Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe F
  3. // Arsenal/Borussia Dortmund

Arsenal ou Dortmund, quelle est la vraie équipe des hipsters ?

À l'Emirates Stadium ce soir, les Gunners et les Schwarzgelben se disputeront un peu plus qu'une éventuelle première place du groupe F. Non, ce qui est vraiment en jeu, c'est la suprématie dans le cœur des gens à bonnets Carhartt et fixies.

Modififié
Le « meilleur joueur du monde mais dont on ne parle pas assez »

Il est évident que les deux équipes regorgent toutes deux d'une pelletée de mecs un tant soit peu dans la vibe. Même s'il faut bien avouer que le BVB a l'avantage. Dans les bois, Szczęsny met quand même toujours des maillots trop grands alors que Weidenfeller est le « meilleur gardien du monde » . En défense, Sagna ne peut rien contre Großkreutz, ne parlons pas de Mertesacker/Hummels ou de Koscielny/Subotić, et devant Lewandowski est encore à des années-lumière de Giroud (même si le néo Dieu du Stade surfe pas mal sur le courant beauf-hype). Au milieu, c'est pareil. Ramsey est en feu, Wilshere a fait bander la Terre entière avec son but ce week-end, Flamini et Arteta font rêver les nostalgiques du PSG et de l'OM d'une autre époque, Cazorla est toujours un Espagnol « sous-coté » . Les Allemands sont pas mal non plus, entre Bender le récupérateur au moins aussi fort que son frère jumeau, Şahin le revenant, Błaszczykowski « mot compte-triple » , PEA le Gabonais injustement boudé par DD et Mkhitaryan la « gâchette arménienne » . Mais la vraie différence se joue au niveau du « joueur qui aurait le Ballon d'or si jamais CR7 et Messi n'existaient pas » . Marco Reus contre Mesut Özil. Et force est de constater que depuis que Tonton Arsène est allé braquer Nemo dans les derniers instants du mercato, on a rarement autant crié au génie. Avantage Arsenal.

La coiffure

Il est difficile de définir le « hipster » , ce concept mouvant que l'on flanque sur tout et rien sans trop savoir pourquoi. Rappelez-vous seulement qu'on a vécu dans un monde où l'on n'entendait pas ce mot à longueur de journée. Un temps où le mainstream n'existait pas. Bref, tout ça pour dire que comme on ne peut pas juger un livre à sa couverture et un cocktail à sa couleur, on ne peut pas forcément cataloguer quelqu'un de hipster à cause de ses cheveux. Enfin, il existe quand même deux grands pôles que sont le « long dessus et rasé sur les côtés » , de préférence avec une belle raie, et les convertis aux « longs cheveux pas forcément propres » . Sur ce terrain, les Allemands ne laissent aucune chance à leur vis-à-vis, avec un grand nombre de spécimens des deux espèces. Un terrain complètement abandonné par des Anglais coincés dans des modes pas assez vieilles pour être de retour : les tresses de Sagna, la crête de Cazorla, le hérisson de Koscielny. Même si Mesut a fait des efforts, c'est non. Avantage Dortmund

Le coach

Klopp contre Wenger. L’homme le plus cool d’Allemagne, un type qui se fait expulser pour avoir hurlé sur le quatrième arbitre à pleins poumons contre quelqu'un qui s'appelle Arsène et paye ses ménages chez TF1. Sérieusement ? Avantage Dortmund



Le maillot

L'une des clefs du langage hipster, c'est l'ironie. Une notion bien utile qui permet de pouvoir enfiler des leggins violets et des pulls de grand-père sans crainte du ridicule. Tout est question de décalage. Parce que si vous savez que c'est moche et le portez volontairement, alors c'est ok. Oui, c'est bizarre, mais c'est comme ça. Du coup, le chandail jaune du BVB, digne d'une vulgaire équipe de DHR, part avec une très nette longueur d'avance sur les traditionnelles couleurs blanche et rouge des Gunners. Signe qui ne trompe pas, ces derniers sont revenus au jaune pour leur tenue extérieure cette saison, après un virage par le mauve. L'imitation est la plus sincère des flatteries paraît-il. Avantage Dortmund


La langue


Le hipster refuse le mainstream et les tendances. Et donc, quand vous vous faites chier à maîtriser l'anglais parce que c'est utile et l'espagnol pour emballer à Palma de Majorque, lui s'est coltiné l'allemand, ce dialecte barbare et imprononçable qui ne sort de nulle part. Le goût du contre-pied. Quand bien même Arsenal tente de rattraper son retard en troquant son ancienne compagnie française pour une germanophone (Mertesacker, Podolski, Özil et le jeune Gnabry) et polonophone (Szczęsny et Fabiański), on ne peut lutter contre un club qui fournit la moitié de l'effectif de ces deux sélections. Pire, la deuxième langue la plus parlée à Arsenal derrière l'anglais, c'est le français. Restons sérieux. Avantage Dortmund.


L'historique


Sans aller jusqu'au « c'était mieux avant » , les fans d'indie rock bulgare des années 80 ont une fâcheuse tendance à valoriser tout ce qui est « rétro » et « vintage » . D'où leur fascination pour les puces, les vinyles, les transistors, les machines à écrire et toutes ces conneries de récupération qui trainaient au grenier et y seraient encore si un idiot dopé au quinoa n'avait pas inventé la décroissance. De ce côté-là, Arsenal, fondé en 1886, soit vingt-trois ans avant le BVB, domine assez largement. Ajoutez à cela pas de trophée depuis 2005, un dernier titre de champion en 2004 et quasiment rien au niveau européen depuis toujours, pendant que les Allemands glanaient deux Bundesligas, une DFB-Pokal et une DFB-Supercup. L'amour des losers. Avantage Arsenal

Conclusion : Victoire Dortmund 4-2

On assiste indubitablement à un retour de hype Arsenal, porté par un attelage Özil/Ramsey/Wilshere et des germanophones en nombre. Le truc du moment, c'est eux. Mais, plombés par leurs colonies française et espagnole, les Gunners ne peuvent tout simplement pas résister à une analyse poussée et devraient s'effondrer aussi vite qu'un Abou Diaby de retour de blessure. À moins de gagner ce soir. Puis contre le Napoli, cette sale équipe de hipsters qui n'ont même pas connu Maradona. Et de perdre en finale contre le Bayern. Les perdants ont toujours raison.

Par Charles Alf Lafon, tocard.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 132
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom