Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Milan-Arsenal (0-2)

Arsenal sirote Milan

Sérieux et appliqués, les hommes d'Arsène Wenger ont disposé sans trop peiner d'un Milan décevant (0-2). Une belle option prise par les Gunners qui met dans le même temps fin à la longue série d'invincibilité de treize matchs de la bande à Gattuso.

Modififié

Milan 0-2 Arsenal

Buts : Mkhitaryan (15e), Ramsey (45e+4) pour Arsenal

Passer de Tottenham-Juventus à Milan-Arsenal n'aurait choqué personne il y a encore dix ans. Pourtant, la différence abyssale de niveau entre les deux rencontres avait de quoi brûler les yeux de n'importe quelle personne épargnée par la cécité. En 2018, Milan-Arsenal oppose bel et bien le 6e de Premier League au 7e de Serie A, et l'affrontement du soir n'a rien fait pour faire mentir ces satanés chiffres. Dans cette course pour retrouver leurs glorieux passés respectifs, Milan n'a pas usé suffisamment de ses lointains souvenirs pour venir à bout de convalescents Gunners, qui ont retrouvé ce soir un peu d'air pour affronter la suite des événements.

The Place beyond Ozïl


Dès l'entame du match, Milan ne met pas les ingrédients habituels et redonne confiance à des Gunners qui restent sur quatre défaites en cinq matchs. Sous la houlette d'un Özil des grands soirs, c'est Mkhitaryan qui tire la première cartouche qui frôle la cible (7e), avant d'observer Cutrone l'imiter à la perfection quelques minutes plus tard. Dans ce duel d'amateurs de fête foraine, c'est l'Arménien qui va éclater le premier ballon, bien aidé par Bonucci, forain d'un soir (0-1, 15e). Gattuso n'est pas très heureux de voir son adversaire gagner une partie supplémentaire, mais ses cris pour conjurer le sort sont étouffés par le brouhaha ambiant qui règne aux abords de la caravane. Ses apprentis artificiers sont dépassés par des Londoniens qui vont se permettre de refaire parler la poudre. Juste avant d'aller se réchauffer les mimines, Ozïl brise toute la défense de Milan sur une passe et Ramsey s'occupe du reste (0-2, 45+4). Non, Wenger ne sourit même pas, il ne faut pas rêver non plus.

Wenger a plus d'un atout dans sa manche


Les Rossoneri reviennent en seconde période avec le couteau entre les dents, eux qui n'ont plus perdu à ce jeu depuis treize rencontres. Ils sont pourtant à deux doigts de dire totalement au revoir à la peluche King Size promise en cas de victoire, mais Donnarumma réalise l'exploit devant Welbeck qui laisse encore une douille malheureuse (48e). Milan n'abdique pas et essaye à plusieurs reprises de se relancer dans la course, mais ni Bonaventura ni Suso n'arrivent à faire disparaître le sourire d'Ospina qui s'étale jusqu'à ses oreilles. Arsène Wenger repart de San Siro heureux, lui qui n'a jamais perdu quatre matchs d'affilée dans sa carrière avec Arsenal. Oublié aussi le 4-0 encaissé ici même face au Milan il y a cinq ans, que ses Gunners de l'époque n'avaient pas su remonter pour se qualifier en quarts de finale de la Ligue des champions. Le temps passe vite, certes, mais cette fois, Arsenal a toutes les cartes en main pour faire tapis à l'Emirates dans une semaine.


Milan (4-3-3): Donnarumma – Calabria, Bonucci, Romagnoli, Rodríguez – Kessié, Biglia, Bonaventura – Suso, Cutrone, Çalhanoğlu. Entraîneur : Gattuso.


Arsenal (4-2-3-1): Ospina – Chambers, Mustafi, Koscielny, Kolašinac – Ramsey, Xhaka, Wilshere – Mkhitaryan, Özil – Welbeck. Entraîneur : Wenger.


  • Résultats et classement de la Ligue Europa

    Par Andrea Chazy
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico il y a 44 minutes La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 1
    il y a 8 heures DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions il y a 4 heures Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15
    Partenaires
    Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE