Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Chelsea-Arsenal (4-1)

Arsenal, bonne nuit les petits

Pour la première fois en finale de Coupe d'Europe depuis 2006, les Gunners avaient l'occasion de démontrer qu'ils avaient enfin grandi sous la houlette d'Unai Emery, là où les dernières années du mandat d'Arsène Wenger à Londres avaient été celles d'une équipe immature et vide de caractère. Un raté sur toute la ligne : à Bakou, Arsenal s'est incliné sans gloire, ni hargne, ni panache.

Modififié
La demi-volée d'Iwobi, qui venait réduire le score à la 71e minute, n'aura donc presque rien signifié. À peine une étincelle, un début de frémissement. Arsenal était alors mené trois buts à un, allait bientôt encaisser un quatrième pion d'Hazard, sans même parvenir à marquer un dernier pour sauver l'honneur, face à une défense des Blues qui laissait pourtant des boulevards et avait probablement déjà la tête aux festivités d'après-match. Pour les supporters des Gunners subsistait alors seulement ce sentiment de résignation, ce fatalisme inhérent au club du nord de Londres, qui lui colle à la peau comme une malédiction. Comme si Arsenal était destiné à ne pas gagner cette finale de C3.

La lose collée au corps


Il y a bien sûr cet ensemble de choses qu'on appelle l'histoire, la culture club, qui fait depuis trop longtemps défaut aux Londoniens. Car Arsenal reste tout simplement sur quatre défaites de rang lors des finales de coupes européennes : les Gunners ont successivement échoué sur la dernière marche de la C2 en 1995, celle de la C3 en 2000, de la C1 en 2006 et viennent donc de passer à côté du rendez-vous du sommet de cette Ligue Europa cuvée 2019. Mais plus que cette interminable spirale de la lose, c'est la manière qui interpelle.


En tournant la page Wenger et en ouvrant une nouvelle ère pilotée par Unai Emery, Arsenal voulait entamer un tout nouveau cycle. Changer de style de jeu, d'état d'esprit, renouveler le logiciel usé de son football et de son image de club tendance Bisounours, tenant d'un football agréable, mais qui souffrait d'un déficit évident d'aspérité, de vice, de combativité. Personne n'oublie les paroles provocatrices – mais porteuses d'une forme cruelle de vérité – de Patrice Évra, au soir d'une demi-finale retour de la Ligue des champions remportée par Manchester United face à Arsenal en 2009 (1-3) : « Ce soir, c'était onze hommes contre onze enfants. » Dix ans plus tard, les enfants n'ont pas grandi.

Forever young


Comment expliquer, sinon, le match aussi décousu que maladroit de la doublette d'attaque londonienne, Aubameyang-Lacazette, qui avaient pourtant inscrit à eux deux les huit derniers buts d’Arsenal en Ligue Europa ? Les errances de Kolašinać sur son couloir gauche, porté disparu dans le jeu ? Le naufrage de Monreal et Koscielny derrière en seconde période, comme paralysés par le premier but des Blues inscrit par Giroud, d'une tête piquée millimétrée ? Quand le Français a ouvert le score, Arsenal a comme cessé d'exister. De quoi permettre à Chelsea de planter deux autres pions à l'heure de jeu, soit un total de trois banderilles en quinze minutes, et d’assassiner le suspens.



À ce titre, l'attitude des Gunners, qui n'ont jamais donné l'impression de se rebeller, de croire réellement à un hypothétique retour, tranche cruellement avec l'ère du temps d'un football européen où la notion de remontada est en passe de devenir une superbe banalité. Mais Arsenal avait-il seulement les moyens de sonner la révolte avec Özil en meneur de jeu, comme souvent lost in translation dans les matchs à enjeu, Xhaka pour réguler l'entrejeu et plus globalement un onze type qualitativement deux crans en dessous de celui de Chelsea ? Peut-être pas, mais un peu plus d'insoumission face à l'ordre établi n'aurait sûrement pas pu faire de mal aux Gunners. Qui quittent la scène européenne cette saison l’âme en peine, comme Lucas Torreira au moment de laisser sa place à Iwobi à la 67e minute de jeu. L'Uruguayen pleurait à chaudes larmes. Exactement comme un enfant.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur

Hier à 14:08 EuroMillions : 123 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce mardi
Hier à 18:30 Un coach de D4 anglaise jure 58 fois en 4 minutes et perd son job 4 Hier à 18:15 La Ligue 1 en tête des cinq grands championnats sur les 0-0 32 Hier à 18:00 Le récap de la #SOFOOTLIGUE 1
Hier à 17:12 L’incroyable photo d’un match de U15 aux Pays-Bas 30 Hier à 14:00 Hienghène Sports, éliminé au 7e tour de la Coupe de France, mais qualifié pour le Mondial des clubs 18
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 12:27 Il rate son péno et défonce l'éclairage du stade Hier à 11:00 Michel Platini : « La VAR est une belle merde » 157