Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Euro 2020

Arrêtez de dire que les tirs au but sont « une loterie »

C’est devenu un refrain incontournable lorsque se dispute une séance de tirs au but. « C’est la loterie. » Le soir du match perdu par l’équipe de France, contre la Suisse, Raphaël Varane, Hugo Lloris et Didier Deschamps n’ont pas dérogé à la règle. Sauf que non, messieurs. Les tirs au but, c’est tout sauf une loterie, c’est le talent, la préparation, la compétence, la prise de risque, le duel psychologique. Il faut vraiment arrêter de dire que ce n’est que le fruit du hasard et la faute à pas de chance.

« Loterie. n.f. Jeu de hasard qui permet aux acquéreurs de billets dont les numéros sont tirés au sort de gagner des prix / Ce qui est régi par le hasard. » Voilà ce que dit le dictionnaire Larousse à propos de la loterie. Un jeu de hasard, donc. Or, voilà quelques années que ce terme est inexorablement associé à un exercice aussi excitant que dramatique : la séance de tirs au but.

Pas une seule séance ne se déroule sans qu’un commentateur, un consultant, un entraîneur ou un joueur ne le dégaine à un moment. Et ce France-Suisse n’a pas fait exception. Hugo Lloris après l’élimination : « C'est douloureux. Encore plus après une séance de tirs au but où ça devient de la loterie. » Ou encore Raphaël Varane : « Il y a eu du positif en deuxième mi-temps, mais ça n'a pas suffi. Les tirs au but, c’est la loterie » . Une défaite (ou une victoire) aux tirs au but serait donc uniquement le fruit du hasard ? Il faut arrêter de tomber dans la facilité et de tout justifier par la fortune.

Trop facile de dire que c’est le destin


Parce que non, non et encore non : une séance de tirs au but, c’est tout sauf une loterie. Il faut quand même rappeler qu’avant les années 1970, un score de parité sur un match à élimination directe se terminait vraiment sur de la loterie. On faisait tout simplement jouer les capitaines à pile ou face, avec le toss de l’arbitre et, dans les vestiaires, on déterminait le vainqueur. Là oui, c’était une loterie, c’était du hasard, c’était du 50/50, on gagnait ou on perdait seulement grâce ou à cause de la chance.

« Jouer une qualification à la pièce était dramatique, presque antisport. Un tir au but, au moins, implique un geste technique, une situation de jeu. » Raymond Domenech

Et c’est parce que tellement de joueurs criaient à l’injustice, au dégoût ou à l’infamie que les autorités du foot décidèrent de mettre fin à cette organisation. Pour l’ancien sélectionneur de l’équipe de France Raymond Domenech, qui avait vécu des défaites sportives sur un pile ou face, c’était tout simplement inique. « Jouer une qualification à la pièce était dramatique, presque antisport. Un tir au but, au moins, implique un geste technique, une situation de jeu, comporte une dimension psychologique qui s’approche de ce qu’est la compétition. [...] Vous ne pouvez pas imaginer la souffrance de perdre sur un pile ou face, cela dépasse, et de très loin, toutes les autres défaites. »

Voilà pourquoi on ne peut pas dire, après ce qu’ont été les séances de pile ou face, que les tirs au but sont de la loterie. Le dire serait même hypocrite, faux et trompeur. Ça serait refuser la défaite et la justifier non pas par un manque de préparation, par une erreur ou un échec sportif, mais par les affres du destin. Trop facile et surtout absolument faux. Parce que, contrairement à ce que beaucoup voudraient croire, les tirs au but, ça se prépare !


On commence les tirs au but à l’entraînement


Toutes les dimensions sont à appréhender et à anticiper, à travailler, à réviser, de la dimension psychologique aux frappes, jusqu’aux anticipations des plongeons du gardien et des directions de frappes des buteurs. C’est l’ancien entraîneur du Dynamo Kiev, l’illustre Valeri Lobanovski, qui, dans les années 1980, fut le premier à imposer à ses joueurs une préparation millimétrée. Avant chaque match à enjeu, à élimination directe, des coupes nationales aux coupes d’Europe, il organisait des séances d’entraînement où il reproduisait absolument tout ce qu’on pouvait retrouver en match.

« C'est une évidence qu’il faut travailler les tirs au but. L’apprentissage et le contrôle permettent d’améliorer les compétences et de soutenir les résultats. » Ignacio Palacios-Huerta

Il allait même jusqu’à demander aux jeunes des U21 jusqu’aux U14 de venir jouer les supporters, souvent violents et vindicatifs, avec fumigènes et tambours, histoire de rajouter une pression aux acteurs, et il faisait répéter la séance. Parfois, pour inciter à la performance, et ne pas entrer dans une routine inquiétante, il mettait en jeu des jours de repos supplémentaires ou des primes. Le but était de forcer les joueurs à se concentrer et à s’améliorer, à maximiser la réussite en cas de séance en match officiel. Et cela fonctionna. Sous la direction de Lobanoski, le Dynamo Kiev remporta la majorité de ses séances de tirs au but, un succès supérieur à la moyenne européenne. Pour l’économiste espagnol Ignacio Palacios-Huerta, auteur du livre L’Économie expliquée par le foot, c’est « une évidence qu’il faut travailler les tirs au but. [...] L’apprentissage et le contrôle permettent d’améliorer les compétences et de soutenir les résultats. »

« Pour réussir un penalty, pas la peine de boire du maté, il faut juste s’entraîner, et au moins 150 fois dans l’année. »

Se préparer, la base


Le bonhomme a d’ailleurs justifié sa thèse à partir de l’étude du championnat argentin de 1988-1989 qui, en prévision de la Coupe du monde 1990, avait tout simplement arrêté le principe du match nul et imposé une séance de tirs au but en cas de score de parité, à chaque rencontre. Cela provoqua une augmentation de 9000% du nombre de séances et obligea les joueurs et les clubs à s’entraîner et à se préparer. En moyenne, 4 fois par semaine, contre moins de 3 fois par an ailleurs, dans les championnats anglais, allemand ou espagnol. Et les effets furent largement perceptibles. « Statistiquement, toutes choses égales par ailleurs, en bloquant les forces et les compétences des tireurs et des gardiens, les Argentins de la saison 1988-1989 affichaient un niveau d’expérience aux tirs au but plus élevé que les autres joueurs. [...] Pour réussir un penalty, pas la peine de boire du maté, il faut juste s’entraîner, et au moins 150 fois dans l’année. »

Chose que n’ont peut-être pas faite les joueurs français (contrairement aux Suisses qui avaient bossé les tirs au but la veille du match...). Pensant que cela n’était qu’une grande loterie, ils n’ont pas voulu se préparer à une séance de tirs au but et ont voulu tout miser sur le destin plutôt que sur la préparation, l’entraînement et la répétition. Et on connaît le résultat, une malheureuse élimination. Pour l’anecdote, rappelons qu’en 2006, 24h avant la finale contre l’Italie, en Coupe du monde, le sélectionneur français Raymond Domenech avait voulu organiser une séance de tirs au but à l’entraînement, avant de la suspendre manu militari après que David Trezeguet avait réussi une frappe magistrale en pleine lucarne. « On s’arrête là, demain tu dois faire la même chose » , lui avait-il dit. On connaît le résultat...

Par Pierre Rondeau et Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 18:50 La justice donne raison à Canal contre beIN, la LFP réagit immédiatement 45
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Hier à 11:34 Football Manager intégrera bientôt le foot féminin 39
Hier à 09:57 Libertadores : l'Olimpia Asunción sort l'Internacional aux tirs au but 12