-France. « Quand le club prend un engagement, il doit le respecter, balayait Galtier la semaine dernière. Il est là, est-ce qu’il est bien placé ou pas bien placé ? On devait respecter l’engagement qui a été pris. Je n’ai pas d’état d’âme par rapport à ça. » Le technicien parisien ne pourra pas aligner une équipe B face à la bande de Cristiano Ronaldo : Lionel Messi, Kylian Mbappé et Neymar devraient être alignés titulaires ensemble pour la première fois depuis le Mondial, à un peu moins d’un mois du huitième de finale aller contre le Bayern Munich. Une qualification pour les quarts rapporterait 10,5 millions d’euros, et c’est peut-être tout ce qui compte dans le monde du PSG.

Par Clément Gavard


Dernières actus

1
Tottenham s'impose à Fulham, Kane dans la légende Tottenham s'impose à Fulham, Kane dans la légende

Tottenham s'impose à Fulham, Kane dans la légende

Tottenham s'impose à Fulham, Kane dans la légende

0
A dix, l'Inter craque face à Empoli A dix, l'Inter craque face à Empoli

A dix, l'Inter craque face à Empoli

A dix, l'Inter craque face à Empoli

0
Sedan prend sa revanche face au Mans Sedan prend sa revanche face au Mans

Sedan prend sa revanche face au Mans

Sedan prend sa revanche face au Mans

1
Le PSG défiera l'OM en cas de victoire contre Cassel ! Le PSG défiera l'OM en cas de victoire contre Cassel !

Le PSG défiera l'OM en cas de victoire contre Cassel !

Le PSG défiera l'OM en cas de victoire contre Cassel !

1
Florian Thauvin et les Tigres, c'est fini ! Florian Thauvin et les Tigres, c'est fini !

Florian Thauvin et les Tigres, c'est fini !

Florian Thauvin et les Tigres, c'est fini !