Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Arsenal-Leicester (2-1)

Arsenal reprend espoir grâce à Welbeck

Tenus au tableau d'affichage jusqu'à la dernière seconde, les Gunners ont arraché un succès décisif dans la course au titre face à Leicester (2-1) grâce à un coup de tête de Danny Welbeck. Arsenal se relance alors que Leicester avait l'occasion de faire exploser la Premier League.

Modififié

Arsenal FC 2-1 Leicester City

Buts : Walcott (71e), Welbeck (94e) pour les Gunners // Vardy (43e sp) pour les Foxes

C'était la première des treize dernières marches vers le sacre. Celle où il ne fallait pas trébucher. Et pourtant. Au bout du dernier coup de patte de Mesut Özil, Danny Welbeck, de retour sur les pelouses après un an d'absence, a inversé le cours du temps. Celui d'une course au titre dictée par Leicester jusqu'à la dernière seconde. Mais voilà, aux tripes, Arsenal est revenu de nulle part pour arracher son premier succès à domicile depuis le 2 janvier dernier et faire tomber le magnifique Leicester (2-1). La guerre pour la couronne ne fait que commencer et l'héritage de Chelsea sera terrible.

Özil et le molosse Kanté


L'horaire du rencard est inhabituelle car rien, ni personne, n'avait écrit, qu'un jour, ces deux équipes devraient se disputer une couronne de champion. Il y a cinq mois, Arsenal avait fait exploser Leicester chez lui (5-2) et pensait s'être débarrassé de l'incruste des Foxes dans une course au titre où ils n'étaient pas invités. Sauf que voilà. Nous sommes à treize journées de la fin et la troupe de Ranieri s'est donnée le droit de tutoyer les sommets, à midi, un jour de Saint-Valentin. Porté par la brillante victoire à Manchester face à City la semaine dernière (3-1), l'entraîneur italien couche le même onze de départ qu'à l'Etihad Stadium. De son côté, Arsène Wenger sait qu'il n'a plus le choix. L'éventualité d'un titre passe par une victoire face au leader. Le Professeur décide alors de relancer Francis Coquelin au milieu, à la place de Flamini, et de placer Mertesacker pour suppléer la blessure au tendon de Gabriel Paulista. Autre choix fort, celui de laisser Walcott sur le banc et de faire confiance à Alex Oxlade-Chamberlain, buteur la semaine passée à Bournemouth. Une décision payante puisque d'entrée Arsenal prend le ballon et met la pression sur un Leicester attentiste. Alexis Sánchez est même tout proche d'ouvrir le score sur corner mais sa tête passe à côté.


Leicester joue son jeu, laisse le ballon aux Gunners et attend de piquer en contre. Dans les tribunes londoniennes, les supporters des Foxes, eux, lancent des « We're staying up » à faire craquer. Arsenal peine, de son côté, à mettre du rythme à ses actions offensives, Özil étant muselé par son bodyguard Kanté. Ranieri ne cesse de gesticuler sur la ligne de touche et, sur sa première action, Vardy est tout proche de lancer le scénario sur une tête finalement stoppée sur sa ligne par Čech. On se regarde, on se jauche tactiquement alors qu'on sent que sur chaque accélération, les hommes de Wenger peuvent faire exploser la défense de Leicester, Wes Morgan se sacrifiant à plusieurs reprises devant Giroud. Jusqu'à cette fameuse quarante-troisième minute et la décision de Martin Atkinson de ne pas siffler une faute flagrante de Morgan sur Özil. Sur le contre, Koscielny découpe Kanté, Vardy se retrouve face à Monreal et joue bien le coup pour arracher un penalty décisif. Sentence transformée, Čech est à terre, Leicester mène (0-1, 43e). Rusé comme un renard. L'Emirates, qui n'a vu qu'une victoire en 2016, gronde. Atkinson, lui, rentre dans le couloir, la tête baissée.

Welbeck au bout de l'espoir


Au retour des vestiaires, Arsène Wenger est contraint de lancer Calum Chambers à la place de Laurent Koscielny, blessé. Arsenal revient avec des intentions et fait passer de nouveaux frissons à Schmeichel sur une frappe trop croisée de Ramsey. Debout devant ses pointillés, Ranieri continue de bouger ses joueurs qui sont revenus avec la même sécurité au milieu, portée par une paire Drinkwater-Kanté impériale. Alexis Sánchez commence enfin à décrocher, bouscule l'équilibre des Foxes et agace Danny Simpson. Le latéral droit de Leicester, averti au retour des vestiaires, prend un deuxième jaune en cinq minutes et laisse ses copains à dix obligeant Claudio Ranieri à installer Wasilewski à la place de Mahrez. Le choc bascule en un combat psychologique avec Martin Atkinson en tête d'affiche. Wenger pose alors ses choix, sort Coquelin et fait rentrer Theo Walcott pour faire exploser le solide bloc des Foxes.

Ce Arsenal-Leicester est une histoire de guerre physique et psychologique car, à dix, Leicester a les jambes qui sifflent. Les fautes sont nombreuses alors que le bus commence à se garer doucement devant l'attaque des Gunners. Il reste une vingtaine de minutes quand, soudain, Wenger va enfin lâcher son premier sourire de la journée. Sur une remise lumineuse de la tête de Giroud, le pied droit de Theo Walcott permet à Arsenal de revenir au tableau d'affichage sur sa première frappe cadrée de la rencontre (1-1, 71e). L'histoire prend alors doucement une autre tournure alors que Olivier Giroud tente un ciseau dans la surface adverse et aurait pu obtenir un penalty pour une main de Huth. Leicester rentre en résistance alors que Sánchez et Walcott allument les pattes des renards. À chaque fois, une jambe vient sauver les lunettes de Ranieri. À chaque fois, Kasper Schmeichel s'envole pour continuer le rêve. Et sinon, il reste la maladresse d'un Per Mertesacker, seul aux six mètres, incapable de cadrer une offrande de Özil. Leicester tient mais sur l'ultime coup de patte de Özil, le revenant Danny Welbeck arrache l'espoir de tout un peuple sur un coup de tête croisé (2-1, 94e). La bataille ne fait que continuer. Et Leicester ne tient plus son rêve que de deux points.

Retrouvez toute l'actualité de la Premier League

  • Résultats et classement de Premier League

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 17:53 Action commune et grève des chants dans les stades de Ligue 1 ce week-end 24
    Hier à 16:34 Tuto Panini Adrenalyn XL : les points 14 Hier à 16:06 La boulette d'Ali Ahamada lors de Comores-Maroc 23 Hier à 15:31 La surprise de Zlatan aux enfants thaïlandais bloqués dans une grotte cet été 22 Hier à 14:32 Le père de Sandro Rosell offre un million d'euros pour libérer son fils 23 Hier à 14:28 Denis Balbir ne veut pas de femmes pour commenter les matchs 193
    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom