Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Médias

Antoine Griezmann, une idée derrière la Têtu ?

En s'affichant mercredi en une du magazine Têtu, où il appelle « les gens des clubs, la FFF et la Ligue » à combattre l'homophobie, Antoine Griezmann a mis les pieds dans le plat de l'homosexualité dans le football. Par volonté de défendre une cause noble, assurément, mais aussi en cherchant à établir un nouveau modèle de « star sociale » du foot ?

Dans une autre vie, Antoine Griezmann aurait été spécialiste des médias. Deux documentaires (Griezmann Confidentiel, Antoine Griezmann : Champion du monde), une vidéo où il se met en scène pour annoncer son choix de rester à l'Atlético de Madrid (La Decision), une autobiographie (Derrière le sourire)... Mercredi, le futur ex-Colchonero a de nouveau prêté son faciès pour les besoins d’un média, s’affichant en une d’un célèbre magazine. France Football ? Onze Mondial ? So Foot, alors ? Non, Têtu. Pas banal. Courageux, même, tant l’homosexualité reste un tabou dans le foot. Mais pas non plus révolutionnaire, Olivier Giroud l’ayant fait bien avant lui, en 2012. La photo d’un Grizou aux cheveux bouclés en bataille, au regard bleu perçant et à la barbe de trois jours aurait ainsi pu ne pas attirer l’attention si elle n’avait été accompagnée d’une punchline sans équivoque : « L’homophobie dans le foot, ça suffit. »


En quatre pages d’interview, l’attaquant de 28 ans tisse sa toile autour de ce sujet brûlant. « Le champion du monde veut en finir avec le tabou de l’homosexualité dans le foot. Et avec l’image homophobe de son sport » , annonce d’entrée de jeu la présentatrice Alessandra Sublet, qui connaît bien le joueur pour avoir produit son documentaire Griezmann Confidentiel et qui l’a interviewé pour Têtu. « Je fais ça pour démarrer une conversation sur l’homophobie dans le football » , explique le Mâconnais. « Et (cette conversation) tient en quelques mots : "Maintenant, ça suffit !" (...) Pour inverser la tendance, il faut en parler déjà. Répéter que l’homophobie n’est pas une opinion, mais un délit. Et, désormais, si un joueur tient des propos homophobes sur le terrain, je pense que j’arrêterai le match. (...) Si un joueur veut faire son coming-out, je veux qu’il sache qu’il aura quelqu’un sur qui compter : moi. Je serai à ses côtés. »

Le revers de la une


Évidemment, les commentaires sur les réseaux sociaux ne se sont pas fait attendre, doutant du bien-fondé de la démarche du gaucher ou de la mise en œuvre réelle de sa dernière proposition d'interruption de rencontre. Simple effet d’annonce qui ne sera pas suivi d’actions concrètes pour les uns, énième volonté de marcher dans les pas de son idole David Beckham (qui avait aussi fait la une d’un magazine gay - Attitude) pour les autres. « Beckham est mon modèle. C’est le premier à avoir fait se rencontrer la mode et le football. Il a quasiment inventé le sponsoring pour les joueurs » , confirme d’ailleurs dans Têtu celui qui s’est révélé à la Real Sociedad.

Un philanthrope, Antoine Griezmann ? « Un footballeur en manque de reconnaissance, c’est tout ! » , répondraient ses détracteurs. Dans l’ombre des stars marketing Kylian Mbappé et Paul Pogba en équipe de France, moqué tous azimuts lorsqu'il avait déclaré « être assis à la même table que Messi et Ronaldo » , le Madrilène ne chercherait à se faire le chantre de la cause gay que pour se démarquer de ses coéquipiers-rivaux et rattraper son déficit de popularité.


Mais réduire Griezmann à un fin récupérateur politique serait incorrect. D’abord parce que l’engagement social de « Grizi » ne date pas d’hier (violences faites aux femmes, don solidaire en magasin)... Ensuite parce le Franco-Espagnol n’a jamais été le dernier pour s’exprimer sur l’homosexualité. En 2017 déjà, il avait pris position dans les colonnes du quotidien espagnol El Pais : « Les footballeurs ne sortent pas du placard parce qu'ils ont peur d'être insultés. Si j'étais homosexuel, je le dirais, même si c'est plus facile de dire ça quand on ne l'est pas. » Ce mois-ci, on l’a vu participer au documentaire Footballeur et Homo, au cœur du tabou de Yoann Lemaire, ancien footballeur amateur qui avait été exclu de son équipe après avoir fait son coming-out. Le Madrilène fait partie de cette caste de sportifs qui se servent de leur parole médiatique pour remettre un peu d’ordre dans le monde parfois sclérosé du foot. Sa communication réduite autour de sa sœur Maud et d'un ami mâconnais, plus « artisanale » que celles de ses confrères selon le journaliste auteur de son autobiographie, n'est pas étrangère à cette impression de fraîcheur de ton.

Grizou, l'anti Pogba ?


Quête de popularité et volonté réelle de faire bouger les choses, il y a sans doute un peu des deux dans la prise de position de Griezmann. Quoi qu’il en soit, le choix de l’homophobie n’est pas anodin. Aucun footballeur pro de renom ou presque n’a encore osé taper du poing sur la table sur ce sujet. De là à y voir un créneau pour s’ériger en nouveau chef de file de footballeurs « sociaux » et plus proches de leur public, en opposition aux produits marketing comme Paul Pogba, il n’y a qu’un pas que Griezmann n’hésite pas à franchir. « Je ne crois pas que chaque joueur de l’équipe de France ait le même discours. (...) Si un footballeur gay souhaite faire son coming-out, il n’aura peut-être pas tous les joueurs de l’équipe de France à ses côtés, mais il m’aura, moi ! » clame Griezmann dans Têtu.


Dans cette déclaration de guerre à l'homophobie, le timing est important aussi. Ses propos interviennent au moment où le champion du monde a choisi de quitter l’Atlético de Madrid, un peu moins sexy que le Barça et autres top clubs, pour entrer dans une nouvelle dimension. Coïncidence ou non, son interview dans Têtu déboule aussi quelques jours après l’enflammade de Kylian Mbappé, qui a réclamé « plus de responsabilités au PSG ou ailleurs » . Si Antoine Griezmann cherchait à valoriser son statut naissant de « star consciente » en opposition aux caprices sportifs de certains de ses renommés collègues, il n’aurait pas pu le faire à un meilleur moment.



Par Douglas de Graaf
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


il y a 6 heures L’énorme craquage de fumigènes pour les 94 ans de Göztepe 6 il y a 8 heures José Mourinho prêt à diriger une sélection 50
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 10 heures L'étau se resserre autour de Raúl Bravo 23 VRAI FOOT DAY L'appel du 18 juin de Steve Savidan il y a 11 heures Lee Bowyer reste l'entraîneur de Charlton 4 il y a 12 heures Ils jouent à FIFA sur la façade d’un immeuble 17 il y a 13 heures Régional 1 : Saint-Leu perd sa montée sur tapis vert 17