Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 17e journée
  3. // Angers/Lens

Areola, une infidélité pour mieux aimer

Barré par la concurrence de Salvatore Sirigu et Nicolas Douchez au PSG, Alphonse Areola s'éclate à Lens, où il est prêté depuis le début de saison. Talentueux et serein, le gardien de 20 ans n'a qu'un rêve : s'imposer un jour chez lui, à Paris. Même s'il faut s'armer de patience et emprunter des chemins plus sinueux.

Modififié
Cela fait désormais partie du décor à Bollaert. Juché devant la tribune Marek aux côtés du capo, un joueur se poste devant les Red Tigers et lance le clapping, le nouveau soutien à la mode après les victoires des Sang et Or. Alphonse Areola n'a pas mis longtemps à se plier à l'exercice. Après moins de six mois passés à Lens, le jeune gardien s'est déjà parfaitement immergé dans son nouveau club. Et pas qu'en se mêlant à la ferveur retrouvée de l'enceinte artésienne. Car si le Parisien est devenu le chouchou de Bollaert, il le doit surtout à ses performances sur le terrain. Depuis le début du championnat, que Lens devait sur le papier dominer de la tête et des épaules, il est même l'un des seuls de son équipe à ne pas avoir connu de trou d'air.

Vidéo

Patron de sa défense et auteur d'arrêts réflexes époustouflants, Areola fait partie des tauliers du RCL et s'est imposé, de manière quasi-unanime, comme le meilleur portier de Ligue 2. Le pari d'Antoine Kombouaré, qui avait fait de l'ancien pensionnaire de l'INF Clairefontaine sa priorité lors du mercato d'été, est donc payant. Après l'avoir fait passer pro dès 16 ans à Paris, le Kanak a décidé de véritablement lancer la carrière du grand espoir du PSG (2 matchs en L1), qu'il a d'entrée préféré à Rudy Riou. « Je me sens à l'aise. En venant ici, je voulais que l'on me fasse confiance et c'est ce qui arrive, souligne le joueur. Ça se passe très bien avec mes équipiers. Je n'ai pas de pression. J'essaye de faire mon possible pour ne pas encaisser de but mais on n'est pas invincible. »

Un « petit ange » qui sait gueuler

La Ligue 2, Areola aurait pourtant pu ne pas la connaître. Courtisé par Évian Thonon Gaillard, il aurait pu tenter sa chance dans un club de l'élite aux ambitions opposées à celles du PSG. Mais même auréolé d'un titre de champion du monde U20 décroché durant l'été et auquel il a grandement contribué, arrêtant notamment deux tirs au but lors de la finale contre l'Uruguay (0-0, 4 tab à 1), l'ancien gamin de l'Entente sportive des petits anges (Paris VII) n'a pas vraiment hésité à redescendre d'un étage. Et aujourd'hui, il ne le regrette pas, comme il le confiait récemment en conférence de presse : « En Ligue 2, il y a beaucoup de rebondissements. C'est un championnat très ouvert, qui est intéressant pour les jeunes comme moi. Par rapport à la CFA, il y a plus de qualité et d'engagement. À la moindre erreur, ça finit au fond. »

Au-delà de ses qualités naturelles vite repérées au PSG, là où Areola impressionne, c'est par un charisme très rare pour un gardien de 20 piges. Capable d'être très calme dans les moments chauds, il sait aussi élever la voix sur ses défenseurs pourtant bien plus âgés que lui. « Avec les défenseurs, on en avait déjà discuté en début de saison. On ne doit pas se mettre de barrière, sinon ça peut bloquer la communication, déclare l'international espoirs. Les défenseurs m'ont dit : « Si tu dois nous gueuler dessus, fais-le et tue-nous ! » . Ce sont des mots forts mais c'est ce qu'il faut. Quel que soit son âge, un gardien doit commander sa défense. » Pas sûr cependant, malgré ce tableau presque idyllique, qu'il puisse un jour recadrer Ibrahimović, Cavani ou Thiago Silva.

Joue-la comme Courtois

La carrière d'un gardien, aussi bon soit-il, dépend très souvent de celle des autres. D'un jeu de chaises musicales où les places sont plus chères que pour les autres postes et où il faut, en plus du talent, se trouver au bon endroit au bon moment. C'est là toute la problématique du cas Areola. Il y a une petite dizaine d'années, l'actuel Lensois aurait sans doute été le titulaire du poste au PSG. Mais voilà, les Qataris sont arrivés. Et avec eux se sont réduits les espoirs des jeunes pousses du centre de formation de s'imposer dans la capitale. Mais à l'image d'un Adrien Rabiot qui fait doucement son trou au milieu des stars, Areola est l'un des rares à pouvoir espérer une place au sein du club qui « rêve plus grand » .

« Un mec comme ça, de cette qualité, de cette gentillesse, de ce professionnalisme-là, c'était une erreur de le garder en tant que troisième gardien de Ligue 1, expliquait à So Foot Franck Dufresnes, ancien attaquant de la réserve parisienne. Après, il avait deux très bons gardiens auprès de qui apprendre, mais se retrouver le week-end à jouer chez des clubs de CFA où il y a dix personnes dans les tribunes… Voilà. Un mec comme ça… (Il réfléchit) Même s'il a toujours fait le boulot, c'est un gâchis pas possible. C'est un monstre, il est hyper fort. » En attendant que l'histoire d'amour avec le PSG reprenne peut-être dans quelques années, Areola s'est déjà déclaré prêt à poursuivre son aventure lensoise en L1, un peu à l'image d'un Thibaut Courtois qui patiente dans les buts de l'Atlético Madrid avant de devenir le boss à Chelsea. Riche, historique et ambitieux, Lens semble l'écrin idéal pour voir grandir le prodige. En plus, le clapping n'est pas prêt d'arriver au Parc des Princes.

Par Alexandre Alain
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 4 heures DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 16:26 Une amende de 2250 euros pour Lampard 11