Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // Tottenham-City (2-0)

Oui, ce Tottenham a une tête à finir champion d'Angleterre

Leur victoire sereine et maîtrisée contre Manchester City, digne des plus belles heures de José Mourinho, l'a encore montré : oui, les Spurs peuvent voir très haut cette saison en Premier League. Car outre l'habituelle réussite de leur entraîneur dans la quête de titres, de nombreux autres arguments peuvent les laisser croire à la couronne.

Modififié
Deuxième année, à Porto : championnat du Portugal, coupe nationale et C3. Deuxième saison, à Chelsea : championnat d'Angleterre. Deuxième saison, à l'Inter : championnat d'Italie, coupe nationale et C1. Deuxième saison, au Real Madrid : championnat d'Espagne. Deuxième saison chez les Blues, épisode 2 : championnat d'Angleterre, League Cup. Deuxième saison, à Manchester United... ni Premier League, ni rien d'autre. Une exception qui confirme la règle ?


Ce palmarès, c'est celui de José Mourinho dans chaque club qu'il a connu et où il est resté au moins deux ans. Le temps pour mettre en place ses méthodes de travail, dira-t-il, pour que ses plans accouchent de leurs super résultats. Et son passage à Tottenham, où il a atterri en novembre 2019, ne semble pas déroger au passé : à l'heure où le Special One souffle sa première bougie chez les Spurs, sa formation squatte à la tête du classement et impressionne par son pragmatisme depuis le début de l'exercice. Avec, comme cadeau d'anniversaire, une victoire modèle contre le Manchester City de Pep Guardiola digne de la grande époque mourinhesque que beaucoup pensaient à jamais révolue.

Son GoKane, mode super sayen


Alors, Tottenham est-il un candidat sérieux au titre ? En tout cas, le millésime 2019-2020 représente pour l'instant un cru plus que goûtu : avec vingt unités et une seule défaite en neuf journées, les Spurs roulent à un rythme supérieur à deux points par match et présentent des statistiques (meilleure défense du royaume avec neuf buts concédés, deuxième attaque la plus efficace avec 21 pions marqués) que tout le monde peut leur envier (à l'exception de Chelsea). Le succès face aux Skyblues, ce samedi, est justement venu rappeler les principales qualités des Londoniens (qui constituent, globalement, les mêmes que celles retrouvées dans les autres équipes de Mourinho) : un réalisme offensif infernal - deux réalisations en... deux frappes cadrées -, un bloc défensif aussi compact que serein - seulement cinq tirs cadrés adverses, malgré 22 tentatives - et une science tactique capable d'attendre la moindre erreur pour percer en contre ou de retourner n'importe quel cerveau - 57% de possession de balle en faveur des Citizens, et près de 600 passes contre 318. Sans oublier une verticalité du tonnerre, une résistance kiffante à la souffrance et le talent intrinsèque de quelques individualités au-dessus du lot mis au service du collectif.

Vidéo

Ces individualités se nomment, en premier lieu, Harry Kane et Son Heung-min (auxquels il est possible d'ajouter Hugo Lloris, régulièrement auteur de miracles dans ses cages). Les deux compères d'attaque forment en effet un axe totalement destructeur, le repositionnement de l'Anglais - que Dimitar Berbatov a récemment classé comme le meilleur joueur du monde sur BetFair, avec Robert Lewandowski et après le binôme Lionel Messi-Cristiano Ronaldo - en meneur de jeu (même s'il apparaît en tant qu'avant-centre sur le papier, dans le 4-2-3-1 classique du Mou) profitant largement au Sud-Coréen qui s'empiffre de ses caviars. Sur ce point-là, les chiffres ne mentent pas : l'ambidextre n'est déjà plus qu'à cinq bonbons de son record personnel en championnat (neuf en neuf rencontres, contre quatorze en 2016-2017), pendant que le Britannique a explosé le sien sur le plan des assists (neuf en neuf parties également, contre sept en… 2016-2017). Boosté par un recrutement estival intelligent, le leader de PL peut également compter sur un Sergio Reguilón en train de gentiment s'adapter, au même titre que Matt Doherty et un Pierre-Emile Højbjerg franchement pas dégueu. Le tout, en observant enfin Tanguy Ndombele exprimer son potentiel et en attendant le véritable apport de Gareth Bale.

L'énergie, ressource rare


Enfin, outre ses propres atouts et l'expérience de son entraîneur dans ce genre de défis, Tottenham semble avoir un coup à jouer dans la quête de la couronne pour au moins deux autres raisons. D'abord, les deux favoris à l'entame de la course paraissent déjà à bout de souffle. Exténués par l'enchaînement assez dingue des matchs, Liverpool et City sont fortement diminués par les blessures et les méformes. Et si le premier nommé s'en sort très bien niveau comptable, rien ne plaide pour que ça change. Si bien qu'actuellement, Chelsea ou encore Leicester font presque davantage figure de concurrents.


Ensuite, les Spurs ne disputent pas la Ligue des champions (à l'inverse des Reds, des Mancuniens ou des hommes de Frank Lampard). Un mal pour un bien, tant la compétition européenne se révèle énergivore. Au contraire de la Ligue Europa, qu'il est possible de remporter sans forcément faire appel à l'ensemble des cadres à chaque rendez-vous (comme l'ont montré les Blues en 2019, avec un Olivier Giroud meilleur buteur de l'épreuve, mais invisible en championnat). Autant d'arguments qui laissent largement la place à l'espoir. Que Mourinho, sans le déclarer officiellement, appelle sûrement et silencieusement « objectif » .

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Tsugi
Hier à 21:13 Revivez notre quiz spécial tactique avec Maxime Brigand 9
Hier à 16:31 Avec son but de 96 mètres, le gardien de Newport County entre dans le Guinness Book 11 Hier à 15:52 Asnières-Villeneuve affrontera le Barça en Ligue des champions de futsal 9
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi
Hier à 13:47 Un Français repéré en tournoi de vacances fait ses débuts en Serie D 14 Hier à 12:01 Coupe de France : pas de dérogation au couvre-feu pour les clubs amateurs 11
Hier à 10:37 En Angleterre, une clause Covid pour inciter les joueurs à prolonger ? 5 Hier à 08:00 Viens nous défier jeudi soir 20h sur un quiz spécial tactique !