• France
  • Lille

Lille : l’imbroglio entre Paulo Fonseca et les supporters lillois

Par Andrea Chazy

Les quelques sifflets entendus lors de Lille-Reims (1-1) ont piqué Paulo Fonseca puis entraîné une semaine d’incompréhension entre une partie des fans lillois et l'entraîneur portugais qui a calmé le jeu ce vendredi en conférence de presse. Une curieuse façon pour le LOSC de démarrer l’année, alors que la formation lilloise a encore tout à jouer.

Dans cet article :

Pour 2023, certains prennent de bonnes résolutions et ne les tiennent pas. D’autres n’en prennent pas et n’ont pas ce problème. Le LOSC fait partie de la seconde catégorie : attaquer le mois de janvier en parvenant à s’offrir une polémique 100% maison, peu de gens l’avaient vu venir. Pour celles et ceux qui auraient loupé l’épisode précédent, il y a quasiment une semaine, au sortir d’un frustrant nul face à Reims (1-1) marqué par quelques sifflets, Paulo Fonseca balançait sans prévenir, le visage fermé : « Si les supporters ne sont pas contents, je peux partir. » De quoi provoquer l’ire de certains, comme les Dogues Virages Est (DVE) – le principal groupe ultra lillois qui avait boycotté les quinze premières minutes de la rencontre pour protester contre l’horaire du match qui se jouait un lundi à 17h – qui assénaient dans un communiqué, publié ce jeudi soir, notamment ce passage destiné à leur tête pensante : « Mr Fonseca devrait se concentrer sur la raison de son appartenance à l’institution losciste, donner le meilleur de l’équipe, faire marquer nos attaquants, gagner des matchs, en soit avoir une mentalité de guerrier. Ne pas accepter la critique, qui toute proportion gardée n’a rien d’exceptionnelle, est problématique. C’est encore plus le cas quand un capitaine menace de quitter le navire à la première vague. »

Le climat commençait à devenir un poil anxiogène et a poussé, ce vendredi en conférence de presse avant le match de Coupe de France qui oppose ses Dogues à l’ESTAC ce dimanche (20h45), l’entraîneur portugais à présenter des excuses devant l’emballement qui a rythmé la semaine nordiste : « J’étais très frustré après le match contre Reims. Je pense que c’était une réaction forte, sous le coup de l’émotion. C’est très important de rester ensemble, et je suis sûr que nos supporters seront derrière nous dimanche. (…) Je suis très heureux à Lille. Mes joueurs se sont adaptés à ma philosophie plus vite que je ne le pensais. J’aime mes joueurs, les gens qui travaillent avec moi. C’est difficile de ne pas être plus heureux en tant qu’entraîneur. » Irréel alors que sur le papier, tout roule plutôt correctement depuis le début de saison.

Tout reste à faire

Un bon coup de lance à incendie sur un départ de feu qui n’aurait jamais dû avoir lieu. Voilà comment résumer en une phrase les péripéties qu’a traversées le club nordiste. Le point de départ, ce sont donc ces sifflets entendus lors de certaines séquences du jeu du LOSC combiné au premier quart d’heure silencieux des ultras lillois. Si le second argument s’entend totalement et ne vise donc ni le club ni le coach, les sifflets sont plus difficiles à comprendre. Depuis le début de la saison, le LOSC produit l’un des plus beaux jeux du championnat, et ses résultats – parfois certes pas à la hauteur du contenu proposé – lui permettent encore aujourd’hui de prétendre à l’Europe. Quel genre de supporter peut sincèrement siffler sa propre équipe sur une phase de jeu lors du premier match de l’année civile, après six mois globalement satisfaisant et deux sans avoir vu jouer son équipe ?

Là, l’idée n’est pas d’expliciter que Paulo Fonseca n’est pas critiquable et qu’il aurait un statut d’intouchable du fait de son parcours ou de sa volonté de proposer un jeu offensif. Simplement de ne pas se montrer amnésique : l’an dernier, malgré un parcours historique en Ligue des champions, les fans lillois se sont montrés en colère contre le jeu de transition (et parfois minimaliste) proposé par Jocelyn Gourvennec ainsi que les résultats en championnat. Évidemment, ces Dogues à mi-parcours doivent composer avec des progrès à faire – dans la finition, notamment – et des secteurs à améliorer pour prétendre retrouver les plus hautes sphères du championnat. Hormis l’historique déroute à domicile face au PSG en août, le LOSC s’est toujours bien comporté face aux grosses cylindrées (Lens, Monaco), et quand il n’a pas gagné, il a brillé dans le jeu et aurait mérité mieux (Rennes, Lyon). Le calendrier plutôt favorable (Troyes en Coupe de France puis en Ligue 1 à domicile, Brest à l’extérieur) devrait permettre à Fonseca et aux aficionados du LOSC un peu en colère de recoller les morceaux. À mi-parcours, tout est encore possible : le LOSC ne pointe qu’à six points du podium et de l’OM et peut également rêver d’une épopée en Coupe de France. Encore faut-il que les résultats suivent.

Dans cet article :

Par Andrea Chazy


Dernières actus

1
Tottenham s'impose à Fulham, Kane dans la légende Tottenham s'impose à Fulham, Kane dans la légende

Tottenham s'impose à Fulham, Kane dans la légende

Tottenham s'impose à Fulham, Kane dans la légende

0
A dix, l'Inter craque face à Empoli A dix, l'Inter craque face à Empoli

A dix, l'Inter craque face à Empoli

A dix, l'Inter craque face à Empoli

0
Sedan prend sa revanche face au Mans Sedan prend sa revanche face au Mans

Sedan prend sa revanche face au Mans

Sedan prend sa revanche face au Mans

1
Le PSG défiera l'OM en cas de victoire contre Cassel ! Le PSG défiera l'OM en cas de victoire contre Cassel !

Le PSG défiera l'OM en cas de victoire contre Cassel !

Le PSG défiera l'OM en cas de victoire contre Cassel !

1
Florian Thauvin et les Tigres, c'est fini ! Florian Thauvin et les Tigres, c'est fini !

Florian Thauvin et les Tigres, c'est fini !

Florian Thauvin et les Tigres, c'est fini !

Lille

10
Carlos Baleba, la nouvelle bombe du LOSC Carlos Baleba, la nouvelle bombe du LOSC

Carlos Baleba, la nouvelle bombe du LOSC

Carlos Baleba, la nouvelle bombe du LOSC

92
Jonathan Bamba surprend Leny Yoro en train de rentrer à pied de l’entraînement Jonathan Bamba surprend Leny Yoro en train de rentrer à pied de l’entraînement

Jonathan Bamba surprend Leny Yoro en train de rentrer à pied de l’entraînement

Jonathan Bamba surprend Leny Yoro en train de rentrer à pied de l’entraînement

11
Blessé à la cuisse, Ounas absent six à huit semaines Blessé à la cuisse, Ounas absent six à huit semaines

Blessé à la cuisse, Ounas absent six à huit semaines

Blessé à la cuisse, Ounas absent six à huit semaines

11
Le retour en grâce de Mohamed Bayo face à Troyes Le retour en grâce de Mohamed Bayo face à Troyes

Le retour en grâce de Mohamed Bayo face à Troyes

Le retour en grâce de Mohamed Bayo face à Troyes

31
Jonathan David premier joueur étranger à 40 buts avec Lille Jonathan David premier joueur étranger à 40 buts avec Lille

Jonathan David premier joueur étranger à 40 buts avec Lille

Jonathan David premier joueur étranger à 40 buts avec Lille