Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Chelsea-Arsenal

Arsenal, retour de nuages

Battus à West Ham le week-end dernier, les Gunners ont rendez-vous samedi à l'Emirates pour défier Chelsea. Problème : au-delà des résultats, le club londonien doit (déjà) régler plusieurs nouveaux casse-tête internes.

Modififié

Tout avait pourtant plutôt bien commencé. Il suffisait de tendre l'oreille pour entendre un cri tiré des cœurs : « We've got our Arsenal back. » Avant de se déplacer à Southampton, le 16 décembre dernier, Arsenal restait sur une série de 22 matchs sans défaite, la dernière ayant eu lieu à Stamford Bridge en août (3-2). Puis, il y a eu une première glissade, et une autre, et une autre, et une autre : retournés au St Mary's Stadium il y a un mois, les Gunners ont ensuite passé les fêtes entre les vagues, avec une noyade à Anfield (5-1) et une chute consternante sur le terrain de West Ham (1-0). Consternante car marquée par une animation difficile à lire, plombée par une défense à trois – Koscielny, Sokratis, Mustafi – incapable d'assurer une relance fluide et un secteur offensif souvent impossible à trouver. À l'issue de la secouée, Unai Emery a refusé de se planquer et n'a pas caché son inquiétude, notamment au sujet de ce qu'on savait comme le principal chantier de l'ère post-Wenger : le secteur défensif des Gunners. En une semaine, tout le désordre d'un club est remonté, d'un coup, à la surface.

« Nous ne pouvons acheter personne »


La première chose que l'on a vu apparaître ? Une surprise, sortie de la poche d'Emery il y a quelques jours, alors que l'entraîneur basque était interrogé sur le mercato hivernal : « Nous ne pouvons recruter personne cet hiver. Du moins, aucun joueur pour lequel on devrait dépenser de l'argent... La seule possibilité est de se faire prêter des éléments. » Difficile à croire lorsqu'on parle d'Arsenal, l'un des clubs possédant le plus gros potentiel économique du monde, qui affiche la seconde affluence de Premier League derrière Manchester United et qui présente des bénéfices chaque année depuis 2008. D'un coup, on a eu l'impression de retomber au milieu d'une prise de parole d'Arsène Wenger.



Une erreur : s'il en avait la possibilité, Unai Emery se serait agité cet hiver sur le marché. La vérité se trouve en fait entre les couloirs du club, Arsenal traversant de nouvelles agitations internes quelques mois après le départ du directeur général Ivan Gazidis pour l'AC Milan. Un an plus tôt, après un mercato estival 2017 en demi-teinte, Dick Law, négociateur en chef des Gunners, avait lui aussi décidé de se tirer du navire, tout comme le responsable du recrutement Steve Rowley. Cette fois, il semblerait que Sven Mislintat, qui avait pris la suite de Rowley il y a moins d'un an, se soit décidé, lui aussi, à quitter l'affaire. Mais où va Arsenal ?

Un trio éclaté, un chantier impossible à faire avancer


Difficile à dire. Il faut alors se rappeler les mots prononcés à l'automne par le directeur du football des Gunners, Raúl Sanllehí ( « Nous devons être très, très performants concernant la construction de l'équipe première. Nous devons être très efficaces dans notre manière de jouer et sur la manière dont on injectera plus d'essence dans la machine ) et se demander ce qu'il en reste. Tout cela alors que Mislintat, partie intégrante de la réussite moderne du Borussia Dortmund, prépare ses valises. Les prochaines semaines apporteront des réponses à ce mystère et Sanllehí, dernier vestige du trio (avec Gazidis et Mislintat) censé assurer la transition post-Wenger, est particulièrement attendu sur ce dossier.


Mais aussi sur un autre : la gestion du cas Mesut Özil, dont le contrat court jusqu'en juin 2021 et qu'Unai Emery n'a plus posé sur la table depuis le déplacement des Gunners à Brighton (1-1). Özil est l'un des visages du mandat Sanllehí, tout comme Mkhitaryan, qui n'a commencé que 18 rencontres de Premier League avec Arsenal, et Pierre-Emerick Aubameyang qui, lui, est une rare satisfaction. Aujourd'hui, Emery fait face à un mur et n'a pas la possibilité financière d'avancer sur le chantier en cours. Arsenal semble surtout définitivement s'éloigner du modèle de gestion qu'il était lors de la dernière décennie, et des réponses seront attendues concernant le départ de Mislintat. Avant ça, les Gunners ont un match à jouer samedi face à Chelsea alors que Manchester United est revenu à leur hauteur. Cela pourrait donner la direction de la seconde partie de saison d'Emery.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible

il y a 1 heure Offre spéciale : abonne-toi à SO FOOT à partir de 13 euros ! 1
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:00 Un nul pour le premier match de Robbie Fowler sur le banc de Brisbane 1
À lire ensuite
L’homme Delaney