Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Bayern-Séville (0-0)

Arjen, sors-nous ta spéciale, chef !

Ce mercredi soir, Arjen Robben n'a été que l'ombre de lui-même. Et sa spéciale manque à tout le monde dans un football de plus en plus fou.

Modififié
Le quotidien tue l’amour. C’est apparemment un fait que l’on ne peut pas contredire. Personne n’aime la routine. Dans leur cabinet, les thérapeutes peuvent en témoigner, tant les couples se bousculent au portillon pour dénoncer ce ras-le-bol de vivre tous les jours le même train-train. Sauf que cet état d’esprit est simplement une preuve supplémentaire que l’être humain est un éternel insatisfait. Car ce quotidien, ces petits riens de la vie commune, chaque célibataire rêve finalement de les partager pour pouvoir s’en plaindre gentiment. Cette semaine, les amoureux de football ont pu revivre la passion des débuts, avec le Manchester City invincible de Pep Guardiola qui craque complètement face à la fougue du Liverpool de Jürgen Klopp, avec la Roma qui renverse complètement l’immense Barça, avec le grand Real Madrid qui tremble jusqu’au dernier moment au Bernabéu après avoir gagné 0-3 à l’extérieur.

Éloge de la routine


Mais au milieu de tout ce déchaînement de passions, on avait également besoin d’un visage familier, de quelque chose que l’on connaît, auquel on peut se raccrocher et qui nous permet de se vanter de bien connaître le football. Ce que l’on voulait, c’était qu’Arjen Robben reçoive le ballon dans son couloir droit, repique dans l’axe et décoche un missile enroulé du gauche dans la lucarne opposée. La routine, quoi. Et on aurait pu se plaindre tranquillement de cet saleté d’air de déjà-vu. « C’est pas possible, il fait toujours la même chose. » Et derrière ce râle, on n’aurait pas pu dissimuler ce petit sourire en coin. Parce qu’on l’aime, la routine. Parce qu’on l’aime, la spéciale d’Arjen Robben.


Aujourd’hui, le football semble complètement fou. C’est bien, c’est sympa, c’est frais. Ça devenait agaçant cette Ligue des champions qui présente le même dernier carré année après année. Mais le football est un sport tant aimé parce qu’il est simple, facilement compréhensible. Cette petite dose de rationalité que représente la spéciale d’Arjen Robben, c’est l’assurance d’être encore en phase avec ce sport, d’en comprendre les rouages. Si le Néerlandais marque tout le temps de cette manière, c’est parce qu’il maîtrise ce geste à la perfection grâce à un travail sans relâche. C’est sensé. C’est rassurant. Mais ce mercredi soir, même si ses coéquipiers nous ont permis de souffler dans ce torrent d’émotions en éliminant froidement le FC Séville, l’ailier au crâne d’œuf n’est pas venu ponctuer ce chef-d’œuvre de logique avec sa patte gauche.

Be yourself


Ce mercredi soir face aux Andalous, Robben a tenté d’allumer deux mèches depuis sa zone de confort. Les deux barils de poudre ont pété dans les nuages. Mais ce n’est pas le pire. Le Néerlandais n’a même pas eu la décence de s’entêter, de tenter encore et encore jusqu’à nettoyer la toile. Il s’est ensuite contenté de renoncer, même lorsqu'il avait le champ ouvert, en rentrant sur son pied gauche pour finir par une passe latérale vers le centre ou un dédoublement téléphoné avec Joshua Kimmich. Mais Arjen Robben, ce n’est pas ça. Arjen Robben, c’est l’individualiste forcené qui rend fou son latéral en ne le décalant jamais. Et c’est très bien comme ça. D’ailleurs, cela fait un bail que l’Oranje ne nous a plus gratifiés de sa spéciale. Il n’y a guère que son but contre Dortmund en novembre à se mettre sous la dent cette saison. Tant pis, les amoureux de la routine se réfugieront devant les matchs de Florian Thauvin.



Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE