Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 32 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Arsenal-Napoli (2-0)

Arsenal fait danser le Napoli

Discipliné derrière et parfaitement rodé collectivement, Arsenal a asphyxié un Napoli méconnaissable et auteur d'une première période catastrophique pour s'imposer sans trembler à l'Emirates (2-0). Les Anglais sont bien partis pour rejoindre le dernier carré de la Ligue Europa.

Modififié

Arsenal 2-0 SSC Napoli

Buts : Ramsey (15e), Koulibaly (25e, CSC) pour Arsenal

A priori, ça ressemblait à un duel « d'égal à égal » pour reprendre les mots d'Unai Emery. Qui n'avait alors pas pris la mesure d'un drôle de phénomène : la trouille. Celle qui vous prend aux tripes, vous bouffe les neurones et vous fait flageoler les gambettes. Une peur du vide et de l'échec qui s'est semble-t-il emparée du Napoli ce jeudi, méconnaissable à l'Emirates et largement dominé par des Gunners auteurs d'une première période qui a souvent frôlé la perfection. Résultat final : 2-0 pour les Anglais, et des Italiens tout proches de la sortie.

Swinging London


Pas le temps de respirer, les deux équipes plongent direct en apnée dans l'atmosphère bouillante d'un Emirates Stadium qui gueule rapidement son bonheur. Un constat qui vaut surtout pour Arsenal, qui pose rapidement la patte sur le script du match : dès la huitième minute de jeu, Ramsey puis Maitland-Niles arrosent chacun leur tour la cage napolitaine, mais voient leurs deux tentatives déviées coup sur coup par Koulibaly. Qu'importe, Naples se met à suinter la peur comme une proie qui sait son heure bientôt venue, et les Gunners n'ont plus qu'à ajuster leur viseur pour faire mouche. Après un joli chassé-croisé de passes londoniennes, Lacazette hérite du cuir et trouve Maitland-Niles, qui sert à son tour Ramsey. Le Gallois n'a alors plus qu'à fusiller Meret, à bout portant.


La tête à l'envers, Naples cafouille son football et se met à souffrir le martyr : Mertens et Insigne sont lost in translation devant, Zieliński enchaîne les maladresses techniques et Fabián Ruiz joue systématiquement à contretemps. Complètement à côté de ses pompes au milieu de terrain, l'Espagnol voit Torreira lui chiper insolemment le ballon puis le dribbler d'un joli geste derrière son pied d'appui. L'ancien de la Samp' s'essaie alors à une frappe mollassonne, mais déviée par Koulibaly, ce qui laisse Meret sans réaction sur sa ligne. De quoi achever de faire tanguer un Napoli décidément fragile, ce jeudi soir.

La bouillabaisse napolitaine


Archidominateur avant la pause, Arsenal se calme un tantinet et recule d'un cran pour attendre les Azzurri. Naples retrouve alors la possession de balle, mais continue de s’emmêler les pinceaux alors que Mário Rui banane ses relances longues et qu'Insigne s'essaie sans succès à quelques rushs solitaires révélateurs de l'impuissance des siens. C'est même Arsenal qui est à deux doigts de plier le match en contre, mais Ramsey puis Maitland-Niles voient chacun leur tour leurs tentatives déviées par les pognes de Meret qui maintient ainsi en vie le Napoli. Excédé, Ancelotti se décide enfin à faire entrer Milik, bizarrement relégué à un rôle de remplaçant ce soir, à la place d'un Mertens ectoplasmique. Hélas, il est trop tard. Bien trop tard même, alors qu'Arsenal, reboosté par les entrées de Mkhitaryan et Iwobi, est tout près de planter une troisième banderille par Ramsey qui vendange un cadeau de Maitland-Niles dans la surface. Le dernier pas de danse d'une soirée où les Gunners auront monopolisé les platines, et pris une sérieuse option pour se qualifier pour les demi-finales de cette Ligue Europa cuvée 2018-2019.



Arsenal (3-4-1-2) : Čech - Koscielny, Sokrátis, Monreal - Maitland-Niles, Ramsey, Torreira (Mohamed Elneny, 77e), Kolašinac - Özil (Mkhitaryan, 67e) - Lacazette (Iwobi, 67e) , Aubameyang. Entraîneur : Unai Emery.

SSC Napoli (4-4-2) : Meret - Hysaj, Maksimović, Koulibaly, Mário Rui - Callejón, Allan, Fabián Ruiz (Ounas, 83e), Zieliński - Mertens (Milik, 66e), Insigne (Younes, 83e). Entraîneur : Carlo Ancelotti.


  • Résultats et classement de la Ligue Europa

    Par Adrien Candau
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 13:22 LOTO Spécial Pâques : 10 Millions d'€ mis en jeu ce samedi 20 avril 2
    Hier à 16:55 Gignac : « Il y a même un tacos Gignac au Mexique » 47
    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom