• Euro 2020
  • Finale
  • Italie-Angleterre

Italie : l’hĂ©ritage des oriundi

Par Adel Bentaha

Pour sa premiĂšre finale depuis 2012, l’Italie s’apprĂȘte Ă  Ă©crire l’une des plus belles pages de son histoire. Un Ă©vĂ©nement auquel prendront part Emerson, Jorginho et Rafael TolĂłi, les trois oriundi du contingent azzurro comme la mosaĂŻque culturelle d'un pays sur la route du succĂšs.

Dans cet article :

Oriundo. Ce terme aux racines latines signifie « originaire de » et dĂ©signe principalement les personnes d’ascendance italienne, nĂ©es et vivant hors de la Botte. Une dĂ©nomination peu utilisĂ©e en sociĂ©tĂ©, mais intimement liĂ©e au langage sportif transalpin. Face Ă  l’Angleterre, Emerson Palmieri, Jorginho Frello et Rafael TolĂłi auront ainsi l’occasion de reprĂ©senter fiĂšrement la terre de leurs ancĂȘtres pour achever un Euro dĂ©jĂ  rĂ©ussi.

Il sogno italiano

En 1926, sous la coupe d’un Benito Mussolini alors Ă  la prĂ©sidence du Conseil des ministres, le football italien entame sa transformation. « À l’époque, l’Italie Ă©tait encore balbutiante en matiĂšre de football, avance Fabien Archambault, historien et auteur spĂ©cialiste de l’Italie. Les politiciens Ă©taient cependant conscients du potentiel amenĂ© par ce sport. » Le contrĂŽle des masses suscitĂ© par le ballon rond devient en effet un levier utile Ă  l’essor du Parti national fasciste, qui lance la « charte de Viareggio » . Ce rĂšglement strict vise Ă  faire du sport une affaire patriotique. Les anglicismes du langage commun sont proscrits au mĂȘme titre que l’afflux de joueurs Ă©trangers. Les clubs, en sous-effectif, n’ont alors d’autre choix que de se tourner vers la diaspora sud-amĂ©ricaine. Mussolini ne s’y oppose pas et, bien au contraire, approuve. L’Uruguay, forte de ses deux titres olympiques en 1924 et 1926, Ă©tait alors trĂšs apprĂ©ciĂ© du rĂ©gime, qui souhaitait s’en servir pour attirer des Ă©lĂ©ments de toute la rĂ©gion.

La FIGC, dirigĂ©e par Leandro Arpinati, donne son accord et parmi les premiers Ă  rejoindre le Vieux Continent se trouve Julio Libonatti. DĂ©barquĂ© de Rosario en 1926, l’ancien du Newell’s s’engage avec le Torino et acquiert la nationalitĂ© italienne. « Ce phĂ©nomĂšne ne devait concerner que le championnat, affirme le spĂ©cialiste. Le Parti fasciste a nĂ©anmoins compris qu’en l’étendant Ă  la sĂ©lection, l’effet de masse serait garanti. On les appelait alors « rimpatriati », les rapatriĂ©s. L’imaginaire du retour Ă  la mĂšre patrie constituait un argument de persuasion essentiel. » DĂ©jĂ  international et vainqueur de la Copa AmĂ©rica avec l’Albiceleste (15 sĂ©lections, 8 buts), Libonatti grossit donc les rangs italiens. Lors de la Coupe du monde 1934, le mouvement prend de l’ampleur et pas moins de cinq rimpatriati sont prĂ©sents : Attilio DemarĂ­a, Raimundo Orsi, Luis Monti, Enrique Guaita et Anfilogino Guarisi. Sur le terrain, quatre Argentins et un BrĂ©silien contribuent ainsi grandement au succĂšs de leur pays d’adoption et indirectement Ă  celui du « Duce » .

La débùcle de 1966

AprĂšs la Seconde Guerre mondiale, il faut attendre les annĂ©es 1960 pour voir cette tradition rĂ©apparaĂźtre, favorisĂ©e par les lĂ©gendes Omar SĂ­vori et JosĂ© Altafini . « Le terme rimpatriati, trop proche du fascisme, est tombĂ© en dĂ©suĂ©tude. L’appellation oriundi, utilisĂ©e en AmĂ©rique latine, a donc fait son apparition », prĂ©cise Archambault. En quĂȘte de reconnaissance, la Serie A ouvre massivement ses portes aux binationaux et aux Ă©trangers, avant que la Coupe du monde 1966 ne fasse basculer les Ă©vĂ©nements. ÉliminĂ©e dĂšs le premier tour par les novices nord-corĂ©ens de Pak Doo-ik, la sĂ©lection s’attire les foudres de la fĂ©dĂ©ration et du ministre de l’Industrie, Giulio Andreotti. Une dĂ©faite humiliante, marquĂ©e par la prĂ©sence de cadres tels que Salvadore, Mazzola, Rivera, Facchetti et la colonie bolognaise emmenĂ©e par Bulgarelli.

Jusqu’à la saison 1980-1981, aucune arrivĂ©e depuis l’étranger ne sera donc autorisĂ©e par la FIGC. Un accord tacite, qui ne tarde pas Ă  arranger les affaires sud-amĂ©ricaines, comme l’évoque l’historien : « Les pays, qu’ils soient dictatoriaux ou non, en avaient marre de voir leurs talents fuir en Italie et surtout jouer pour cette Ă©quipe. Certains dirigeants, Ă  l’image de Juscelino Kubitschek au BrĂ©sil, en avaient mĂȘme pris conscience bien avant. Il s’était par exemple personnellement opposĂ© au dĂ©part de PelĂ© Ă  l’Inter en 1958, malgrĂ© la pression de la famille Moratti. » Le Mondial 1982 et son lot de transferts brisent dĂ©finitivement l’embargo en Serie A, mais l’équipe nationale demeure intacte. En effet, le retour en grĂące du calcio dans les annĂ©es 1980 et 1990 favorise le dĂ©veloppement d’une formation de qualitĂ© oĂč seul Roberto Di Matteo, nĂ© et Ă©levĂ© en Suisse, fera office de petite exception.

Mancini le schizophrĂšne

La naturalisation de l’Argentin Mauro Camoranesi en 2003 remet de nouveau le phĂ©nomĂšne sur le devant de la scĂšne. PoussĂ© par les accointances entre son entraĂźneur Marcello Lippi et le prĂ©sident de la fĂ©dĂ©ration Franco Carraro, le Juventino n’hĂ©site pas. Pour Archambault, « les Italiens sont fiers de voir des joueurs sud-amĂ©ricains choisir la Serie A et Ă  long terme porter le maillot de leur sĂ©lection. Ça n’a jamais Ă©tĂ© un dĂ©bat de sociĂ©tĂ©. Tout dĂ©pend des rĂ©sultats sportifs. » Pas Ă©tonnant donc de voir les dĂ©clarations ambiguĂ«s de Camoranesi passer inaperçues aprĂšs le sacre de 2006 : « Mon sang est argentin et le restera. J’ai simplement choisi de dĂ©fendre les couleurs de l’Italie avec dignitĂ©. » Cette logique sportive continue d’ĂȘtre un credo immuable, que les Ă©checs de 2010 accentuent. Durant cette pĂ©riode de transition, les oriundi et les mandats successifs de Cesare Prandelli (2010-2014), Antonio Conte (2014-2016) et Gian Piero Ventura (2016-2017) cristallisent toutes les tensions. En cause, un niveau de plus en plus faible. Giuseppe Rossi, Cristian Ledesma, Ezequiel Schelotto, Thiago Motta, Gabriel Paletta, Dani Osvaldo, Franco VĂĄzquez et Éder : autant de noms associĂ©s Ă  un passage Ă  vide d’envergure.

Comme un paradoxe Ă  retardement, ces critiques acerbes Ă©maneront en grande partie de Roberto Mancini. En 2016, l’ancien coach de l’Inter s’en prend Ă  Conte : « Notre Ă©quipe doit rester italienne, clame-t-il. Nos footballeurs sont les seuls Ă  mĂȘme de la reprĂ©senter. Ceux qui sont nĂ©s en dehors du territoire, mĂȘme de parents italiens, ne devraient en revanche pas y figurer. C’est mon opinion et j’y tiens. » Une voix influente Ă  laquelle se sont jointes celles de nombreux techniciens, dont le lĂ©gendaire Zdeněk Zeman pour qui « reprĂ©senter une nation signifie y ĂȘtre nĂ© et y avoir grandi, en en comprenant la mentalité ». Des remarques crues, qui relĂšvent avant tout d’un opportunisme certain. « Entre 2016 et 2017, Roberto Mancini ambitionnait dĂ©jĂ  de succĂ©der Ă  Conte, analyse Archambault. MalgrĂ© un bon Euro en France, l’équipe n’était pas en forme. Mancini a donc jouĂ© sur la fibre patriotique pour s’attirer les faveurs du prĂ©sident de la fĂ©dĂ©ration(Carlo Tavecchio, NDLR). Il rĂ©ussira quelques annĂ©es plus tard. »

Car la question des oriundi n’a en rĂ©alitĂ© jamais dĂ©passĂ© ce microcosme footballistique. À coups de dĂ©clarations pompeuses et de « l’Italia Ăš degli Azzurri ( « l’Italie appartient aux Azzurri » en VF)  », Matteo Salvini aura un temps tentĂ© d’emboĂźter le pas Ă  ces frondeurs, sans rĂ©el succĂšs. « La Ligue du Nord s’est servie de ces quelques troubles pour se faire entendre, mais Ă  vrai dire, ce n’Ă©tait qu’un prĂ©texte, conclut Fabien Archambault. Salvini a avant tout construit son mouvement sur les immigrĂ©s africains. Moise Kean les dĂ©range bien plus que Jorginho. » En 2021, revoilĂ  donc la Nazionale, portĂ©e par Emerson, Jorginho et Rafael TolĂłi. Trois hommes nĂ©s au BrĂ©sil, emblĂšmes d’un renouveau multiculturel qu’une victoire en finale embellirait un peu plus.

Dans cet article :

Par Adel Bentaha

Propos de Fabien Archambault recueillis par AB.

DerniĂšres actus

4
Fan de Kombouaré, le pÚre d'Andy Delort l'a poussé à signer à Nantes Fan de Kombouaré, le pÚre d'Andy Delort l'a poussé à signer à Nantes

Fan de Kombouaré, le pÚre d'Andy Delort l'a poussé à signer à Nantes

Fan de Kombouaré, le pÚre d'Andy Delort l'a poussé à signer à Nantes

4
Ivan Ilić n'ira pas à l'OM cet hiver Ivan Ilić n'ira pas à l'OM cet hiver

Ivan Ilić n'ira pas à l'OM cet hiver

Ivan Ilić n'ira pas à l'OM cet hiver

0
Le FC Sochaux-Montbéliard présente le projet de son nouveau centre d'entraßnement Le FC Sochaux-Montbéliard présente le projet de son nouveau centre d'entraßnement

Le FC Sochaux-Montbéliard présente le projet de son nouveau centre d'entraßnement

Le FC Sochaux-Montbéliard présente le projet de son nouveau centre d'entraßnement

3
Radja Nainggolan de retour en Italie Radja Nainggolan de retour en Italie

Radja Nainggolan de retour en Italie

Radja Nainggolan de retour en Italie

0
Le Gazélec officiellement en liquidation judiciaire Le Gazélec officiellement en liquidation judiciaire

Le Gazélec officiellement en liquidation judiciaire

Le Gazélec officiellement en liquidation judiciaire

Italie

1
DécÚs de Carlo Tavecchio, ancien président de la fédé italienne DécÚs de Carlo Tavecchio, ancien président de la fédé italienne

DécÚs de Carlo Tavecchio, ancien président de la fédé italienne

DécÚs de Carlo Tavecchio, ancien président de la fédé italienne

37
Un choc Espagne-Italie en demi-finales de la Ligue des nations Un choc Espagne-Italie en demi-finales de la Ligue des nations

Un choc Espagne-Italie en demi-finales de la Ligue des nations

Un choc Espagne-Italie en demi-finales de la Ligue des nations

164
Gianluca Vialli est mort Gianluca Vialli est mort

Gianluca Vialli est mort

Gianluca Vialli est mort

87
Francesco Totti cité dans une affaire de blanchiment d'argent Francesco Totti cité dans une affaire de blanchiment d'argent

Francesco Totti cité dans une affaire de blanchiment d'argent

Francesco Totti cité dans une affaire de blanchiment d'argent

176
PelĂ©, la tĂȘte dure PelĂ©, la tĂȘte dure

PelĂ©, la tĂȘte dure

PelĂ©, la tĂȘte dure

Jorginho

0
Pronostic Salzbourg Chelsea : Analyse, cotes et prono du match de Ligue des Champions Pronostic Salzbourg Chelsea : Analyse, cotes et prono du match de Ligue des Champions

Pronostic Salzbourg Chelsea : Analyse, cotes et prono du match de Ligue des Champions

Pronostic Salzbourg Chelsea : Analyse, cotes et prono du match de Ligue des Champions

45
Chelsea s'impose sans forcer Ă  Everton Chelsea s'impose sans forcer Ă  Everton

Chelsea s'impose sans forcer Ă  Everton

Chelsea s'impose sans forcer Ă  Everton

2
Les notes de Chelsea face au LOSC Les notes de Chelsea face au LOSC

Les notes de Chelsea face au LOSC

Les notes de Chelsea face au LOSC

31
Jorginho, Londres et lumiĂšres Jorginho, Londres et lumiĂšres

Jorginho, Londres et lumiĂšres

Jorginho, Londres et lumiĂšres

37
Jorginho (Chelsea) s’offre le record de penaltys inscrits sur une annĂ©e civile en Premier League Jorginho (Chelsea) s’offre le record de penaltys inscrits sur une annĂ©e civile en Premier League

Jorginho (Chelsea) s’offre le record de penaltys inscrits sur une annĂ©e civile en Premier League

Jorginho (Chelsea) s’offre le record de penaltys inscrits sur une annĂ©e civile en Premier League